• « Où la terre touche les nuages », un documentaire à la découverte d'une autre vision de la vie, une porte ouverte sur un monde entre deux mondes.

    Où la terre touche les nuages

    Afin de trouver du temps, réfléchir et donner du sens à sa vie, Aude Joël, 33 ans, a décidé de faire une pause aussi bien professionnelle que personnelle pour découvrir de nouvelles façons de faire et de voir le monde. Elle est donc partie à la découverte d’endroits reculés, et de personnes qui ont fait le cheminement de la solitude et de la quête de soi. C’est ainsi qu’est née l’idée du projet de documentaire « Où la terre touche les nuages » : à la rencontre de bergers, au cœur des montagnes françaises.

    Où la terre touche les nuages

    Pouvez vous nous présenter votre projet?

    Le documentaire « Où la terre touche les nuages » est une porte entrouverte sur le monde de ces jeunes bergers et bergères, et le long travail de réflexion et de construction d’eux-mêmes qui les a menés dans les alpages.

    « Chacun à leur manière, ils ont affronté leurs peurs, accepté de se regarder en face tels qu’ils sont, et ont fait des choix de vie parfois durs, mais toujours réfléchis et conscients. »

    Les côtoyer durant plusieurs semaines a fait naître de nombreux questionnements en moi : pourquoi ces êtres, auxquels je peux facilement m’identifier, ont-ils fait ce choix de vie ? Ils me parleront de leur histoire, de leur vision de la vie, de leur rapport à la nature, de ces deux mondes qu’ils chevauchent, celui d’en haut, débranché, et celui d’en bas, connecté, et comment ils passent de l’un à l’autre.

    Où la terre touche les nuages

    De nos nombreux échanges aux sommets des crêtes naît l’idée de ce documentaire. De la confrontation de nos points de vue s’impose la certitude que leur histoire est riche d’enseignements pour toute une génération, et mérite d’être racontée et écoutée.

    « Où la terre touche les nuages », c’est l’entrée dans l’intimité et la tête de représentants de toute une génération qui se pose des questions. C’est aussi présenter une alternative à cette course contre les autres et surtout à cette course contre soi-même, une parmi tant d’autres.

    Où la terre touche les nuages

    Aude Joël explique :

    « Du haut de mes 33 ans, j’observe un monde en changement. La société industrielle et de consommation a connu un âge d’or suivi de grandes désillusions. Les nouvelles technologies viennent aujourd’hui bouleverser notre quotidien et notre intimité. Notre paraître devient plus important que notre être. Pour beaucoup, cela se caractérise par une perte de repères généralisée, une perte de sens. »

    Présentation en images par Aude et ses proches :

     

    Pourquoi avoir voulu vous lancer dans cette aventure?

    Ce projet de documentaire, c’est la croisée des chemins entre des envies de parler de sens et de construction de soi comme écho aux questions que je me pose, entre la rencontre avec une communauté de bergers et bergères ouverts sur le monde, dont la tête est dans les nuages mais dont les pieds sont fermement ancrés dans le sol. C’est aussi une histoire de bon timing.

    Où la terre touche les nuages

    C’est au cœur des montagnes françaises que l’étincelle a eu lieu. J’ai rencontré ces bergers et bergères d’un genre nouveau, qui pensent le monde différemment. J’ai rencontré des jeunes gens qui font preuve d’une maturité hors du commun, presque sages malgré eux, qui portent des messages et des valeurs qui résonne fortement dans le contexte contrasté d’aujourd’hui. Ce projet s’imposait alors comme une évidence : j’avais un documentaire sur leur histoire.

    Où la terre touche les nuages

    Le message que vous souhaitez faire passer?

    L’ambiance des alpages de mes bergers est particulière : magique grâce à ses paysages, son silence, sa solitude choisie, et dure aussi car les montagnes sont capricieuses : des reliefs accidentés et souvent dangereux, un climat rude et instable ; orages, froid, vent… Dans cette parenthèse, dans ce monde entre deux mondes, ce documentaire est l’occasion de repenser notre rapport à la société, aux autres, à soi et de prendre le temps de s’interroger, de lâcher prise et de privilégier l’être sur l’avoir.

    Où la terre touche les nuages

    Ce film, sera l’éloge de la lenteur, du moment présent, de l’attention aux détails, tout en subtilité et en douceur, en prenant son temps et de façon bienveillante.

    Où la terre touche les nuages

    Afin de vous donner un avant-goût de ce documentaire à venir, on vous laisse découvrir ces quelques images pleines de douceur et de sérénité :

    Où la terre touche les nuages

    Où la terre touche les nuages


    22 commentaires
  •  Ils ont 11 et 9 ans, ils sauvent leur papa coincé sous sa voiture.

    Malgré le danger, ni le père ni les enfants n'ont perdu leur sang-froid. Résultat : un sauvetage inédit qui finit très bien.

    Sacré sauvetage ! Dans la Somme, un homme de 40 ans coincé sous sa voiture a été tiré d’affaire grâce au sang-froid et à la réactivité de ses deux enfants âgés seulement de neuf et onze ans. Explications.

    Ils sauvent leur papa

    Ça s’est passé à Contalmaison, le jeudi 18 avril, aux environs de 17h. Le papa rescapé témoigne dans le Courrier Picard:

    « Le cric a lâché. Je retenais la voiture d’une main comme je pouvais, mais bon, au bout d’un moment, je fatiguais. Les petits avaient peur, mais je leur ai dit où aller chercher un autre cric dans la cave. Au début, ils ne trouvaient pas. Je les ai laissés reprendre leurs esprits, ils sont retournés à la cave et ils ont trouvé le cric. Puis je leur ai expliqué comment l’installer. »

    Donovan et Orlanne, les deux enfants, suivent alors consciencieusement les consignes de leur père et s y’mettent à deux pour réussir à actionner le cric et soulever la voiture. Un authentique exploit.

    La suite, c’est Donovan qui la raconte. « J’avais un peu peur. Orlanne m’a aidé à pomper pour soulever la voiture. » Et les deux enfants ont ainsi libéré et sauvé leur papa.

    Ils sauvent leur papa

    Les pompiers sont ensuite arrivés sur place et ont emmené le papa à l’hôpital pour de simples examens de contrôle. Il ne souffrirait « que » de douleurs au thorax.

    Une histoire digne d’une fable de La Fontaine : on a toujours besoin d’un (ou deux) plus petit(s) que soi !


    21 commentaires
  • Une porte d'entrée, c'est symbolique. Et c'est précisément ce symbole que Bella Foxwell pourchasse armée de son appareil photo. Présentations.

    Les plus belles portes

    Si vous êtes de ceux qui pensent que nos villes devraient être moins grises et moins moroses, voici quelques photos qui devraient vous remonter le moral. À Londres, la photographe Bella Foxwell, immortalise les plus belles portes d’entrée. Résultat ? Franchement magique.

    Les plus belles portes

    Bella Foxwell compile ses plus jolis clichés sur une page Instagram intitulée The Doors of London (les portes de Londres). On y découvre une multitude de portes originales, colorées et, très souvent, fleuries.

    Les plus belles portes

    L’artiste s’est confiée sur le site Bored Panda :

    Les plus belles portes

     

    Les plus belles portes

    « J’ai ouvert ce compte comme un challenge il y a environ deux ans et demi. »

    Les plus belles portes

    « J’avais passé l’année précédente à créer des comptes pour de gros clients et je voulais voir si j’étais capable de faire pour moi ce que je prêchais pour les autres. Et comme j’étais déjà obsédée par les portes, cela m’a semblé être un choix naturel. »

    Les plus belles portes

     

    Les plus belles portes

     

    « Le meilleur moment, c’est quand vous tombez sur une rue pleine de magnifiques portes alors que vous ne saviez même pas qu’elle existait. Cela n’arrive pas souvent, mais quand cela se produit, c’est très excitant. »

    Les plus belles portes

    Les plus belles portes

    Pourquoi une telle passion pour les portes d’entrée ?

    Les plus belles portes

     

    Les plus belles portes

    « J’admire les gens qui mettent autant de fierté dans leur porte d’entrée, en particulier ceux qui sont très audacieux, avec une forte nuance de peinture ou un heurtoir extravagant. Et c’est aussi parce que les portes sont très symboliques. Elles représentent de nouvelles opportunités (…) Elles ont quelque chose de spécial.  »

    Les plus belles portes

    Les plus belles portes

    Les plus belles portes

    Les plus belles portes

    Les plus belles portes

    À l’image d’une porte d’entrée, un accueil peut être simple, chaleureux, extravagant, amical, grandiloquent. Peut-être qu’en observant attentivement la porte à laquelle ont vient de sonner, on peut deviner l’accueil qui nous est réservé.

    Les plus belles portes

    Les plus belles portes

    En tout cas, voici des portes qui méritent d’êtres prises en exemple !

     

    18 commentaires
  • Cet agriculteur du Périgord a été forcé d'abandonner les pesticides. Mais, aujourd'hui, il ne le regrette absolument pas.

    Fraisiculteur, Alain Lestang a dû abandonner les pesticides il y a huit ans, suite à des problèmes de santé liés à l’usages de produits phytosanitaires. Ses fraisiers sont-ils morts pour autant ? Absolument pas. Pour les protéger des parasites, il a tout simplement décidé de faire appel… à des insectes ! Gros plan sur une alternative naturelle, spectaculaire et efficace à la chimie.

    Sans pesticides c'est possible

    Pour encourager la nature, le mieux est encore de faire appel à la nature. Exemple chez Alain Lestang, dans le Périgord, où l’on emploie des bourdons pour polliniser les fraisiers, des moustiques appelés chrysopes pour éliminer les pucerons, et des acariens pour s’attaquer aux thripses qui consomment le pollen des fleurs. Une alliance redoutable qui fonctionne à la perfection et qui a permis de ranger définitivement la chimie au rayon des vieux souvenirs. Regardez.

     

    Sans ses pépins de santé, Alain Lestang, n’aurait probablement pas abandonné les pesticides. Mais, aujourd’hui, il semble conquis et convaincu :

    « Il a fallu se réorienter sur autre chose, un peu forcé quand même. Mais je vois que le résultat est le même. On voit qu’il y a une alternative aux produits chimiques. »

    Sans pesticides c'est possible

     

    L’agriculture s’est passée de pesticides pendant des siècles. Aujourd’hui, il s’agit de réapprendre en s’appuyant sur le savoir-faire des ancêtres mais aussi sur les connaissances modernes. La transition écologique n’est pas un retour dans le passé, c’est une solution d’avenir.


    24 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique