• Les bruits, les odeurs ou les émotions ont tendance à vous submerger ? Et si vous étiez hypersensible ? Cette BD pourrait bien vous aider à le découvrir.

    Êtes vous hypersensible?

    Quel est le point commun entre Barack Obama, Emma Watson et Albert Einstein ? Ils sont tous les trois hypersensibles. Mais au fait, qu’est-ce que ça signifie exactement ? Pour faire la lumière sur ce trait de caractère aussi aliénant que précieux, Pierrick Martinez, illustrateur indépendant, a décidé de sortir les crayons… Et soudainement, tout s’éclaire !

    Êtes vous hypersensible?

    « On ne guérit pas de son hypersensibilité, on apprend à vivre avec. Elle peut être un catalyseur pour accomplir de grands projets. » Voilà qui a le mérite d’être clair. Rassurant aussi, pour toutes les personnes sujettes à l’hypersensibilité, en proie à un duel intérieur, tentant systématiquement d’éteindre ou d’atténuer leur nature profonde.

    Êtes vous hypersensible?

    Ce cheminement, Pierrick Martinez l’a vécu personnellement, et c’est en découvrant que ses réactions et sa façon d’appréhender la vie étaient dictées en partie par son hypersensibilité qu’il a réussi à s’accepter et à avancer. Il raconte son cheminement :

    Êtes vous hypersensible?

    « C’est un ami qui m’a parlé pour la première fois de l’hypersensibilité, il y a 2 ans. Depuis, je me suis documenté sur le sujet. Plus j’en apprenais et plus je me sentais concerné.

    Êtes vous hypersensible?

    Jusqu’au jour ou j’ai eu une prise de conscience et que j’ai pu expliquer beaucoup d’épisodes de ma vie qui ont été douloureux et que je ne comprenais pas. Je me suis senti libéré d’un poids, tout est devenu tellement clair dans ma tête.

    Êtes vous hypersensible?

    Je me suis dit que le dessin pouvait être un excellent moyen de faire prendre conscience aux gens de leur potentielle hypersensibilité. J’ai donc cherché, sans en faire de trop, à illustrer les situations les plus communes et qui me parlent personnellement. »

    Êtes vous hypersensible?

    En dix dessins, l’illustrateur parvient à faire comprendre beaucoup de choses. Une matière précieuse pour les personnes concernées par l’hypersensibilité et leurs proches.

    Êtes vous hypersensible?

    Êtes vous hypersensible?

    Êtes vous hypersensible?

    Des explications justes et bienveillantes qui ont touché des milliers de personnes. Face au succès de cette série d’illustrations, Pierrick Martinez envisage maintenant de réaliser une bande-dessinée sur le sujet.

    Êtes vous hypersensible?

    Affaire à suivre !

     

     


    51 commentaires
  • Sader Issa a grandi avec un papa trisomique. Aujourd'hui il témoigne sa fierté et sa joie d'avoir eu un père qui l'a toujours soutenu.

    Contre tous les préjugés

    Il n’est pas courant que des personnes trisomiques deviennent parents. Mais cela arrive et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, cela n’aboutit pas systématiquement à des drames.

    Sader Issa en est la preuve vivante. Alors qu’il a été élevé par un père trisomique, le voici aujourd’hui étudiant en médecine, fier de son parcours et, surtout, fier de Jade, son père.

    Contre tous les préjugés

    L’histoire de Sader Issa a été révélée au printemps dernier par une vidéo réalisée par la Société syrienne pour le développement social, en partenariat avec le Haut commissariat aux réfugiés.

    Contre tous les préjugés

    Jade, son père, a toujours été très attentif et très aimant. Un amour 100% gratuit et totalement désintéressé dont il n’attendait absolument rien en retour.

    Contre tous les préjugés

    Quand Sader était plus petit, il l'emmenait souvent à l’usine où il travaillait.

    Contre tous les préjugés

    Aujourd’hui, Sader Témoigne :

    « Je suis fier de mon père. Tout au long de ma vie, il a été mon plus grand soutien. Il a toujours été là quand j’en avais besoin. »

    Contre tous les préjugés

    Une fierté sincère… et tout à fait réciproque.

    La phrase préférée de Jade, celle qu’il aime le plus répéter aux gens qu’il rencontre ? « Mon fils est un médecin ! »

    Contre tous les préjugés

    Sader Issa :

    « Il est possible de voir que ses yeux sont remplis de joie et de satisfaction, comme pour exprimer : oui, j’ai le syndrome de Down, mais j’ai élevé cet homme et j’ai tout fait pour l’encourager à devenir médecin et à aider les autres. »

    Contre tous les préjugés

    Contre tous les préjugés

    Contre tous les préjugés

    Une relation touchante guidée par un amour fort et sans faille.


    40 commentaires
  • La paresse est une valeur humaine qui est en train de disparaître.

    En 1937, dissertant sur la paresse, le cinéaste Jean Renoir exhortait le monde à ne rien faire. Un texte plus actuel que jamais.

    Éloge de la paresse

    Face aux agitations d’un monde qui va beaucoup trop vite, il est temps de réhabiliter une valeur humaine en voie de disparition : la paresse.

    Ne rien faire. Voilà, pour le cinéaste Jean Renoir, le seul moyen d’apprécier au mieux tout ce que « le monde vaste et généreux » a à nous offrir. Un texte qui date de 1937 mais qui, pourtant, reste plus que jamais d’actualité.

    Éloge de la paresse

    Cette citation, la voici :

    « La paresse est une valeur humaine qui est en train de disparaître.

    C’est fou ce qu’à notre époque les gens peuvent être actifs.

    Que quelques amis se réunissent le dimanche pour un bon déjeuner, à peine la dernière bouchée avalée, il se trouve toujours quelqu’un pour demander : « Alors.. ? Qu’est ce qu’on fait ?… » Une espèce d’angoisse bouleverse ses traits, tant est grand son désir de faire quelque chose ; Et il insiste : « Qu’est ce qu’on fait ? – Mais rien ! », ai-je toujours envie de répondre… Pour l’amour de Dieu, ne faisons rien. Restons un bon après midi sans rien fiche du tout.

    Ça ne suffit donc pas d’être avec de bons amis, de jouer à sentir cet invisible courant qui, dans le silence, règle les cœurs à la même cadence, de regarder le jour décroître sur les toits, sur la rivière, plus simplement sur le coin du trottoir ?

    Éloge de la paresse

    J’exagère sans doute. C’est que j’aime tant la paresse, mais la vraie paresse, consciente, intégrale, que je voudrais bien lui trouver toutes les bonnes vertus.

    Éloge de la paresse

    Bien sûr elle est comme toutes les bonnes choses, comme le vin, comme l’amour ; il faut la pratiquer avec modération. Mais croyez-moi, la terre ne tournerait pas moins rond si ses habitants avaient le courage de se forcer chaque semaine à rester quelques heures bien tranquilles, sans occupation apparente, à guetter les signaux invisibles et puissants que vous adresse le monde vaste et généreux. »

    Éloge de la paresse

    L’agitation permanente nous prive des relations qui comptent et précipite notre monde vers d’insurmontables désastres écologiques. Pour contrer ce phénomène, rien de tel que la sobriété… et la paresse !

    Éloge de la paresse


    34 commentaires
  • Un refuge pour SDF est installé dans un parking souterrain.

    Plutôt que de laisser ces immenses espaces couverts sans utilité la nuit, Norm McGillivray préfère les exploiter d'une façon originale et solidaire.

    L'astuce qui aide

    Alors que le froid s’apprête à faire son grand retour, comme chaque année, on va entendre, ô surprise, qu’il n’y a pas assez de place dans les centres d’hébergement pour accueillir tous les sans-abri… Pourtant, il existe des solutions. Exemple en Australie où l’association Beddown a investi un parking souterrain pour le transformer en dortoir confortable.

    L’association Beddown a été fondée par Norm McGillivray, 42 ans. Son credo ? « Il est trop facile de dire que c’est compliqué. » Pas question d’accepter que des gens dorment dehors au prétexte qu’il n’existerait pas de solution à ce problème.

    L'astuce qui aide

    L’idée de loger des SDF dans un parking lui est venue subitement. Norm McGillivray, s’est confié à 9news:

    « Je marchais dans un parking complètement vide quand j’ai soudainement réalisé que cet énorme espace pouvait être utilisé différemment. »

    L'astuce qui aide

    L’avantage du parking souterrain, c’est qu’il est chauffé, désert la nuit et, généralement, situé en plein centre-ville. Idéal, donc, pour accueillir en urgence celles et ceux qui sont privés de toit par temps de grand froid.

    Après une année de négociation avec Peter Anson, patron de PDG Secure Parking (600 parkings en Australie et en Nouvelle-Zélande), Norm McGillivray a enfin pu tester son idée à Brisbane.

    L'astuce qui aide

    Fin septembre, une quinzaine de lits avec draps, oreillers et duvets ont été installés dans le parking de la ville. Mais un docteur, un dentiste et des coiffeurs ont également rejoint le dispositif. Car le but de l’opération dépasse de loin la simple question de l’hébergement d’urgence.

    L'astuce qui aide

    Norm McGillivray :

    « La privation de sommeil est un problème énorme, mais il ne s’agit pas uniquement de trouver à ces personnes un endroit sûr où dormir. Il s’agit aussi d’aider ces gens à changer de vie et les sauver. Au fil du temps, les SDF perdent confiance en eux, perdent leur dignité et le respect d’eux-mêmes. Nous pouvons les aider à retrouver cela. »

    L'astuce qui aide

    Ce concept n’est ni une solution miracle, ni une solution idéale. Loin de là. Mais il nous rappelle que le manque d’hébergements d’urgence n’est pas une fatalité, à condition d’avoir la volonté. 


    28 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique