• La région Centre-Val de Loire va salarier 150 médecins.

    Puisqu'elle manque de médecins, il n'y a qu'à en recruter. Jamais une région française n'avait encore pris une telle décision.

    Une région réagit

    Des territoires entiers privés de médecin ? Si beaucoup estiment qu’il s’agit d’un drame contre lequel on ne peut rien, ça n’est pas le cas de la Région Centre-Val de Loire. Pour lutter contre la désertification médicale, cette collectivité a pris une décision radicale : recruter et salarier 150 médecins. Du jamais vu qui, sait-on jamais, inspirera peut-être d’autres élus. Explications.

    Une région réagit

    La Région Centre-Val de Loire se donne cinq ans pour recruter ces 150 docteurs. C’est la première fois qu’une telle démarche a lieu à l’échelle d’une région. Pourquoi employer de si gros moyens ? 

    Une région réagit

    Anne Leclercq, vice-présidente de la Région en charge de la santé, citée par France Bleu:

    « Quelques communes ou communautés de communes ont déjà entamé cette démarche-là,  mais nous serons effectivement les premiers à le faire à l’échelle d’une Région. Parce que le contexte régional ne nous laisse plus le choix : c’est une question d’accès au soin et d’aménagement du territoire. Il faut prendre les choses à bras-le-corps, car la problématique concerne l’ensemble de notre région, les secteurs ruraux comme certains secteurs urbains, notamment les quartiers. »

    Une région réagit

    Ces médecins seront installés dans des centres de santé. Pour l’heure, la région n’en compte que trois mais, d’ici 2025, il y en aura trente.

    Une région réagit

    Dans certaines régions, la désertification médicale pose d’immenses problème. Mais cette situation n’est pas une fatalité. La Région Centre-Val de Loire compte bien en faire la démonstration.


    35 commentaires
  • Apparemment, la ville de Vannes est très attentive à ce que mangent les petits. Du coup, pour garantir de bons fruits et légumes bio aux enfants de ses crèches, elle .a carrément créé sa propre régie de maraîchage et recruté un maraîcher.

    Belle initiative

    Sur un hectare de terre, le maraîcher recruté par la mairie de Vannes cultivera des fruits et légumes pour les crèches de la commune.

    Lumière sur une initiative exemplaire qui parie sur le bon sens des circuits court et de l’autosuffisance alimentaire.

    Belle initiative

    Dans un article consacré à ce superbe projet, Ouest France rappelle que la municipalité de Vannes est depuis longtemps soucieuse de l’alimentation proposée aux enfants. Sa cuisine municipale est en régie (elle n’est donc pas confiée au secteur privé) et elle compte une diététicienne parmi ses agents.

    L’idée de créer une régie de maraîchage s’inscrit donc dans la suite logique de cet engagement. Le projet a été confié, le 1er avril (et ce n’est pas une blague) à un Breton de 52 ans qui a déjà 25 ans d’expérience derrière lui.

    Belle initiative

    Sa mission ? Exploiter 1ha de terre et y faire pousser des fruits et légumes bio. Son objectif ? Fournir suffisamment de produits pour les 340 repas préparés quotidiennement par la cuisine municipale à destination des crèches (170 déjeuners et 170 goûters).

    Belle initiative

    Les premières récoltes sont attendues dès le second semestre de cette année.

    Belle initiative

    Privilégier la terre et le savoir-faire local et contourner la notion de profit dans le seul but de proposer une nourriture saine et écologique à ses enfants ? On ne peut qu’applaudir, forcément.


    14 commentaires
  • En créant du lien et en invitant au voyage, cette méthode permet d'apaiser les angoisses de celles et ceux qui ne guériront pas...

    Les livres pour apaiser

    Pour apaiser les angoisses de ses patients en fin de vie, l’hôpital de Castres (Tarn) emploie une méthode aussi douce que touchante : avec l’aide de soignants, de psychologues et de bénévoles, il pratique la bibliothérapie. Le principe ? Faire la lecture aux malades pour soulager leurs craintes. Démonstration en images dans ce très beau reportage relayé par france-tv(cliquez sur le lien pour voir la vidéo)

    Les livres pour apaiser

    Quand on se sait en train de vivre ses derniers jours, l’angoisse est naturelle. Alors, aux soins palliatifs de l’hôpital de Castres, il n’est pas rare d’entendre des bribes d’histoires s’échapper des chambres des patients. Pourquoi ? Parce que ça leur fait du bien, tout simplement…

    Les livres pour apaiser

    Nathalie Renault, psychologue clinicienne, à l’hôpital de Castres :

    « Certaines personnes se retrouvent dans une forme d’impasse existentielle. Ils savent qu’on ne peut pas les guérir. Ils savent qu’ils n’ont pas d’autre issue que de mourir. Alors, qu’est-ce qu’il reste comme espoir ? Eh bien jusqu’au bout, le fait de se sentir digne, ça peut faire dire au patient ‘je me sens revivre.’ Et ça, je l’entends très souvent. »

    Les livres pour apaiser

    Redonner le sourire à une personne qui sait qu’elle va mourir ? En voilà une mission noble et magnifique.

    Les livres pour apaiser


    10 commentaires
  • Pour éviter le stress inhérent à l'univers hospitalier et profiter des bienfaits de la nature, voici une superbe initiative destinée aux enfants malades.

    Hôpital en forêt

    Puisque la nature fait du bien au corps et à l’esprit, pourquoi ne pas installer les chambres d’hôpital en pleine forêt ? Voici la réflexion audacieuse et pleine de bon sens qui a conduit une région de Norvège à mener une formidable expérience. Explications.

    Hôpital en forêt

    Le projet « Hôpital en plein air » a vu le jour dans la région de Sorlandet. L’idée ? Puisque le milieu hospitalier peut être triste et / ou angoissant, pour faciliter le séjour et la guérison des enfants malades, offrons-leur la possibilité de renouer avec la nature grâce à des chambres d’hôpital conçues comme des cabanes, au plus près des arbres, des oiseaux et des ruisseaux !

    Hôpital en forêt

     

    Hôpital en forêt

    Résultat ? Un meilleur moral et donc, de meilleurs chances de guérison. Regardez (une vidéo Brut) :

     

    Maren Østvold Lindheim, pédiatre :

    « Beaucoup de recherches montrent que le stress psychologique mais aussi le stress physique diminuent lorsque vous êtes dehors. »

    Hôpital en forêt

    Espérons que ce type d’expérience se généralise. Les enfants le méritent.

    Hôpital en forêt


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique