• Sans abri, sur cette péniche, ils sont hébergés avec leur chien.

    Lorsqu'elles montent à bord du Fleuron, les personnes sans-abri ne sont pas obligées d'abandonner leur chien. Un lieu d'accueil rare à Paris.

    Le Fleuron de la générosité

    Une péniche qui accueille les personnes sans-abri et leur animal de compagnie ? C’est à Paris que cela se passe, au Fleuron, un centre d’hébergement crée il y a 20 ans par l'Ordre de Malte et 30 Millions d'Amis.

    Un lieu d'accueil rare:

    Alors que les températures baissent progressivement, une population est particulièrement impactée : celle des personnes sans-abri. Et pour ceux qui possèdent un chien, c’est encore plus difficile. En effet, très rares sont les centres d’hébergement qui acceptent les maîtres et leur animal. À Paris, le Fleuron fait donc exception.

    Pour les personnes qui vivent dans la rue, la présence de leur compagnon de galère est bien souvent le seul réconfort qui leur reste. « La plupart des gens fuient les centres d’hébergement car ils n’ont tout simplement pas envie de devoir se séparer de leur chien », explique Thomas Pons, intervenant social au Fleuron depuis six mois.

    Le Fleuron de la générosité

    Sur cette péniche amarrée sur le quai de Javel, 50 places sont mises à disposition d’hommes isolés en situation de grande précarité. Six d’entre elles sont réservées à des mises à l’abri d’urgence pour une durée maximale d’une semaine, les 44 autres sont attribuées par le SAMU social pour une durée de trois mois renouvelable une fois.

    Le Fleuron de la générosité

    Une prise en charge complète.

    Leur séjour à bord leur permet de souffler, de se mettre à l’abri pour reprendre les forces nécessaires afin établir un projet de vie. En effet, sur place, au-delà du gite et du couvert, les hébergés bénéficient d’un accompagnement personnalisé : démarches administratives (accès aux papiers d’identité et aux droits), permanence médicale deux fois par semaine, permanence vétérinaire pour leur animal assurée par les étudiants volontaires de l’École Vétérinaire de Maisons-Alfort, parcours vers l'emploi ou la formation professionnelle.

    Le Fleuron de la générosité

    Pour Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, « un peu de place et de bonne volonté, c’est tout ce qu’il fallait pour accueillir ensemble des sans-abri et leurs chiens. S’organiser : c’était le seul effort à faire pour ne pas laisser ni l’homme, ni l’animal mourir de froid dans la rue. »

    Le Fleuron de la générosité

    Dans les faits, depuis que Thomas Pons est arrivé, rares sont les personnes qui se présentent avec leur animal de compagnie. Serait-ce un problème de communication, s’interroge-t-il ?

    Le Fleuron de la générosité

    Alors, maintenant que vous connaissez le Fleuron, n’hésitez pas à en parler aux personnes dans le besoin. À noter : pour être accueilli à bord du Fleuron, il faut impérativement s’adresser aux services sociaux ou directement au Samu Social.

    Le Fleuron de la générosité

    Alors, si vous croisez des personnes démunies en situation d’urgence, n’hésitez pas à composer le 115 !


    27 commentaires
  • Afin de permettre à des personnes porteuses de trisomie 21 de s'insérer dans la société, Down for Up souhaite ouvrir un café-restaurant à Fribourg.

    Afin de permettre à des personnes porteuses de handicap de s’insérer professionnellement et socialement dans un environnement pensé pour elles, Zoé Adjadj a fondé l’association Down for Up. Avec ses associés Eduardo Peris (vice-président), Ludovic Schmutz (trésorier) et Séverine Spielmann, ils espèrent ainsi financer des projets d’insertion professionnelle de personnes en situation de handicap. Parrainée par Philippe Ligron, chef de cuisine, l’association souhaite dans un premier temps ouvrir un café-restaurant à Fribourg, en Suisse.

    Café restaurant animé par des handicapés

    Le premier projet de l’association consiste en l’ouverture d’un café-restaurant, employant des personnes porteuses de trisomie 21. Le café proposera des petits déjeuners, une restauration à midi, du café fraîchement torréfié ainsi que des pâtisseries l’après-midi. Nous misons sur un lieu chaleureux, authentique, offrant plus que la consommation d’un simple café et surtout avec une gamme de produits sains et locaux.

    Café restaurant animé par des handicapés

    Malgré la tendance actuelle de « l’école inclusive », il est rare de croiser des personnes porteuses de trisomie 21 dans un cadre professionnel en dehors d’un milieu institutionnel. Arrivées à l’âge adulte, ces personnes n’ont que peu de solutions si elles ne souhaitent pas travailler dans un atelier rattaché à une institution. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons ouvrir ce café : afin d’offrir un espace de travail différent, qui leur permettra entre autres d’évoluer, d’accroître leur autonomie et de s’épanouir.

    Café restaurant animé par des handicapés

    L’ouverture d’un café comme celui-ci donnera aux employés la possibilité de travailler dans une entreprise privée et aux clients l’opportunité de rencontrer des personnes porteuses de handicap dans un contexte différent. Un projet comme celui-ci représente une manière concrète de sensibiliser la population à la différence, en espérant que cela devienne plus courant.

    Café restaurant animé par des handicapés

    « De nombreux pays possèdent déjà des établissements similaires à celui que nous souhaitons ouvrir. Il est temps que la Suisse s’y mettent et intègre les personnes trisomiques dans la société ! »

    Signalons que plusieurs villes françaises telles Mulhouse ou Nantes se sont déjà lancé dans cette belle aventure.

    Café restaurant animé par des handicapés

    Un petit truc en plus, Mulhouse

    Café restaurant animé par des handicapés

    Café Joyeux Opéra, Paris.

    Café restaurant animé par des handicapés

    Restaurant Le Reflet, Nantes.


    28 commentaires
  • Les abricots de cet arboriculteur ne pouvaient être commercialisés car trop abîmés. Pour éviter de les jeter, il a eu une idée brillante.

    Un coup dur transformé en générosité

    Victime des intempéries, un arboriculteur ardéchois a su dépasser la tristesse et l’abattement d’avoir perdu une partie de sa récolte pour faire bénéficier des ses fruits abîmés aux associations. Une initiative anti-gaspi et solidaire comme on les aime.

    Un coup dur transformé en générosité

    Le 15 juin dernier, un violent épisode de grêle s’abat sur l’Ardèche, emportant avec lui une bonne partie des récoltes de Régis Gonnet. L’arboriculteur, installé en partie sur la commune de Glun, perd 60% de sa production d’abricots, trop abîmés par les grêlons pour pouvoir être commercialisés, explique-t-il à France Bleu Ardèche. L’agriculteur déplore :

    «Les industriels n’en veulent pas, il y a trop de blessures sur les abricots.»

    Un coup dur transformé en générosité

    Que faire ? Mettre la totalité des fruits abîmés au rebut ? Pas question ! En discutant avec ses collègues de la Confédération Paysanne, il décide finalement d’en faire don aux associations locales. Une solution gagnant-gagnant pour l’arboriculteur  :

    « C’est bien de décharger les arbres lorsque les fruits sont abîmés, ça évite qu’ils pourrissent sur l’arbre. Et on s’est dit qu’en ramassant, on pourrait récupérer les fruits encore bons et en faire profiter les associations. »

    Un coup dur transformé en générosité

    Pour organiser la solidarité, Régis Gonnet s’en remet à son amie Martine Fortin du Réseau Éducation Sans Frontière, qui contacte à son tour d’autres associations comme les Restos du Cœur, le Secours Populaire, la Banque Alimentaire. Pour elle, la démarche va de soi. Il faut faire se rencontrer les problématiques lorsque cela est possible. Elle explique à la journaliste de France Bleu Ardèche :

    « L’enjeu, c’était une solidarité et une responsabilité alimentaire. On est au milieu d’un gaspillage organisé par les circuits de vente habituels, et d’un autre côté, les associations œuvrent tous les jours, et souvent avec difficulté, pour pallier les problèmes alimentaires des gens dans le besoin. »

    Un coup dur transformé en générosité

    Grâce à cette initiative, les cueilleurs d’un jour ont finalement récolté 2 tonnes d’abricots. La plupart des fruits ont été distribués tels quels, quant aux plus abîmés, ils ont été transformés en confiture lors d’ateliers organisés par les associations.

    Un coup dur transformé en générosité

    La solution parfaite pour allier solidarité et anti-gaspi !


    31 commentaires
  • New York : un jogger offre ses baskets à un mendiant et repart pieds nus.

    La scène ne dure que quelques secondes mais a déjà ému plusieurs dizaines de milliers de personnes sur internet. 

    Un geste rare

    Il n’y a pas que la bêtise, l’obscénité et la violence qui deviennent virales sur internet. Pour preuve, cette scène inattendue qui ne repose que sur une seule chose : la générosité.

    Il y a quelques jours, Antonella212, utilisatrice de Twitter, poste une petite vidéo accompagnée de ce simple texte :

    « Il était 9 heures du matin dans la zone du WTC. J’ai vu un jogger enlever ses baskets, les donner à un homme sans abri et repartir dans les rues de New York pieds nus. Nous sommes ce que nous faisons quand nous pensons que personne ne nous regarde. »

     Depuis, ces images ont été partagées et repartagées des dizaines de milliers de fois.

    Le site Eyewitness News a retrouvé le SDF en question et a recueilli son témoignage. Apparemment, il venait d’enlever ses chaussures usées jusqu’à la corde et espérait recevoir suffisamment d’argent pour s’en payer d’autres.

    « Jamais je n’avais pensé que quelqu’un enlèverait ses chaussures pour me les donner »

    Quant au jogger, voici ce qu’il aurait confié au mendiant avant de lui donner ses baskets :

    « J’ai été béni toute ma vie, Dieu a été très gentil avec moi, j’ai le sentiment que je devrais aussi te bénir. »

    Un geste rare

    Un geste admirable et désintéressé qui ne changera pas la face du monde mais qui montre l’exemple. Un grand bravo.


    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique