• Rédacteur en chef du bien nommé "Le Paresseux", ce journaliste britannique a érigé l'oisiveté en art de vivre et en modèle à suivre. Voici pourquoi.

    L'art d'être fénéant

    La paresse n’a pas très bonne presse. Surtout ces temps-ci. Pourtant, à y regarder de plus près, l’oisiveté pourrait être le plus court chemin vers le bonheur. Seule condition ? La pratiquer avec sagesse, intelligence et talent ! Explications avec Tom Hodgkinson, journaliste britannique rédacteur en chef de la revue Le Paresseux.

    L'art d'être fénéant

    Être paresseux est un art de vivre. C’est refuser de sacrifier sa vie au travail. C’est dire non à la surconsommation. C’est profiter du spectacle du monde. C’est laisser libre cours à son imagination. Et si ça vous semble impossible d’être paresseux en 2018 (ou si vous ne voyez pas très bien comment vous y prendre), regardez tout de suite l’interview que Tom Hodgkinson a accordée à L'Obs. Une vidéo qui réhabilite les paresseux et qui donne les clefs à tous ceux qui ont la glorieuse ambition de le devenir !

     

    Tom Hodgkinson, cité par L'Obs:

    L'art d'être fénéant

    « Rester au lit à ne rien faire est noble, juste et productif »,

    « Les gens qui se lèvent tôt ne sont ni en bonne santé, ni riches, ni sages. Ils sont souvent malades, pauvres et irréfléchis. Ils servent ceux qui se lèvent tard. »

    L'art d'être fénéant

     

    « Seuls les idiots travaillent tard le soir, parce qu’ils ne sont pas efficaces et qu’ils ont perdu leur temps pendant la journée. »

    L'art d'être fénéant

    Pour info, sachez que Tom Hodgkinson a publié L’Art d’être oisif dans un monde de dingue, disponible notamment chez Les Librairies indépendantes, à La Fnac ou sur Amazon. Qui sait, ça pourrait donner quelques petites idées à ceux qui songent à ralentir !


    18 commentaires
  • La Terre contenant à peu près autant d'êtres humains que de cons, voici une réflexion beaucoup plus sérieuse et essentielle qu'il ny' paraît.

    Ayant partagé son logement avec un colocataire particulièrement irrespectueux, Maxime Rovere, philosophe, en a profité pour laisser ses émotions guider sa réflexion sur un thème universel et passionnant : les cons ! Résultat ? Très instructif.

    Que faire des cons?

    C’est instructif parce que, qu’on le veuille ou non, s’interroger sur les cons, c’est s’interroger sur soi-même (eh oui, pour rappel, nous sommes tous le con de quelqu’un). Alors, que faire face à un con ? Pourquoi en voit-on de plus en plus (notamment sur les réseaux sociaux) ? Et comment est-ce que quelqu’un d’intelligent et de parfaitement instruit peut-il être, lui aussi, un « parfait con » ? Réponses dans cette interview pas bête du tout signé France-Info. Regardez :

     

    « Il y a toujours deux cons quand on parle de connerie. Il y a celui qu’on identifie comme un objet, et celui qu’on est en train de devenir, ou de redevenir. Il faut lutter contre les deux. »

     

    « Apprendre à recevoir des leçons des autres, c’est la grande proposition du livre. Quand on est face à des gens que l’on juge moins intelligents que soi, c’est très difficile de rester intellectuellement humble. Or, c’est indispensable parce que c’est justement ce défaut d’humilité qui fait des gens les plus instruits de parfaits cons. »

    Que faire des cons?

    C’était donc ça ?!

    Que faire des cons?

    Que faire des cons pour ne pas en rester un soi même ?, le livre de Maxime Rovere, est notamment disponible sur le site de la Fnac.

    Que faire des cons?


    22 commentaires
  • En famille, en amoureux ou entre amis on a parfois besoin d'un petit coup de pouce pour se raconter. La collection de jeux « 2 minutes » donne l'impulsion.

    Raphaëlle de Foucauld est thérapeute, éducatrice et fondatrice de "2 minutes", une maison d’édition qui développe des jeux pour créer du lien positif entre les personnes. Interview.

    Qui êtes vous et que faites vous?

    Je suis thérapeute et souhaitais faire entrer dans les foyers les principes et l’efficacité de la psychologie positive que j’utilise dans mon cabinet. Pour cela j’ai créé une série de jeux. Nous avons commencé par le couple avec « 2 minutes mon amour » il y a deux ans et depuis quelques mois, nous avons créé le petit dernier de la collection, « 2 minutes ensemble », plus transgénérationnel et adapté à tous : famille, amis, aidants, seniors, enfants…

    Deux minutes ensemble

    En quoi consistent ces jeux?

    J’ai imaginé ces jeux pour créer du lien et faire de la psychologie positive sans en avoir l’air. Le principe est simple. La boîte contient 52 cartes et autant de questions auxquelles chacun répond à tour de rôle. « Je raconte l’activité la plus folle que j’ai faite », « En ce moment, une présence qui me fait plaisir », ou encore « J’imagine le projet que j’aimerai réaliser avant la fin de l’année ».

    J’ai conçu ces questions de façon à ce que les souvenirs, pensées et quotidien soient décrits de façon positive et nourrissent la conversation. Tout l'enjeu de mon projet, c’est de favoriser l’imaginaire, aider enfants, parents, amis à mieux se comprendre, de façon bienveillante, tout en s’amusant. Quand on partage un moment positif de sa vie avec les autres, on reçoit beaucoup en retour.

    Qu'est ce qui a inspiré ce projet?

    En plus de 10 ans, j’ai rencontré des centaines de couples et des milliers de jeunes et j’ai fait un constat : des relations humaines de qualité sont essentielles pour vivre mieux et en bonne santé. Dans un quotidien où le temps est si compté, entre travail, famille, enfants, maison, amis, activités, nous oublions de passer du temps de qualité avec notre entourage.

    Deux minutes ensemble

    Il y a donc 3 jeux disponibles pour le moment :

    • « 2 minutes ensemble » pour développer les relations intergénérationnelles.
    • « 2 minutes mon amour » pour donner de l’oxygène aux couples.
    • « 2 minutes papa » pour créer des moments de complicité en famille.

    Quel message souhaitez vous faire passer avec ces jeux?

    Que le lien social est un ingrédient majeur pour être heureux et positif dans la vie et le jeu notre meilleur allié pour faire grandir notre relation aux autres et vivre en paix. Je repense souvent à la phrase de Platon :

    « On peut en savoir plus sur quelqu’un en une heure de jeu qu’en une année de conversation. »

    Deux minutes ensemble

    Maintenant, à vous de jouer : posez-vous « 2 minutes » et créez des moments de bonheur !

    Pour ceux qui veulent savoir ou trouver ces jeux, c'est ICI


    11 commentaires
  • Puisqu’il faut désormais qu’un service soit rentable pour être maintenu, la SNCF supprime des trains, voire des lignes entières. Alors, pour que des trains roulent à nouveau en nombre dans nos campagnes, une entreprise bretonne a eu une idée géniale : inventer le taxi-train qui pourra circuler à la demande ! Lumière sur un projet plus qu’enthousiasmant.

    Taxis-train, une solution

    Cette entreprise, c’est Exid. Son projet ? Pour des des petits trajets, faire rouler des trains autonomes (sans conducteur) sur des lignées désertées qui n’ont même plus besoin d’être électrifiées (l’engin fonctionnant sur batterie avec panneaux solaires et moteur électrique ou hybride).

    Ses créateurs comptent bien le voir en circulation en France dès 2023 (année de l’ouverture à la concurrence des lignes TER) mais aussi ailleurs en Europe et aux USA.

    Taxis-train, une solution

    Grâce à sa taille réduite (40 passagers maximum) et à son poids plume (8 tonnes), ce taxi-train (ou taxirail) pourra circuler à des horaires réguliers pendant les périodes d’affluence mais aussi (et c’est là son énorme avantage) à la demande ! N’importe qui pourra en effet commander un train à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, le service fonctionnant 24h/24. Régis Coat, d’Exid, interrogé par Détours :

    « On pourra appuyer sur une borne en gare ou alors le commander via son téléphone. L’application proposera alors des horaires en fonction. Aux heures creuses, on sera dans une logique de transport à la demande : les Taxirails à l’arrêt pourront être activés à tout moment. Ça permet de résoudre le problème des heures creuses et des gens qui prennent leur voiture au lieu de prendre le train. »

    Taxis-train, une solution

    Pour l’heure, Exid est en train de discuter avec les différentes régions de France pour leur proposer ses trains. Ses arguments ? La flexibilité du système, on l’a vu, mais aussi le coût d’exploitation (comparable à celui d’un simple autocar) et son aspect écologique, avec un bilan carbone neutre.

    De quoi, enfin, nous faire préférer le train ? Possible !


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique