• À Rouen, des boîtes à dons pour échanger des graines ou des plantes.

    Encourageant l'économie circulaire et le travail de la terre, ces boîtes à dons accueillent plantes, semences, outils et livres de jardinage...

    Preuve que nature et solidarité font très bon ménage, la ville de Rouen a installé des boîtes à dons… consacrées au jardinage. Lumière sur une très belle idée qui incite à remettre les mains dans la terre tout en dynamisant l’économie circulaire.

    La bonne idée

    Ces boîtes à dons ont fait leur apparition au Jardin des plantes de Rouen au début du mois de février. Une initiative qui fait suite à un appel à projets citoyens lancé par la ville de Rouen en 2018.

    La bonne idée

    Dans ces petites cabanes en bois ouvertes à tous, on trouve des boutures, des graines, des livres et des outils de jardinage. En fait, chacun peut y déposer ce qu’il souhaite… et emporter ce dont il a besoin !

    Et si l’on veut faire don d’un objet trop volumineux pour entrer dans ces cabanes, on peut toujours y laisser un mot avec ses coordonnées.

    La bonne idée

    La ville de Rouen, sur son site:

    « Les riverains et amateurs peuvent placer ce dont ils n’ont plus l’utilité afin que d’autres puissent en profiter. Une façon d’éviter de jeter, de favoriser le réemploi et donc l’économie circulaire. »

    La bonne idée

    Beau projet.


    41 commentaires
  • À Marseille, une laverie mobile pour les plus démunis.

    Une laverie mobile pour les démunis

     

     

    Grâce à cette laverie 100% autonome, Emmaüs peut aller à la rencontre de tous ceux qui ont besoin de laver leur linge sans en avoir les moyens.

    Une laverie mobile pour les démunis

    Porter des habits propres ne devrait pas être un luxe. Ce devrait être un droit universel accordé au plus grand nombre. Voici pourquoi cette initiative est si précieuse : à Marseille, la communauté Emmaüs a inventé une laverie mobile ouverte gratuitement à tous les démunis. 

    Quand on n’a pas de toit, forcément, on n’a pas de machine à laver. Il y a bien les laveries automatiques, mais ce n’est pas donné. Alors, pour que chacun puisse malgré tout laver son linge, Emmaüs a équipé un véhicule de deux machines à laver.

    Le Lavo’movile, c’est son nom, est 100 % autonome. Il transporte même l’eau nécessaire à son fonctionnement et récupère lui-même les eaux usées. Résultat : il peut se rendre utile absolument partout.

    Une laverie mobile pour les démunis

    Fathi Bouaroua, coprésident d’Emmaüs Pointe-Rouge Marseille, cité par France 3:

    « Nous pouvons nous déplacer dans toute la ville, dans des bidonvilles, dans des squats… »

    Une laverie mobile pour les démunis

     

    L’idée est venue d’un ancien SDF qui a rejoint les rangs des compagnons d’Emmaüs.

    « Une lessive dans une laverie c’est minimum 6 euros. Beaucoup de gens préfèrent mettre six euros pour manger ou dormir que dans une lessive. »

    Une laverie mobile pour les démunis

    Grâce au Lavo’mobile, les sans-abri n’ont plus à choisir entre être propre ou se nourrir.

    Une laverie mobile pour les démunis

    Une vraie belle idée.


    42 commentaires
  • A écouter jusqu'au bout

     

    Prenez et diffusez autour de vous


    51 commentaires
  • Pour aider les élèves à sortir de leur isolement, la ville de Plaisir s'est inspirée d'un concept venu des États-Unis : le "buddy bench".

    Plaisir, les bancs de l'amitié

    Contre l’isolement des enfants à l’école, voici un concept à la fois simple, original et bienvenu. À Plaisir, dans les Yvelines, la commune a fait installer un « banc de l’amitié » dans chacun de ses 27 établissements scolaires. Si un enfant cherche à se faire des amis, il a juste à s’asseoir dessus.

    Explications.

    Ces bancs sont présents depuis la dernière rentrée des classes. Ce système est directement importé des États-Unis où il existe sous le nom de « buddy bench » depuis une dizaine d’années.

    Plaisir, les bancs de l'amitié

    Objectif ? Lutter contre la solitude de certains enfants, mais aussi combattre le harcèlement et résoudre des conflits entre élèves, le tout avec une intervention minimale du monde adulte.

    Plaisir, les bancs de l'amitié

    Alexandra Wacogne, directrice de l’école Louis-Pergaud, citée par Le Parisien:

    « Le banc permet d’envoyer un message clair aux autres. Extérioriser ce qu’ils ressentent permet aux enfants d’éviter de le faire par d’autres moyens et travaille l'empathie des autres. »

    Plaisir, les bancs de l'amitié

    Une initiative approuvée par la pédopsychiatre Nicole Catheline :

    « Il faut encourager l’installation de ces bancs parce qu’au-delà du principe, ils font prendre conscience à tous de la solitude de certains enfants. »

     

    Plaisir, les bancs de l'amitié

    Seules recommandations du médecin : que les enseignants gardent un oeil sur le banc et que l’initiative soit accompagnée d’un minimum de prévention. 

    «Il faut être clair dès le début pour que ceux qui s’assoient sur le banc soient valorisés car ils proposent aux autres de devenir leur ami.»

    Plaisir, les bancs de l'amitié

    Une idée utile qui, en plus ne coûte rien : pour installer un banc de l’amitié, il suffit d’en repeindre un d’une couleur distinctive.


    40 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique