• Écrite par plus de 22000 personnes, cette lettre d'amour adressée au monde mesure 490 mètres de long.

    The World Letter est une œuvre d'art participative : elle contient plus de 22 000 messages d'amour adressés au monde. Découverte.

    Une lettre d'amour de 490 mètres

    Cocovan est une artiste franco-iranienne qui parcourt le monde depuis trois ans avec la "World Letter", un projet artistique de lettre d’amour collective adressée au monde. Dans chaque pays où elle se rend, elle demande aux passants d’écrire un message. Aujourd’hui, la lettre mesure plus de 490 mètres de long et passe au digital le temps du confinement. Cocovan a accepté de nous en dire un peu plus.

    Une lettre d'amour de 490 mètres

    The World Letter est une œuvre d’art participative dans laquelle le monde écrit une lettre d’amour au monde, collectivement. Depuis 3 ans, je parcours les villes du globe (Berlin, New York, Bogota, Paris, Kampala, Montréal, Mexico, etc.) où j’installe un bureau à même la rue, et invite chacun(e) à écrire une lettre d’amour au monde sur un rouleau de papier qui s’allonge au fur et à mesure… et fait maintenant 490 mètres de long ! La World Letter est d’ailleurs la plus longue lettre d’amour du monde.

    Aujourd’hui, la World Letter rassemble 22 000 lettres d’amour au monde, écrites par des personnes de plus de 135 nationalités différentes, et dans pleins de langues et dialectes divers. La World Letter se finira lorsqu’une personne de chaque pays (~196) l’aura signée.

    En conclusion du projet, je projette d’exposer la World Letter, et d’envoyer sa copie digitale… dans l’espace ! Dans un nano-satellite, qui tournera en orbite autour de la Terre pendant plusieurs mois.

    Une lettre d'amour de 490 mètres

    Depuis les tribus indigènes Kogi de Colombie, en passant par les écoles de France, les quartiers populaires de Mexico, les camps de réfugiés de l’Ouganda, ou encore les couvents de Rome, la World Letter réunit des gens de tous les horizons. Parmi les participants célèbres, l’acteur américain Mark Ruffalo ou la poétesse indienne Rupi Kaur.

    Ce n’était pas une décision : c’était un hasard, une coïncidence. Au début, la World Letter ne devait durer qu’une journée – elle s’appelait « The Love Letter » et c’était une installation artistique publique, dans les rues de Berlin, ou je m’étais installée à un bureau et avait commencé à écrire ma lettre d’amour au monde.

    Une lettre d'amour de 490 mètres

    Spontanément, des passants se sont joints à moi : un chinois, un turque, des syriens… Alors la « World Letter » est née. Je me suis dit que ça faisait sens : une lettre d’amour au monde ne devrait-elle pas justement être écrite par le monde entier ? Voilà comment ça a commencé. J’ai juste décidé de continuer.

    En tant qu’artiste, j’essaie juste d’apporter un peu de poésie dans la vie des gens, un peu de magie, de gaieté. La World Letter, elle, a sa propre fonction : elle unit l’humanité, au-delà des cultures, des religions, des nationalités. Elle offre à chacun, moi comprise, l’opportunité de réfléchir à ce que cela veut dire, d’aimer le monde. Mais aussi à notre appartenance collective à la race humaine, et à la planète Terre.

    Une lettre d'amour de 490 mètres

    Elle est la preuve tangible de notre unité : une longue lettre qui réunit aussi bien des stars d’Hollywood, que des personnes sans-abris, des citadins, ou des communautés indigènes.

    La World Letter était jusqu’ici un projet physique. J’étais censée passer 2020 sur les routes d’Afrique et d’Asie pour continuer mon travail autour du monde, mais à cause de l’épidémie de coronavirus, il faut tout repenser.

    Une lettre d'amour de 490 mètres

    Et s’il était possible de continuer la World Letter en ligne ? N’est-ce pas justement le moment d’écrire, et recevoir, des lettres d’amour au monde, et du monde entier ? La World Letter devient donc temporairement digitale – permettant désormais à chacun(e) de participer, depuis chez lui. Tout est expliqué dans cette petite vidéo :

    Envie de participer ? Voici le site internet de « The World Letter ». 


    30 commentaires
  • Élections municipales, porteuse de trisomie 21, elle est en position éligible.

    Un exemple à Arras

    C'est une grande première, et elle est bienvenue. Eléonore Laloux, 34 ans, a accepté la proposition de Frédéric Leturque, maire d'Arras.

    Parce que l’intégration des personnes en situation de handicap doit devenir une réalité, voici une nouvelle tout ce qu’il y a de plus réjouissant. Éléonore Laloux, jeune femme porteuse de trisomie 21, est candidate aux prochaines élections municipales en France.

    Un exemple à Arras

    Trop souvent, quand les hommes ou les femmes politiques parlent de l’intégration du handicap dans notre société, leurs propos restent essentiellement incantatoires. Mais ici, une fois n’est pas coutume, il s’agit d’un geste très concret. Frédéric Leturque, actuel maire d’Arras, a proposé à Eléonore Laloux de rejoindre sa liste aux prochaines élections municipales. Et elle a accepté.

    Un exemple à Arras

    Frédérique Leturque :

    « Je suis particulièrement heureux et fier de vous présenter Eléonore LALOUX qui intègre la liste « Arras Pour Vous » avec toute sa fraicheur, sa franchise et sa positive attitude. »

    « Il y a 2 ans, j’avais eu une discussion avec Eléonore en lui disant « au regard de tout ce que tu fais pour la ville, as-tu déjà pensé à être candidate avec moi pour les élections municipales ? ». Elle y a réfléchi et elle est là aujourd’hui ! »

    « Eléonore sera en position éligible, nous souhaitons qu’elle soit élue, qu’elle apporte son courage et son regard. Ce sera un enrichissement mutuel (…) »

    « Eléonore LALOUX, 34 ans, sera certainement la seule élue ayant une trisomie 21 en France, en Europe, voire dans le monde. »

    Un exemple à Arras

    Aujourd’hui, Éléonore Laloux est agent administratif à l’hôpital d’Arras et elle est très engagée pour l’inclusion des personnes handicapées. Demain, elle espère bien ajouter une nouvelle corde à son arc en devenant conseillère municipale.

    Un exemple à Arras

    C’est tout ce qu’on lui souhaite.


    42 commentaires
  • Avoir un enfant sage, c'est très facile, mais, est ce vraiment souhaitable?

    Le bonheur futur des enfants ne passe pas toujours par la tranquilité immédiate des parents. Les explications de Catherine Gueguen, pédiatre.

    Le bonheur des parents

    Contrairement à ce que l’on prétend, avoir un enfant sage n’est vraiment pas très compliqué. Est-ce pour autant souhaitable ? Rien n’est moins sûr… En effet, un enfant qui exprime des colères, des refus, des peurs et d’autres émotions, c’est parfois bruyant, souvent contrariant, mais plutôt bon signe pour la suite. Les explications de Catherine Gueguen.

    Dans le livre Vivre heureux avec son enfant, Catherine Gueguen explique sans hésiter qu’il est « très facile d’avoir un enfant sage » et donne même le mode d'emploi. Une recette simplissime aussitôt suivie des effets secondaires indésirables.

    Le bonheur des parents

    Extrait :

    « Il est très facile d’avoir un enfant sage. Il suffit dès tout petit de ne pas l’écouter, de ne pas l’entendre, de ne pas répondre à ses demandes.

     

    L’enfant saisit très vite que ce n’est pas la peine d’appeler, car personne ne vient. Il refoule ses émotions, une partie de lui s’éteint. Il ne saura plus qui il est, quels sont ses besoins et ne demandera plus rien.

    En grandissant, ses parents auront des difficultés à connaître cet enfant qui s’exprime si peu.

    Par contre, quand les parents écoutent leur enfant, l’autorisent à exprimer ses émotions, ses besoins, l’enfant sera « plus difficile » les premiers temps car il manifestera ses émotions : ses peurs, ses tristesses, ses angoisses, ses colères. Il ne les refoulera pas.

    Le bonheur des parents

    Mais il saura affirmer aussi son bonheur de vivre, son émerveillement, sa gaieté, sa curiosité. Il sera plein de vie et emplira la maison de sa présence joyeuse.

    Au fil des années, les parents auront beaucoup plus de facilité et de bonheur à élever cet enfant épanoui, confiant, qui exprime ce qu’il est, ses besoins, ses souhaits et avec qui un dialogue pourra s’établir quand il rencontrera des questionnements ou des difficultés. »

    Le bonheur des parents

    Entre l’épanouissement futur de l’enfant et la tranquillité immédiate des parents, il y a souvent un choix à faire.

    Mieux vaut faire le bon…


    28 commentaires
  • Bien souvent, le sentiment d'être heureux se renforce quand apparaissent les premiers signes de faiblesse. Bizarre, mais logique.

    Pourquoi se sent-on plus heureux à 50 ans qu’à 20 ans ? Après tout, quand on est jeune, on se sent invincible et l’on sait que l’avenir est à nous. Alors, pourquoi attendre d’être plus âgé pour savourer tout ce que la vie a à nous offrir ? Le psychothérapeute Christophe André s’est penché sur cette question, et sa réponse est une superbe déclaration d’amour à la vie.

    Bonheur et vieillissement

    En fait, pour Christophe André, si l’on est plus heureux à 50 ans qu’à 20 ans, c’est précisément parce que l’on découvre la fragilité de son existence et que l’on commence à réaliser pour de bon que chaque vie a un terme et que celui-ci approche. Du coup, on se met à réellement profiter de chaque instant… et à être heureux.

    Bonheur et vieillissement

    Regardez :

     « Regardons tout autour de nous les modèles inspirants de vieillissement heureux :  ne pas se plaindre, ne pas comparer, ne pas glorifier le passé, ne pas donner de conseils non demandés. Rire, aller vers les plus jeunes, les écouter sans s’incruster. Être gai et léger. Se réjouir chaque matin d’être toujours là, et se réjouir chaque soir de s’y trouver encore ! »

    Bonheur et vieillissement

    De belles recommandations qui ne feront de mal à personne…


    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique