• Coronavirus : ces masques Michelin sont performants, peu coûteux et réutilisables à l'infini.

    Grâce à Michelin, il sera bientôt possible de se procurer des masques 100% français, performants, peu coûteux et réutilisables à l'infini.

    Les masques de protection deviendront-ils obligatoires ? Face à cette question qui reste aujourd’hui en suspens, Michelin, le géant des pneus et des guides gastronomiques, va produire des masques réutilisables à l’infini. Une excellente innovation pour faire face à l’épidémie. 

    Produire un million de masques par semaine dès le mois de mai : voici l’incroyable mission que s’est lancée la firme transnationale française. OCOV, nom donné à ce prototype ultra-performant, est jugé cinq fois plus rentable que l’équipement de protection FFP2. Il est doté d’une sangle pour maintenir le masque et offrir un maximum de confort mais aussi d’une jupe, d’une grille, d’un capuchon et d’un filtre pour limiter le taux de fuite.

    « Réutilisable jusqu’à 100 fois grâce à ces cinq filtres lavables et interchangeables, son coût de revient est très compétitif. »

    Ces masques, fabriqués en masse par les ingénieurs de Michelin et par ceux du commissariat aux énergies atomiques, sont produits dans les dix usines ouvertes en Europe, notamment à Clermont-Ferrand. À l’achat, il coûtera au grand public 28 euros.

    Dans un reportage diffusé sur TF1 le samedi 25 avril, le géant des pneus présentait son prototype aux téléspectateurs. Si vous l’avez loupé, c’est le moment de le découvrir :

    Près de 130 000 masques sont aujourd’hui réservés. Michelin offrira notamment une partie des commandes aux Agences Régionales de Santé.

    Une innovation exemplaire pour lutter ensemble contre l’épidémie de coronavirus. 


    34 commentaires
  • Pour soutenir l'agriculture française menacée notamment par l'interdiction des marchés en plein air, la distribution jure fidélité au made in France.

    Vers une alimentation française?

    Coronavirus oblige, l’ensemble des supermarchés français s’apprêtent à vendre des fruits et légumes 100 % français. Une nouvelle inattendue qui ravira les partisans de la consommation locale et de l’autosuffisance alimentaire. Explications.

    Vers une alimentation française?

    Les marchés de plein air étant fermés, la grande distribution s’est engagée à soutenir l’agriculture française en excluant de leur offre les fruits et légumes venus de l’étranger.

    Vers une alimentation française?

    La Fédération du commerce et de la distribution, citée par Les Échos:

    « Toutes les chaînes sont en train de passer à un approvisionnement français. Les produits étrangers qui sont présents en rayon seront écoulés mais il n’y aura pas d’approvisionnement hors de France. »

    Vers une alimentation française?

    Par ailleurs, les grande distribution s’engage à maintenir des prix « accessibles. »

    Vers une alimentation française?

    Fini, donc, les fraises ou les asperges venues de l’autre bout du monde. La France sait produire ses fruits et légumes, ils sont déjà en cours de production et on les trouvera bientôt dans les supermarchés.

    Vers une alimentation française?

    Pour les grandes enseignes, ce choix sera peut-être l’occasion d’adopter de nouvelles habitudes sur le long terme. Histoire de soutenir nos agriculteurs et de promouvoir une alimentation locale et donc moins émettrice de gaz à effets de serre.

    Vers une alimentation française?

    Tout le monde aurait à y gagner.


    37 commentaires
  • À quoi ressembleraient l'Égypte, la Turquie ou la Grèce si les Sept Merveilles du monde antique étaient restées intactes ? La réponse en images.

    Imaginons

    Voici à quoi ressembleraient les Sept Merveilles du monde antique si elles se tenaient encore debout aujourd’hui. Des images bluffantes, résultat du travail du studio créatif NeoMam.

    Le point commun de ces sept monuments ? Leurs dimensions étonnamment imposantes pour l’époque. En effet, en l’absence de moyens techniques avancés, leur réalisation était d’autant plus impressionnante dans l’Antiquité.

    La pyramide de Khéops à Gizeh

    Imaginons

    Sur les sept édifices majestueux répertoriés comme « merveilles », un seul a survécu, c’est la pyramide de Khéops située sur le site de Gizeh en Égypte, où se trouvait autrefois la capitale des pharaons. Construite il y a plus de 2 500 ans, elle est aussi le monument le plus ancien de cette liste. Voici à quoi elle ressemblerait si elle avait gardé son éclat d’antan.

    Imaginons

    Le colosse de Rhodes

    Imaginons

    Haute de plus de 30 mètres, la statue du dieu du Soleil Hélios n’a gardé l’entrée du port de l’île de Rhodes que quelques décennies avant d’être détruite par un tremblement de terre vers 226 av. J.-C. Sans cette catastrophe, elle surplomberait peut-être toujours la ville.

    Imaginons

    Les jardins suspendus de Babylone

    Imaginons

    C’est la seule merveille du monde dont l’existence n’est pas solidement attestée. Ces jardins verdoyants auraient été construits dans la mythique cité de Babylone (actuelle Irak) par le roi Nabuchodonosor II, en cadeau pour son épouse. Si les textes affirment son existence, les fouilles, elles, n’ont toujours pas encore révélé leurs secrets.

    Imaginons

    Le Phare d’Alexandrie

    Imaginons

    Le phare d’Alexandrie a guidé les marins en Méditerranée pendant près de centaines d’années. Construit au troisième siècle avant notre ère, il disparaît au début du XVIe siècle des suites d’un tremblement de terre.

    Imaginons

    Le mausolée d’Halicarnasse

    Imaginons

    Construit dans la ville antique d’Halicarnasse en Turquie, le mausolée abritait la sépulture du gouverneur perse Mausole. Richement décoré et orné de nombreuses statues, l’édifice a finit par tomber en ruines avant de disparaître. Aujourd’hui la ville rebaptisée Bodrum est l’une des stations balnéaires les plus cotées de Turquie.

    Imaginons

    La statue chryséléphantine de Zeus à Olympie

    Imaginons

    Toute d’or et d’ivoire, la statue de Zeus représentait le dieu assis sur son trône, paré de ses attributs de puissance comme la couronne de rameaux d’oliviers, un sceptre et une statue de Nikké, symbole de la victoire. Son socle lui, fait de bois n’aura pu empêcher à la statue de disparaître lors d’un incendie.

    Imaginons

    Le temple d’Artémis à Éphèse

    Imaginons

    Le temple d’Artémis avait été construit en Ionie (en Turquie actuelle) au VIe siècle pour rendre hommage à Artémis, la déesse grecque de la chasse. Ses dimensions gigantesque et la richesse de ses décors en on fait la renommée jusqu’à ce qu’il disparaisse dans un incendie volontairement causé en -356 par un homme en quête de célébrité.

    Imaginons

    Des images étonnantes…


    29 commentaires
  • L'Angleterre interdit la vente de chiens et de chats en animalerie.

    Un pas dans la bonne direction

    Une loi contre la vente de chiens et de chats en animalerie vient d'être adoptée en Angleterre. C'est la Loi de Lucy. Une belle victoire !

    Un pas dans la bonne direction

    La loi de Lucy (Lucy’s Law) vient d’être adoptée en Angleterre. Elle interdit la vente de chiens et de chats aux élevages industriels ou en animalerie. Elle alourdit aussi les peines pour trafic d’animaux. Explications.

    Un pas dans la bonne direction

    Que signifie cette loi ? Simplement que les personnes qui souhaitent adopter un animal de compagnie ne pourront désormais plus passer par des intermédiaires tels que les animaleries. Elles devront directement prendre contact avec un refuge ou un éleveur dit responsable par l’autorité publique. Dans ce cas-là, l’éleveur devra garder l’animal dans de bonnes conditions, en commençant par ne pas le retirer de sa mère.

    Un pas dans la bonne direction

    De plus, les peines pour cruauté envers les animaux seront considérablement alourdies : elles passent de 6 mois à 5 ans d'emprisonnement maximum.

    Un pas dans la bonne direction

    Cette loi porte le nom de la chienne Lucy, sauvée d’une « ferme à chiots » au Pays de Galles en 2013. Elle portait de nombreuses marques de maltraitance et avait passé une bonne partie de sa vie dans une cage. Elle s’est éteinte en 2016.

    Un pas dans la bonne direction

    Lucy Cooper, porte-parole de la RSPCA (Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals), explique à 30 Millions d'Amis:

    « C’est une superbe nouvelle. Au cours de la dernière décennie, nous avons traité près de 30 000 plaintes concernant le commerce illégal de chiots. Nos sauveteurs ont secouru des chiens dans des situations de cruauté inimaginable. Nous espérons que ces lois seront correctement appliquées afin que tous les chiens utilisés pour la reproduction et la vente mènent une vie heureuse et saine. Où leur bien-être sera plus important que les bénéfices. »

     

    Un pas dans la bonne direction

    Une belle avancée pour l’Angleterre ! Et la France, c'est pour quand?

    Un pas dans la bonne direction

     

    47 commentaires