• Pour illustrer la générosité insoupçonnée qui se cache autour de nous, cette association norvégienne a imaginé une très jolie vidéo.

    Générosité humble et discrète

    Très souvent, la générosité s’exprime avec humilité et discrétion. Voici ce qu’illustre ce spot sensible et touchant diffusé en 2017 par une association de familles d’accueil.

    À vrai dire, la générosité est si discrète qu’on la sous-estime fréquemment, jusqu’à oublier  parfois qu’elle existe. C’est donc pour rappeler que « les solutions sont souvent plus proches que vous ne le pensez » que l’association norvégienne Fosterhjem a mis en ligne cette vidéo.

    On y observe des élèves qui, pour aider leur camarade privé de déjeuner, partagent leur nourriture, mais sans se faire connaître.

    Très bien vu.


    33 commentaires
  • Pour lutter contre la surconsommation et les dépenses inutiles, cette boutique nantaise ne propose que des biens à échanger, emprunter et partager.

    Nantes, la boutique du partage

    La surconsommation est un véritable fléau, tant pour le porte-monnaie que pour l’écologie. Pour faire face à ce problème, l’association Nous and Co a eu une idée lumineuse : ouvrir une boutique basée sur les dons et l'emprunt. À la boutique du partage, il n’est pas question d’argent mais d’échange… et de partage ! Émilie Le Goff, chargée d’animation et de développement de l’association, nous en dit un peu plus.

    Nantes, la boutique du partage

    Venez découvrir le monde de l’économie non-marchande à la Boutique du Partage ! Ici, pas d’échange d’argent mais du don, de l'emprunt, de l’échange et du partage.

    Dans cette boutique pas comme les autres, vous trouverez une zone de dons d’objets pour favoriser le réemploi et une bibliothèque d’objets pour emprunter ce qui sert occasionnellement (perceuse, appareil à raclette, sac de voyage…)

    Nantes, la boutique du partage

    Chez Nous and Co, on pense que l’économie du partage permet de répondre à trois grands enjeux de notre société actuelle :

    - Social : partager signifie rencontrer !

    - Financier : la gratuité pour que chacun ait accès à des biens, des services et des savoirs.

    - Environnemental : lutter contre la surconsommation via le partage et le réemploi.

    C’est suite à ces constats que la Boutique du Partage est née : un lieu qui réunit toutes les façons de consommer autrement.

    Nantes, la boutique du partage

    Nos ressources s’épuisent, et notre porte-monnaie aussi ! Pourquoi posséder une perceuse qui ne servira en moyenne que 12 minutes dans une vie ? Pourquoi ne pas la mettre en commun afin que chacun.e puisse en profiter ? Pourquoi acheter et stocker au fond de son placard un appareil à raclette qu’on ne sortira que 3 fois cet hiver ? Empruntons-le !

    Nantes, la boutique du partage

    Nous sommes également convaincus qu’il n’y a pas que les objets que nous pouvons partager, mais aussi nos compétences. Tout le monde a quelque chose à partager, et nous proposons à chacun de retrouver confiance en soi via nos ateliers de partage de savoir-faire.

    Nantes, la boutique du partage

    La Boutique du Partage est également un lieu qui permet de se rencontrer et d’échanger en toute bienveillance. Ici, vous ne trouverez pas qu’une simple tente à emprunter, vous rencontrerez aussi vos voisins pour créer du lien et échanger vos bons plans !


    34 commentaires
  • Brésil, ce dentiste soigne les plus démunis.

    Grâce à Felipe Rossi et à son ONG, 12 000 personnes ont pu être soignées. Résultat ? Ces photos joyeuses qui donnent le sourire à tout le monde.

    Il redonne un sourire aux démunis

    Soigner des dents, c’est transformer des regards.

    Il redonne un sourire aux démunis

    Il redonne un sourire aux démunis

    Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à jeter un œil au travail du Brésilien Felipe Rossi. Ce dentiste parcourt le monde et répare la dentition de personnes dans le besoin.

    Il redonne un sourire aux démunis

    Il redonne un sourire aux démunis

    Une fois le travail accompli, ses patients ne retrouvent pas seulement des dents, ils retrouvent aussi un sourire et, surtout, un regard pétillant, ému et fier. La preuve en images.

    Il redonne un sourire aux démunis

    Il redonne un sourire aux démunis

    Pour mener à bien sa mission, Felipe Rossi s’est entouré d’une équipe et a créé sa propre ONG baptisée Por 1 soriso (pour un sourire). Grâce à lui, 12 000 personnes ont déjà profité de l’intervention d’un dentiste.

    Il redonne un sourire aux démunis

     Il redonne un sourire aux démunis

    Autant de patients qui ont pu soigner leurs dents, calmer leurs douleurs, retrouver un certain confort et renouer avec l’estime de soi. Une métamorphose qui se perçoit autant au niveau de la bouche que dans le regard.

    Il redonne un sourire aux démunis

     Il redonne un sourire aux démunis

    Jugez-en par vous-même :

    Il redonne un sourire aux démunis

    Il redonne un sourire aux démunis

    Il redonne un sourire aux démunis

    Il redonne un sourire aux démunis

    Il redonne un sourire aux démunis

    Il redonne un sourire aux démunis

    Il redonne un sourire aux démunis

    Il redonne un sourire aux démunis

    Il redonne un sourire aux démunis

    Sourire est le plus beau cadeau que l’on puisse adresser à quelqu’un et s’offrir à soi-même. Nul ne devrait en être privé. 

     

    33 commentaires
  • Sans abri, sur cette péniche, ils sont hébergés avec leur chien.

    Lorsqu'elles montent à bord du Fleuron, les personnes sans-abri ne sont pas obligées d'abandonner leur chien. Un lieu d'accueil rare à Paris.

    Le Fleuron de la générosité

    Une péniche qui accueille les personnes sans-abri et leur animal de compagnie ? C’est à Paris que cela se passe, au Fleuron, un centre d’hébergement crée il y a 20 ans par l'Ordre de Malte et 30 Millions d'Amis.

    Un lieu d'accueil rare:

    Alors que les températures baissent progressivement, une population est particulièrement impactée : celle des personnes sans-abri. Et pour ceux qui possèdent un chien, c’est encore plus difficile. En effet, très rares sont les centres d’hébergement qui acceptent les maîtres et leur animal. À Paris, le Fleuron fait donc exception.

    Pour les personnes qui vivent dans la rue, la présence de leur compagnon de galère est bien souvent le seul réconfort qui leur reste. « La plupart des gens fuient les centres d’hébergement car ils n’ont tout simplement pas envie de devoir se séparer de leur chien », explique Thomas Pons, intervenant social au Fleuron depuis six mois.

    Le Fleuron de la générosité

    Sur cette péniche amarrée sur le quai de Javel, 50 places sont mises à disposition d’hommes isolés en situation de grande précarité. Six d’entre elles sont réservées à des mises à l’abri d’urgence pour une durée maximale d’une semaine, les 44 autres sont attribuées par le SAMU social pour une durée de trois mois renouvelable une fois.

    Le Fleuron de la générosité

    Une prise en charge complète.

    Leur séjour à bord leur permet de souffler, de se mettre à l’abri pour reprendre les forces nécessaires afin établir un projet de vie. En effet, sur place, au-delà du gite et du couvert, les hébergés bénéficient d’un accompagnement personnalisé : démarches administratives (accès aux papiers d’identité et aux droits), permanence médicale deux fois par semaine, permanence vétérinaire pour leur animal assurée par les étudiants volontaires de l’École Vétérinaire de Maisons-Alfort, parcours vers l'emploi ou la formation professionnelle.

    Le Fleuron de la générosité

    Pour Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, « un peu de place et de bonne volonté, c’est tout ce qu’il fallait pour accueillir ensemble des sans-abri et leurs chiens. S’organiser : c’était le seul effort à faire pour ne pas laisser ni l’homme, ni l’animal mourir de froid dans la rue. »

    Le Fleuron de la générosité

    Dans les faits, depuis que Thomas Pons est arrivé, rares sont les personnes qui se présentent avec leur animal de compagnie. Serait-ce un problème de communication, s’interroge-t-il ?

    Le Fleuron de la générosité

    Alors, maintenant que vous connaissez le Fleuron, n’hésitez pas à en parler aux personnes dans le besoin. À noter : pour être accueilli à bord du Fleuron, il faut impérativement s’adresser aux services sociaux ou directement au Samu Social.

    Le Fleuron de la générosité

    Alors, si vous croisez des personnes démunies en situation d’urgence, n’hésitez pas à composer le 115 !


    29 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique