• Du 15 au 30 septembre 2018, la Fête des Possibles, portée par le Collectif pour une Transition Citoyenne, célèbre les initiatives des acteurs et actrices du changement. Ce mouvement né en Grande-Bretagne a pour but de créer un nouveau modèle durable incitant les citoyens à s’impliquer pour l’avenir de la planète.

    Le réseau des villes en transition est né d’un mouvement lancé en 2006 dans la petite ville de Totnes, en Grande-Bretagne. Un an auparavant, Rob Hopkins, un enseignant, créait un modèle de transition dans la ville de Kinsale, en Irlande, avec la participation de ses étudiants. Aujourd’hui, on compte plus de 2 000 initiatives réparties à travers 150 pays du monde, réunies au sein du Réseau International de la Transition.

    La fête des possibles

    Le but ? Inviter les citoyens et citoyennes à prendre conscience des limites de la planète et du rôle que chacun joue dans la transition écologique et énergétique, en mettant en place des initiatives et des projets divers et variés, à l’échelle d’un territoire.

    La fête des possibles

    À cette occasion, les citoyens et citoyennes déjà acteurs du changement, ou en devenir, sont invités à prendre part à la Fête des Possibles, organisée partout en France et en Belgique du 15 au 30 septembre 2018. Regardez :

     

    Sur le site internet de la Fête des Possibles, le Collectif pour une Transition Citoyenne explique le programme :

    « Cette année, les créatrices et créateurs de possibles ouvriront les portes de lieux de la transition (ressourceries, jardins partagés, centrales de production d’énergie renouvelable citoyenne…), proposeront des animations sur le commerce équitable ou encore la finance éthique et solidaire, organiseront banquets végéta*iens, des projections de films, afin de donner envie aux timides de la transition d’agir pour demain dans un contexte joyeux et festif. »

    Des centaines d’événements sont déjà organisés partout en France et en Belgique. Cliquez sur l’image ci-dessous afin d’accéder à la carte interactive :

    La fête des possibles

    Sachez également qu’il est encore possible de créer un rendez-vous et de l’ajouter à l’agenda de l’événement. Un kit de mobilisation est disponible pour vous y aider. Plus d’infos sur ce formulaire d’inscription.


    15 commentaires
  • Ils partagent leurs jolis mots avec des inconnus grâce à de longues cannes creuses.

    Un jour, dans la rue, vous croiserez peut-être une personne habillée tout en noir, armée d’un éventail, d’un parapluie et d’une grande canne creuse. Si cette personne vient vous chuchoter de la poésie à l’oreille, ne vous inquiétez surtout pas : elle fait juste ça pour changer le monde ! Lumière sur les Souffleurs, un collectif infiniment inspirant dont on aimerait tous croiser la route.

    Les souffleurs

    Depuis plus de 20 ans, une troupe se déplace dans le monde entier en chuchotant de la poésie dans le creux des oreilles. Avec de beaux textes choisis, en 17 langues, ses membres veulent changer le monde.

    Les souffleurs

    Tous les membres du collectif se ressemblent. Habillés tout en noir, chacun a son éventail, son parapluie pour cacher les larmes et une canne creuse pour souffler les mots au plus près de l'oreille.

    Les souffleurs

    Ils agissent en commando. Ils s'insinuent dans des lieux fermés comme les gares, les stations de métro, les musées ou dans des espaces ouverts comme les places ou des plages. Et là, au milieu de la foule, ils utilisent leurs cannes creuses pour susurrer des textes au creux des oreilles des passants.

    Les souffleurs

    Les souffleurs

    « Il peut y avoir des réactions jusqu’aux pleurs. C’est pour ça qu’on est accompagnés de nos parapluies. Le parapluie est un parapleur qui permet de se cacher s’il y a des bouleversements un peu trop forts qu’on n’a pas envie de montrer à tout le monde. »

    Les souffleurs

    Pour apprendre toujours de nouveaux textes, ils pratiquent ce qu'ils appellent "la mise au trésor". Des textes sont lus à haute voix. L'attribution de ceux-ci se fait ensuite entre les comédiens dans un combat souvent acharné.

    Les souffleurs

    Pour connaitre la suite retrouvez Julia Loyer l'une des quarante souffleuses et Olivier Comte le fondateur des Souffleurs au micro d'Emmanuel Moreau. 

    Les souffleurs

    Les souffleurs

    Les souffleurs

    Les souffleurs

    Une initiative pleine de fantaisie et d’humanité.

    Les souffleurs


    19 commentaires
  • Nicolas Hulot a claqué la porte du gouvernement, regrettant de ne pas avoir de troupes derrière lui pour le soutenir dans son combat et pour faire plier les décideurs. Alors, en réponse, un anonyme a aussitôt lancé un événement sur Facebook, une « Marche pour le climat » qui aura lieu le 8 septembre à Paris. Résultat ? Un engouement sans précédent, inespéré et bienvenu. Explications.

    Marche pour le climat

    « Est-ce que j’ai une société structurée qui descend dans la rue pour défendre la biodiversité (…), est-ce que j’ai une union nationale sur un enjeu qui concerne l’avenir de l’humanité et de nos propres enfants ? »

    Au moment d’annoncer son départ sur France inter, Nicolas Hulot ne cachait pas son sentiment d’impuissance et de solitude, ajoutant 

    « J’espère que mon départ provoquera une profonde introspection de notre société sur la réalité du monde. »

    Eh bien, visiblement, ses mots ont été entendus. L’événement organisé en écho à ce départ, cette Marche pour le climat, a déjà enregistré plus de 50 000 réponses !

    « La démission de Nicolas Hulot doit nous faire prendre conscience que seul le peuple peut remettre la lutte contre le réchauffement climatique au centre des priorités de nos dirigeants ! »

    L’idée ? Si les autorités ne veulent pas bouger, bousculons-les !

    Marche pour le climat

    Surpris par cet engouement, l’internaute à l’origine de cette initiative souhaite garder l’anonymat mais a confié quelques mots au site WeDemain :

    « J’ai créé l’événement Facebook mardi soir vers 18h mais je dois dire que, depuis, je suis un peu dépassé par l’ampleur de la mobilisation. En même temps, c’est hyper enthousiasmant. »

    Le rendez-vous est fixé à 14h le 8 septembre devant l’Hôtel de ville de Paris mais, depuis, d’autres initiatives similaires voient le jour dans d’autres grandes villes de France. Vous y serez ?

    Marche pour le climat

    Face à la passivité des gouvernants, seule une mobilisation massive, franche et populaire pourra faire bouger les choses. Pour le climat, pour l’environnement, pour notre avenir et celui de nos enfants, avouons que ça vaut le coup d’essayer !

    Pour en savoir plus et indiquer sa présence, c’est ici.


    14 commentaires
  • L’invasion de notre quotidien par des écrans de toute sorte est un véritable bouleversement Pourtant, elle ne devrait surprendre personne. Tout avait été prédit depuis longtemps et, qui plus est, avec un degré de précision pour le moins troublant. Pour preuve, cet étonnant reportage d’anticipation diffusé à la télévision française il y a cinquante ans.

    Invasion des écrans anticipée depuis 1968

    Le 8 mars 1968, à l’occasion du Salon de arts ménagers, l’émission Panorama imaginait ce à quoi ressembleraient nos vies lorsque les ordinateurs auraient fait leur entrée dans les foyers. Eh bien, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a vu étonnamment juste !

    Télétravail, bases de données, enseignement à distance, achats en ligne, visioconférences, suivi médical, jeux en ligne…. rien n’a été oublié, pas même les risques que pourrait nous faire courir ce mode de vie… Regardez :

     

    « Cette facilité de la vie quotidienne que l’avenir nous propose, est-ce que cela veut dire aussi que nous serons plus heureux ? »

    « On sera certainement plus heureux. Après, est-ce qu’on l’appréciera, ça, je n’en sais rien. »

    Invasion des écrans anticipée depuis 1968

    Invasion des écrans anticipée depuis 1968

    Invasion des écrans anticipée depuis 1968

    Bien vu. Très bien vu même.

    Invasion des écrans anticipée depuis 1968

    Invasion des écrans anticipée depuis 1968


    17 commentaires