• Un refuge pour SDF est installé dans un parking souterrain.

    Plutôt que de laisser ces immenses espaces couverts sans utilité la nuit, Norm McGillivray préfère les exploiter d'une façon originale et solidaire.

    L'astuce qui aide

    Alors que le froid s’apprête à faire son grand retour, comme chaque année, on va entendre, ô surprise, qu’il n’y a pas assez de place dans les centres d’hébergement pour accueillir tous les sans-abri… Pourtant, il existe des solutions. Exemple en Australie où l’association Beddown a investi un parking souterrain pour le transformer en dortoir confortable.

    L’association Beddown a été fondée par Norm McGillivray, 42 ans. Son credo ? « Il est trop facile de dire que c’est compliqué. » Pas question d’accepter que des gens dorment dehors au prétexte qu’il n’existerait pas de solution à ce problème.

    L'astuce qui aide

    L’idée de loger des SDF dans un parking lui est venue subitement. Norm McGillivray, s’est confié à 9news:

    « Je marchais dans un parking complètement vide quand j’ai soudainement réalisé que cet énorme espace pouvait être utilisé différemment. »

    L'astuce qui aide

    L’avantage du parking souterrain, c’est qu’il est chauffé, désert la nuit et, généralement, situé en plein centre-ville. Idéal, donc, pour accueillir en urgence celles et ceux qui sont privés de toit par temps de grand froid.

    Après une année de négociation avec Peter Anson, patron de PDG Secure Parking (600 parkings en Australie et en Nouvelle-Zélande), Norm McGillivray a enfin pu tester son idée à Brisbane.

    L'astuce qui aide

    Fin septembre, une quinzaine de lits avec draps, oreillers et duvets ont été installés dans le parking de la ville. Mais un docteur, un dentiste et des coiffeurs ont également rejoint le dispositif. Car le but de l’opération dépasse de loin la simple question de l’hébergement d’urgence.

    L'astuce qui aide

    Norm McGillivray :

    « La privation de sommeil est un problème énorme, mais il ne s’agit pas uniquement de trouver à ces personnes un endroit sûr où dormir. Il s’agit aussi d’aider ces gens à changer de vie et les sauver. Au fil du temps, les SDF perdent confiance en eux, perdent leur dignité et le respect d’eux-mêmes. Nous pouvons les aider à retrouver cela. »

    L'astuce qui aide

    Ce concept n’est ni une solution miracle, ni une solution idéale. Loin de là. Mais il nous rappelle que le manque d’hébergements d’urgence n’est pas une fatalité, à condition d’avoir la volonté. 


    29 commentaires
  • Australie, un petit train en tonneaux de récupération contre l'absentéisme scolaire.

    Contre l'absentéisme scolaire

    La débrouille et l'imagination au service de l'éducation. Grâce à ce petit train fabriqué de toutes pièces, cette école lutte contre l'absentéisme.

    Très souvent, système D rime avec créativité… et efficacité. Démonstration en Australie où l’on a inventé un nouveau mode de ramassage scolaire tout ce qu’il y a de plus original.

    C’était en 2017 à l’école aborigène Rawa, dans la région Pilbara (ouest de l’Australie). Pour inciter les enfants à se rendre en cours et pour les encourager à y rester jusqu’à la fin de la journée, John Reudavey le coordinateur de l’école a eu une intuition.

    Contre l'absentéisme scolaire

    Son idée ? Solliciter l’aide de tout le village pour construire un petit train scolaire. 24 tonneaux hors d’usage qui risquaient de finir à la poubelle ont ainsi été sauvés, découpés et aménagés pour être transformés en autant de mini-wagonnets qui forment un engin à la fois utile, ludique et pratique.

    Contre l'absentéisme scolaire

    Tracté par un tracteur, le tout assemblé par Donald Graham et Peter Doery, permet aux enfants de se rendre à l’école puis de rentrer chez eux dans la joie et la bonne humeur.

    Contre l'absentéisme scolaire

    Objectif ? Faciliter le transport des élèves mais aussi lutter contre l’absentéisme scolaire et, par voie de conséquence, contre l’illettrisme chez les aborigènes d’Australie.


    30 commentaires
  • Avoir un enfant sage, c'est très facile, mais, est ce vraiment souhaitable?

    Le bonheur futur des enfants ne passe pas toujours par la tranquilité immédiate des parents. Les explications de Catherine Gueguen, pédiatre.

    Le bonheur des parents

    Contrairement à ce que l’on prétend, avoir un enfant sage n’est vraiment pas très compliqué. Est-ce pour autant souhaitable ? Rien n’est moins sûr… En effet, un enfant qui exprime des colères, des refus, des peurs et d’autres émotions, c’est parfois bruyant, souvent contrariant, mais plutôt bon signe pour la suite. Les explications de Catherine Gueguen.

    Dans le livre Vivre heureux avec son enfant, Catherine Gueguen explique sans hésiter qu’il est « très facile d’avoir un enfant sage » et donne même le mode d'emploi. Une recette simplissime aussitôt suivie des effets secondaires indésirables.

    Le bonheur des parents

    Extrait :

    « Il est très facile d’avoir un enfant sage. Il suffit dès tout petit de ne pas l’écouter, de ne pas l’entendre, de ne pas répondre à ses demandes.

     

    L’enfant saisit très vite que ce n’est pas la peine d’appeler, car personne ne vient. Il refoule ses émotions, une partie de lui s’éteint. Il ne saura plus qui il est, quels sont ses besoins et ne demandera plus rien.

    En grandissant, ses parents auront des difficultés à connaître cet enfant qui s’exprime si peu.

    Par contre, quand les parents écoutent leur enfant, l’autorisent à exprimer ses émotions, ses besoins, l’enfant sera « plus difficile » les premiers temps car il manifestera ses émotions : ses peurs, ses tristesses, ses angoisses, ses colères. Il ne les refoulera pas.

    Le bonheur des parents

    Mais il saura affirmer aussi son bonheur de vivre, son émerveillement, sa gaieté, sa curiosité. Il sera plein de vie et emplira la maison de sa présence joyeuse.

    Au fil des années, les parents auront beaucoup plus de facilité et de bonheur à élever cet enfant épanoui, confiant, qui exprime ce qu’il est, ses besoins, ses souhaits et avec qui un dialogue pourra s’établir quand il rencontrera des questionnements ou des difficultés. »

    Le bonheur des parents

    Entre l’épanouissement futur de l’enfant et la tranquillité immédiate des parents, il y a souvent un choix à faire.

    Mieux vaut faire le bon…


    33 commentaires
  • Pour illustrer la générosité insoupçonnée qui se cache autour de nous, cette association norvégienne a imaginé une très jolie vidéo.

    Générosité humble et discrète

    Très souvent, la générosité s’exprime avec humilité et discrétion. Voici ce qu’illustre ce spot sensible et touchant diffusé en 2017 par une association de familles d’accueil.

    À vrai dire, la générosité est si discrète qu’on la sous-estime fréquemment, jusqu’à oublier  parfois qu’elle existe. C’est donc pour rappeler que « les solutions sont souvent plus proches que vous ne le pensez » que l’association norvégienne Fosterhjem a mis en ligne cette vidéo.

    On y observe des élèves qui, pour aider leur camarade privé de déjeuner, partagent leur nourriture, mais sans se faire connaître.

    Très bien vu.


    32 commentaires