• Mariant apprentissage et solidarité, ces élèves de troisième ont permis à Camille, 8 ans, de jouer ses premières notes de guitare.

    Des collégiennes créent une prothèse de bras

    Si vous interrogez les ados sur ce qu’ils pensent du collège, vous en trouverez fatalement pour vous dire que, l’école, ça ne sert à rien. Mais si vous posez cette même question aux élèves du collège Les Courlis de Nevers, sûr qu’ils vous réserveront une toute autre réponse. Ici, avec l’aide de leur prof, les troisièmes ont réalisé une prothèse de bras pour une petite fille de 8 ans ! Autant dire qu’ils ont vraiment le sentiment que l’école permet de grandes choses.

    Des collégiennes créent une prothèse de bras

    Camille Besançon, 8 ans, est privée de son bras gauche depuis la naissance. La faute à une malformation. Mais, il y a quelques jours, grâce à des ados à peine plus âgées qu’elle, elle a même pu jouer ses premières note de guitare. Regardez, c’est très fort.

     

    Grâce à l'impression en 3 D, des collégiennes de la Nièvre ont fabriqué une prothèse de main avec leur professeur de technologie. Ce projet vient d’aboutir. Il va changer la vie de la petite Camille.

    « Elle me plaît beaucoup, car elle peut se plier. Je pourrai mieux attraper les choses. Ça va changer ma vie". » Le sourire de Camille vaut toutes les récompenses du monde pour les élèves de 3e qui ont fabriqué cette prothèse de la main.

    Des collégiennes créent une prothèse de bras

    Des collégiennes créent une prothèse de bras

    "Camille a une joie communicative, c’est merveilleux pour nous toutes", résume une des collégiennes. 

    "C’est concret, elle est contente et puis ça fonctionne. On est vraiment très contentes d’avoir fait et terminé ce projet", dit une autre.

    Des collégiennes créent une prothèse de bras

     Une prothèse qui a reçu un Trophée de l'innovation et de la création numérique.

    Ces trophées s’adressent aux enfants, qui peuvent être accompagnés dans leurs projets par des adultes (enseignants, animateurs, parents), mais aussi aux seniors, aux associations, aux établissements scolaires, aux étudiants, à tous les fans d’électronique, de programmation informatique, de conception numérique, qui veulent partager le fruit de leur passion.

    Des collégiennes créent une prothèse de bras

    Voilà un projet utile, concret et solidaire qui, vraiment, doit donner la soif d’apprendre. Bravo à tous les acteurs de cette belle initiative.


    5 commentaires
  • Comment renouer avec une vie sexuelle après un divorce alors qu'on a un enfant à la maison ? Eh bien ce n'est pas si simple !

    LA MINUTE VIEILLE S'AMUSE DES TRACAS DE LA GARDE ALTERNÉE

     

    Un peu d'humour ne fait de mal à personne


    6 commentaires
  • À Bully-les-Mines, dans les Hauts-de-France, les chats errants disposent, depuis quelques mois, de petits refuges où passer la nuit. Ces abris en bois ont été construits spécialement à leur attention par l’APEI, une association de personnes en situation de handicap. Une très belle initiative.

    Les chats errants de Bully-les-Mines ont bien de la chance. En mars 2018, la commune du Pas-de-Calais a décidé de leur construire des abris de luxe, en partenariat avec l’Association des Parents d’Enfants Inadaptés (APEI) de Lens.

    Handicap et chats errants

    L’idée leur a été suggérée par la Fondation 30 Millions d'Amis, dans le cadre de la campagne de stérilisation de la ville visant à contrôler la reproduction de la population de chats errants, qui s’élève à 200 félins. En effet, depuis 2015, les mairies ont pour obligation de stériliser et d’identifier les chats errants. Une loi difficile à appliquer, surtout dans les petites communes.

    En attendant, ce sont des adultes en situation de handicap accueillis au Domaine des Écureuils de Bully-les-mines qui se sont chargés de construire aux petits animaux des cabanes où se réfugier.

    Handicap et chats errants

    Le cabinet du maire expliquait à 20 Minutes en mars dernier :

    « Nous avons signé une convention avec la Fondation 30 Millions d’Amis mi-2017. En échange du financement de la campagne de stérilisation et de marquage des chats, la ville s’est engagée à fabriquer des abris pour les chats. À certains endroits, les riverains ont construit des abris de fortune. Nous voulons faire les choses bien avec des petites maisons qui s’intègrent dans l’environnement et qui plaisent aux chats. »

    Handicap et chats errants

    Sadek Deghima, chef de service du Domaine des Écureuils ajoute:

    « Les participants se retrouvent dans une situation d’aidant, donc valorisante pour eux mais également auprès de la population. »

    Handicap et chats errants

    Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les minous apprécient.

    Un beau projet qui fait du bien aux humains comme aux animaux. Bravo !


    3 commentaires
  • UNE MARELLE EST DESSINÉE SUR UN TROTTOIR. QUI A GARDÉ SON ÂME D'ENFANT ?

    Combien sommes-nous à avoir gardé notre âme d’enfant ? Pour se faire une petite idée, Cut, une entreprise américaine, a eu une idée aussi simple que brillante : elle a dessiné un marelle colorée sur un trottoir très fréquenté. Qui aura à cœur d’en profiter ? Qui ne s’en apercevra même pas ? Pour le savoir, jetez un œil à cette vidéo pleine de fantaisie et de bonne humeur.

    Vous allez voir, il n’y a aucun stéréotype à tirer de cette belle expérience. Que ce soit chez les cols blancs et les ouvriers, chez les hommes et les femmes, chez les jeunes ou les moins jeunes, on trouve dans toutes les catégories des gens qui ont toujours envie de s’amuser comme des gosses. La bonne nouvelle, c’est ça ! Regardez :

     

    Qui garde son âme d'enfant ne vieillit jamais. Pendant dix heures d'affilée, Cut a enregistré à leur insu les réactions de milliers de passants face à ce jeu qui les replonge dans leur passé. Une craie, du charbon de bois et un caillou... il en faut peu pour être heureux et y jouer. Avec son projet intitulé "l'expérience de la marelle", l'entreprise basée à Seattle a voulu rendre hommage à ce jeu intemporel. C'est un parcours multicolore de 1 à 9 qui attend les piétons.

    Une marelle sur un trottoir

    Au début, la vidéo de plus trois minutes s'attache à montrer que beaucoup se révèlent indifférents devant cette marelle qui croise leur chemin. Nombreux sont ceux qui passent et repassent sans faire attention. Dans leur bulle, le nez sur l'écran de leurs smartphones, des centaines de passants oublient même de regarder. Certains froncent les sourcils à la vue du jeu d'enfant. Mais d'autres s'arrêtent dans la course du quotidien pour redevenir, le temps d'un saut, enfantins.

    Une marelle sur un trottoir

    À la vue des lignes de craies, des personnes de tous les âges lâchent prise et jouent le jeu. Ce sont des hommes, des femmes, des enfants, des personnages âgées, des ouvriers ou des cols blancs. En robe, en doudoune, en costume-cravate ou en tenue de chantier, avec des sacs à mains, des sacs à dos ou des valises, tous sautillent à cloche-pied en solo, en duo, même en trio.

    Une marelle sur un trottoir

    Ils sont 129 sur 1058 à s'être laissés tenter. Il y a les experts en la matière, les anciens cracks de la marelle, les rois des cours de récré qui dansent entre les carrés comme Michael Jackson sur les "dancefloors". Puis il y a les maladroits qui hésitent, trébuchent et craquent avant la fin. Enfin, il y a les persévérants qui recommencent trois ou quatre fois le parcours jusqu'à la victoire. Qu'importent les niveaux, tous les visages montrent des sourires qui prouvent que Jean de La Fontaine avait jadis raison: "le monde est vieux, dit-on, je le crois; cependant - Il le faut amuser encore comme un enfant."

    Une marelle sur un trottoir

    “Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer.”
    – Friedrich Nietzsche

    Une marelle sur un trottoir


    4 commentaires