•  CE BOULANGER CULTIVE UN BLÉ DU MOYEN ÂGE POUR EN FAIRE UN PAIN PAUVRE EN GLUTEN.

    Grâce à une variété de blé remise en terre par son père il y a quelques années, Paul fabrique désormais sa propre farine et son propre pain.

    Retour aux sources

    Pour manger mieux, peut-être faudrait-il commencer par produire autrement. C’est le choix qu’a fait Paul, un paysan-boulanger qui, près de Nîmes, fabrique son pain à partir d’un blé datant du Moyen Âge.

    Retour aux sources

    Ce blé très ancien, c’est la Touzelle. Tombé dans l’oubli, il a été redécouvert par Henri, le père de Paul, il y a quelques années. Depuis, notre boulanger en cultive sur 3 hectares, ce qui lui permet de fabriquer sa propre farine dans son propre moulin, et de faire cuire son propre pain, un pain rare et particulièrement pauvre en gluten. Regardez (un reportage signé France 3 Occitanie) :

     

    Henri, le père de Paul :

    « J’ai semé à la main, d’abord dans mon jardin, puis après un peu plus grand, puis je récoltais à la faucille. »

    L’histoire commence il y a 20 ans, quand le père de Paul, Henri découvre la graine de blé dans des ouvrages anciens. Il décide alors de la cultiver. Henri trouve des graines au conservatoire de l’INRA, il se lance alors dans la culture, exactement comme à l’époque, sauf qu’aujourd'hui elle a une particularité, elle est bio !

    Retour aux sources

    Il faudra attendre environ sept pour qu’Henri produise sa première farine avec cette graine de blé. Puis en 2009, il passe la main à son fils Paul, qui maintenant moud son blé dans son propre moulin.

    Retour aux sources

    Henri a créé une association qui permet de diffuser des graines de cette variété ancienne a d’autres artisans. Quant à Paul, lui, vend les petits pains.

    Retour aux sources

    Un travail de patience et de passion qui, aujourd’hui, permet d’alimenter des supermarchés bio en pains sûrs et sains. Un immense bravo.


    18 commentaires
  • À force de voir des gamins scotchés à leurs écrans, on en oublierait presque comment les enfants d'autrefois occupaient leur temps. Petit rappel.

    À quoi jouaient les enfants avant que les écrans n’envahissent leur quotidien ?

    Marelle, élastique, colin maillard… autant de jeux simples et désuets qui faisaient autrefois le bonheur des bambins et qui pourraient bien revenir au goût du jour, regardez ces quelques images.

    Comment jouait on autrefois?

    Comment jouait on autrefois?

    Comment jouait on autrefois?

    L’idée n’est pas de dire que c’était mieux avant ni que les écrans sont à bannir, mais sur ce point, le passé peut aider.

    Comment jouait on autrefois?

    Comment jouait on autrefois?

    Comment jouait on autrefois?

    Comment jouait on autrefois?

    Non pas parce que ces jeux seraient nécessairement mieux que les jeux vidéos, mais parce qu’ils ne pouvaient se jouer qu’à plusieurs et au grand air, encourageant ainsi les mômes à se rencontrer et à sortir de chez eux.

    Comment jouait on autrefois?

    Comment jouait on autrefois?

    Comment jouait on autrefois?

    Comment jouait on autrefois?

    Comment jouait on autrefois?

    Que ces quelques photos rappellent de bons souvenirs aux parents, c’est bien, mais si elle pouvait aussi donner des idées aux enfants, ça serait encore mieux.


    18 commentaires
  • Interrogé en 1976, cet Indien d'Amérique évoquait la difficulté de défendre des valeurs dans une société corrompue par l'argent et l'individualisme.

    Quand l’homme, piégé par un individualisme forcené, saccage sa planète en échange de quelques billets, c’est qu’il est grand temps de revenir à l’essentiel. Mais l’essentiel, c’est quoi ? Pour répondre à cette question fondamentale, réécoutons les paroles de Russel Means, un indien d’Amérique qui, en 1976, avait déjà tout compris.

    Cette année-là, ce Sioux Oglala avait été interrogé par la télévision française. L'Ina a ressorti cette archive… et il a bien eu raison. Écoutez, car ce petit discours résume très bien quelques-unes des réalités de ce monde :

     

    « C’est trop facile d’être blanc dans ce monde. Pour eux, ce qui compte, c’est l’argent et ce qu’ils appellent les plaisirs de la vie. Alors que pour nous, le plaisir, c’est cette vie qui nous entoure. La vie, c’est l’herbe qui pousse, ce sont nos proches, les nuages, les oiseaux, toutes les choses vivantes qui font notre famille. C’est cela la beauté.

    Où se trouve la beauté du monde

    L’homme blanc dit qu’il faut exploiter toutes ces choses pour en tirer du plaisir. C’est du pur égoïsme.

    Où se trouve la beauté du monde

    C’est si facile d’être blanc, de trouver du travail, de ne penser qu’à l’argent. On commence alors à mettre des barrières autour de sa maison. Des barrières autour de sa ville. Des barrières autour de son pays. En fait, on met des barrières autour de soi-même.››

    Où se trouve la beauté du monde

    Russel Means, qui s’était notamment fait connaître pour son rôle dans Le Dernier des Mohicans, est mort le 22 octobre 2012 à l'âge de 72 ans. Mais son discours, lui, ne doit pas s’éteindre.


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique