• Pour sensibiliser à l'isolement des personnes âgées, ils piègent les passants en plein Paris.

    À l'occasion de la Journée internationale pour les personnes âgées, une expérience surprenante a été réalisée en plein Paris.

    Aujourd’hui, nos aînés sont mis à l’honneur avec une journée de sensibilisation destinée à lutter contre les inégalités liées au vieillissement. Et on peut dire que l’association les Petits Frères des Pauvres a frappé fort avec une campagne à la fois inattendue, percutante et troublante. Découverte.

    Expérience surprenante

    La crise sanitaire que nous traversons a mis en avant la fragilité et la vulnérabilité de nos aînés. Car si on estime qu’on entame le dernier quart de sa vie à 60 ans, les personnes âgées isolées en sont, quant à elles, injustement privées. C’est la raison pour laquelle l’association caritative a lancé l’opération « Le Dernier Quart ». L’objectif ? Perturber le quotidien du grand public en supprimant une partie de leurs activités habituelles. Une manière de rendre visible la souffrance endurée par les seniors.

    Expérience surprenante

    Le jeudi 1er octobre 2020, à l’occasion de la Journée internationale des personnes âgées, des passants ont donc été piégés en plein Paris. Les deux opérations de sensibilisation ont surpris les parisiens avec deux caméras cachées.

    Expérience surprenante

    La première expérience prive les passants du dernier quart d’un escalier, les empêchant alors de progresser. Regardez :

    La seconde expérience, réalisée dans le IXe arrondissement, interrompt la projection d’un match de foot à son dernier quart. Voici la réaction des spectateurs :

    Pour rappel, environ 900 000 personnes âgées en France sont isolées et 300 000 sont totalement privées d’une relation humaine. On appelle ce phénomène celui de la « mort sociale ». Une réalité douloureuse et silencieuse qui s’amplifie actuellement avec la crise sanitaire.

    Expérience surprenante

    Une campagne intelligente et essentielle qui, espérons-le, mettra un terme à l’invisibilité de nos aînés.


    34 commentaires
  • À Rouen, des boîtes à dons pour échanger des graines ou des plantes.

    Encourageant l'économie circulaire et le travail de la terre, ces boîtes à dons accueillent plantes, semences, outils et livres de jardinage...

    Preuve que nature et solidarité font très bon ménage, la ville de Rouen a installé des boîtes à dons… consacrées au jardinage. Lumière sur une très belle idée qui incite à remettre les mains dans la terre tout en dynamisant l’économie circulaire.

    La bonne idée

    Ces boîtes à dons ont fait leur apparition au Jardin des plantes de Rouen au début du mois de février. Une initiative qui fait suite à un appel à projets citoyens lancé par la ville de Rouen en 2018.

    La bonne idée

    Dans ces petites cabanes en bois ouvertes à tous, on trouve des boutures, des graines, des livres et des outils de jardinage. En fait, chacun peut y déposer ce qu’il souhaite… et emporter ce dont il a besoin !

    Et si l’on veut faire don d’un objet trop volumineux pour entrer dans ces cabanes, on peut toujours y laisser un mot avec ses coordonnées.

    La bonne idée

    La ville de Rouen, sur son site:

    « Les riverains et amateurs peuvent placer ce dont ils n’ont plus l’utilité afin que d’autres puissent en profiter. Une façon d’éviter de jeter, de favoriser le réemploi et donc l’économie circulaire. »

    La bonne idée

    Beau projet.


    25 commentaires
  • À Marseille, une laverie mobile pour les plus démunis.

    Une laverie mobile pour les démunis

     

     

    Grâce à cette laverie 100% autonome, Emmaüs peut aller à la rencontre de tous ceux qui ont besoin de laver leur linge sans en avoir les moyens.

    Une laverie mobile pour les démunis

    Porter des habits propres ne devrait pas être un luxe. Ce devrait être un droit universel accordé au plus grand nombre. Voici pourquoi cette initiative est si précieuse : à Marseille, la communauté Emmaüs a inventé une laverie mobile ouverte gratuitement à tous les démunis. 

    Quand on n’a pas de toit, forcément, on n’a pas de machine à laver. Il y a bien les laveries automatiques, mais ce n’est pas donné. Alors, pour que chacun puisse malgré tout laver son linge, Emmaüs a équipé un véhicule de deux machines à laver.

    Le Lavo’movile, c’est son nom, est 100 % autonome. Il transporte même l’eau nécessaire à son fonctionnement et récupère lui-même les eaux usées. Résultat : il peut se rendre utile absolument partout.

    Une laverie mobile pour les démunis

    Fathi Bouaroua, coprésident d’Emmaüs Pointe-Rouge Marseille, cité par France 3:

    « Nous pouvons nous déplacer dans toute la ville, dans des bidonvilles, dans des squats… »

    Une laverie mobile pour les démunis

     

    L’idée est venue d’un ancien SDF qui a rejoint les rangs des compagnons d’Emmaüs.

    « Une lessive dans une laverie c’est minimum 6 euros. Beaucoup de gens préfèrent mettre six euros pour manger ou dormir que dans une lessive. »

    Une laverie mobile pour les démunis

    Grâce au Lavo’mobile, les sans-abri n’ont plus à choisir entre être propre ou se nourrir.

    Une laverie mobile pour les démunis

    Une vraie belle idée.


    42 commentaires
  • A écouter jusqu'au bout

     

    Prenez et diffusez autour de vous


    51 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique