• Nicolas Hulot a claqué la porte du gouvernement, regrettant de ne pas avoir de troupes derrière lui pour le soutenir dans son combat et pour faire plier les décideurs. Alors, en réponse, un anonyme a aussitôt lancé un événement sur Facebook, une « Marche pour le climat » qui aura lieu le 8 septembre à Paris. Résultat ? Un engouement sans précédent, inespéré et bienvenu. Explications.

    Marche pour le climat

    « Est-ce que j’ai une société structurée qui descend dans la rue pour défendre la biodiversité (…), est-ce que j’ai une union nationale sur un enjeu qui concerne l’avenir de l’humanité et de nos propres enfants ? »

    Au moment d’annoncer son départ sur France inter, Nicolas Hulot ne cachait pas son sentiment d’impuissance et de solitude, ajoutant 

    « J’espère que mon départ provoquera une profonde introspection de notre société sur la réalité du monde. »

    Eh bien, visiblement, ses mots ont été entendus. L’événement organisé en écho à ce départ, cette Marche pour le climat, a déjà enregistré plus de 50 000 réponses !

    « La démission de Nicolas Hulot doit nous faire prendre conscience que seul le peuple peut remettre la lutte contre le réchauffement climatique au centre des priorités de nos dirigeants ! »

    L’idée ? Si les autorités ne veulent pas bouger, bousculons-les !

    Marche pour le climat

    Surpris par cet engouement, l’internaute à l’origine de cette initiative souhaite garder l’anonymat mais a confié quelques mots au site WeDemain :

    « J’ai créé l’événement Facebook mardi soir vers 18h mais je dois dire que, depuis, je suis un peu dépassé par l’ampleur de la mobilisation. En même temps, c’est hyper enthousiasmant. »

    Le rendez-vous est fixé à 14h le 8 septembre devant l’Hôtel de ville de Paris mais, depuis, d’autres initiatives similaires voient le jour dans d’autres grandes villes de France. Vous y serez ?

    Marche pour le climat

    Face à la passivité des gouvernants, seule une mobilisation massive, franche et populaire pourra faire bouger les choses. Pour le climat, pour l’environnement, pour notre avenir et celui de nos enfants, avouons que ça vaut le coup d’essayer !

    Pour en savoir plus et indiquer sa présence, c’est ici.


    7 commentaires
  • L’invasion de notre quotidien par des écrans de toute sorte est un véritable bouleversement Pourtant, elle ne devrait surprendre personne. Tout avait été prédit depuis longtemps et, qui plus est, avec un degré de précision pour le moins troublant. Pour preuve, cet étonnant reportage d’anticipation diffusé à la télévision française il y a cinquante ans.

    Invasion des écrans anticipée depuis 1968

    Le 8 mars 1968, à l’occasion du Salon de arts ménagers, l’émission Panorama imaginait ce à quoi ressembleraient nos vies lorsque les ordinateurs auraient fait leur entrée dans les foyers. Eh bien, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a vu étonnamment juste !

    Télétravail, bases de données, enseignement à distance, achats en ligne, visioconférences, suivi médical, jeux en ligne…. rien n’a été oublié, pas même les risques que pourrait nous faire courir ce mode de vie… Regardez :

     

    « Cette facilité de la vie quotidienne que l’avenir nous propose, est-ce que cela veut dire aussi que nous serons plus heureux ? »

    « On sera certainement plus heureux. Après, est-ce qu’on l’appréciera, ça, je n’en sais rien. »

    Invasion des écrans anticipée depuis 1968

    Invasion des écrans anticipée depuis 1968

    Invasion des écrans anticipée depuis 1968

    Bien vu. Très bien vu même.

    Invasion des écrans anticipée depuis 1968

    Invasion des écrans anticipée depuis 1968


    8 commentaires
  • La présence d’un animal de compagnie, ça peut vous changer une vie. Alors pourquoi en priver les personnes âgées ? À Cambrai, dans le nord, pour que les chiens du refuge puissent retrouver un foyer tout en offrant du réconfort aux aînés, on a trouvé une idée géniale.

    Prêt d'un animal de compagnie

    Désormais, les personnes âgées qui le souhaitent peuvent choisir un chien abandonné au sein du refuge pour l’accueillir chez elles tout le temps qu’elles le pourront. Un concept gagnant-gagnant qui pourrait inspirer bien d’autres communes. Regardez :

     

    Beaucoup de personnes âgées s'interdisent de reprendre un animal de compagnie, de peur de ne pas être capable de s'en occuper, ou parce qu'elles s'inquiètent de leur devenir. "L'idée, c'est de faire lever tous les obstacles, pour que la personne continue à avoir un animal," explique François-Xavier Villain, le maire de Cambrai, dans le reportage de France 3.

    Dans le cas où les revenus de l'hôte sont trop faibles pour subvenir à tous les besoins, la municipalité fournit les croquettes. Si l'animal nécessite une hospitalisation, le retour en pension est immédiat. Enfin, s'il a besoin de rencontrer un vétérinaire, le refuge est chargé de s'en occuper car il en reste responsable.

    Prêt d'un animal de compagnie

    Cette initiative, qui rompt l'isolement des anciens, évoque la médiation animale. Aussi appelée zoothérapie, ce dispositif thérapeutique est basé sur l'interaction entre l'homme et l'animal. Une méthode également éducative et sociale qui contribue à améliorer la qualité de vie des personnes fragilisées.

    Prêt d'un animal de compagnie

    La présence d'un animal aide à diminuer l'anxiété, à augmenter le rire et la bonne humeur, et aussi à reprendre confiance en soi. Si elle ne soigne pas, cette thérapie a pour objectif d'apporter de la tendresse dans la vie des patients.

    Prêt d'un animal de compagnie

    En plus d'empêcher l'isolement social, la compagnie d'un ami à quatre pattes permet aux personnes âgées de préserver un rythme quotidien et une certaine autonomie.

    Plutôt que de laisser les animaux croupir dans des cages alors que des hommes et des femmes ont tant d’affection à donner et à recevoir, voilà une idée vraiment géniale.


    9 commentaires
  • Si l'apprentissage du bonheur a lieu tout au long de la vie, l'enfance est le moment propice pour acquérir les bons réflexes de l'épanouissement.

    Si être heureux, ça se décide, il semblerait que ça puisse également s’apprendre. Entraîner notre mental au bonheur et au bien-être et créer un sentiment durable de sérénité et d’épanouissement pourrait s’acquérir dès l’école. C’est en tout cas ce dont sont persuadées ces 1 000 écoles de la région de Delhi, en Inde.

    Apprendre à être heureux

    Les écoliers de la région de Delhi qui viennent de faire leur rentrée à la mi-juillet ont désormais droit chaque matin à des « leçons de bonheur » afin de favoriser leur épanouissement personnel.

    Plus de 1 000 écoles de Delhi démarrent à présent leur journée par des cours de 30 à 45 minutes sur le bonheur, au cours desquels les enfants apprennent la pleine conscience et à prendre soin de soi. Les législateurs espèrent que le programme aidera à soulager l’anxiété et le stress, qui sont monnaie courante chez les Indiens actifs. Regardez :

     

    Manish Sisodia, le ministre de l’Éducation de Delhi, a déclaré.

    « Nous avons donné au monde la crème de la crème des talents. Nous avons donné aux industries la crème de la crème des professionnels. Nous avons réussi jusqu’à présent. Mais avons-nous été capables de livrer la crème de la crème des êtres humains à la société, à la nation ?

    Si une personne passe 18 ans au sein de notre système éducatif et devient ingénieur ou fonctionnaire, mais continue à jeter ses déchets sur le sol ou à se livrer à la corruption, alors pouvons-nous vraiment dire que le système éducatif fonctionne ? »

    Apprendre à être heureux

    Grâce aux « cours de bonheur », les enseignants discutent avec les élèves de personnes inspirantes et d’histoires encourageantes ; les élèves suivent une méditation guidée et ils sont invités à visualiser les choses qui les rendent heureux afin d’améliorer leur humeur et leur motivation. Le meilleur dans tout ça ? Il n’y a pas de notes, d’examens ou de manuels pour cette leçon.

    Apprendre à être heureux

    À quand une « leçon de bonheur » dans toutes les écoles du monde ?


    4 commentaires