• Aussi gigantesque qu'insolite, cette cité-forteresse andalouse n'en finit plus de surprendre et d'impressionner ses visiteurs.

    Un village sous un rocher

    On dirait le décor d’un film catastrophe, mais non. Aucune météorite ne s’est abattue sur Setenil de las Bodegas. C’est juste que ce village a en partie été construit… sous un immense rocher ! Résultat ? Ces images impressionnantes.

    Un village sous un rocher

    Setenil de las Bodegas se trouve en Espagne, plus précisément en Andalousie, à 157km de Cadix.

    Un village sous un rocher

    Bâtie sous un rocher (certaines maisons n’ont même pas eu besoin de toiture), cette ville, qui compte aujourd’hui 2 967 habitants, est une véritable forteresse.

    Un village sous un rocher

    À l’époque où l’Espagne était encore dominée par les musulmans, les catholiques ont dû s’y reprendre à sept reprises pour s'emparer de la cité, en 1484. Son nom viendrait d’ailleurs du latin septem nihil qui signifie sept fois rien (bodegas, signifiant caves à vins.)

    Un village sous un rocher

    Regardez…

    Un village sous un rocher

    Un village sous un rocher

    Deux courtes vidéos

     

    Il a du en falloir de l’imagination et de la dextérité pour construire une ville à cet endroit là. Vraiment impressionnant.


    23 commentaires
  • Pour que les élèves se concentrent sur leur travail plutôt que sur leur position, cette école a bouleversé ses habitudes. Et elle ne le regrette pas.

    Pour la première fois le rectorat de Limoges vient de décerner le label innovation à un établissement scolaire en milieu rural.  C'est l'école d'Oradour-sur-Vayres, en Haute-Vienne, qui a obtenu cette distinction.

    Bouger pour mieux apprendre

    Tout le monde le sait : les enfants ont besoin de bouger. Alors, pourquoi les forcer à rester des heures et des heures assis dans la même position ? Face à cette contradiction, une école en Haute-Vienne a décidé de prendre les mesures qui s’imposaient. Désormais, les élèves peuvent s’installer dans une multitude de positions, en changer tant qu’ils veulent et, même, courir dans le couloir s’ils en ont besoin. Résultat ? une plus grande concentration et, sans doute, moins de stress. 

    Si un enfant ne peut pas se tenir comme il le souhaite, il sera davantage concentré sur sa position que sur la tâche qui l’occupe. En revanche, si on le laisse s’asseoir comme il l’entend, il sera pleinement consacré à son travail. Voilà la réflexion qui a poussé l’école d’Oradour-sur-Vayres à repenser totalement l’organisation de ses classes. Voici l’école dans laquelle vous auriez adoré apprendre à lire et à compter (un reportage signé France 3) :

     

    Depuis septembre dernier, les enfants suivent leurs cours avec pour support une méthode canadienne. Il s’agit de mettre l’ergonomie au service de la pédagogie. Ainsi, à côté des classiques chaises, dans les 4 classes de l’école, les enfants trouvent également des tabourets et gros ballons, qui leur permettent de bouger tout en faisant une activité et puis également des galettes en mousse, pour se poser directement sur le sol.

    Autre particularité les portes des classes sont ouvertes, les élèves qui ressentent le besoin de se défouler peuvent ainsi aller dans le couloir ou un marquage au sol leur offre un parcours histoire de décompresser.

    Bouger pour mieux apprendre

    A en croire les enseignantes les résultats sont là. Cette expérience d'origine anglo-saxonne favoriserait la concentration et l'autonomie. Ce choix dans les assises et les postures n’est pas pour autant laissé au hasard, comme ailleurs, il y a des règles, et des moments dans la journée où les choses imposées.

    Au sens propre comme au sens figuré, cette école refuse de rester figée. Et elle a bien raison ! 


    24 commentaires
  • La Terre contenant à peu près autant d'êtres humains que de cons, voici une réflexion beaucoup plus sérieuse et essentielle qu'il ny' paraît.

    Ayant partagé son logement avec un colocataire particulièrement irrespectueux, Maxime Rovere, philosophe, en a profité pour laisser ses émotions guider sa réflexion sur un thème universel et passionnant : les cons ! Résultat ? Très instructif.

    Que faire des cons?

    C’est instructif parce que, qu’on le veuille ou non, s’interroger sur les cons, c’est s’interroger sur soi-même (eh oui, pour rappel, nous sommes tous le con de quelqu’un). Alors, que faire face à un con ? Pourquoi en voit-on de plus en plus (notamment sur les réseaux sociaux) ? Et comment est-ce que quelqu’un d’intelligent et de parfaitement instruit peut-il être, lui aussi, un « parfait con » ? Réponses dans cette interview pas bête du tout signé France-Info. Regardez :

     

    « Il y a toujours deux cons quand on parle de connerie. Il y a celui qu’on identifie comme un objet, et celui qu’on est en train de devenir, ou de redevenir. Il faut lutter contre les deux. »

     

    « Apprendre à recevoir des leçons des autres, c’est la grande proposition du livre. Quand on est face à des gens que l’on juge moins intelligents que soi, c’est très difficile de rester intellectuellement humble. Or, c’est indispensable parce que c’est justement ce défaut d’humilité qui fait des gens les plus instruits de parfaits cons. »

    Que faire des cons?

    C’était donc ça ?!

    Que faire des cons?

    Que faire des cons pour ne pas en rester un soi même ?, le livre de Maxime Rovere, est notamment disponible sur le site de la Fnac.

    Que faire des cons?


    30 commentaires
  • Plutôt que de se tourner vers des ruches classiques, certains apiculteurs des pays de l'Est choisissent de transformer leur rucher en œuvre d'art.

    Utile et beau à la fois

    Si vous êtes apiculteur ou tout simplement passionné par l’univers du miel et des abeilles, alors ces ruches folkloriques tout en couleurs devraient particulièrement vous plaire. Elles sont fabriquées à la main en Ukraine et en Pologne.

    Utile et beau à la fois

    Si les habitants des pays de l’Est sont connus pour l’attention qu’ils portent à la préservation de leur culture jusque dans l'embellissement de leurs habitations, leur sens de l’esthétisme et du détail s’étend jusqu’à l’univers de l’apiculture. La preuve avec ces ruches décoratives en bois, sculptées et peintes à la main.

    Utile et beau à la fois

    En forme de statues de personnages historiques ou légendaires, de monuments, de temples, de petites maisonnées ou encore de hutes, ces créations féeriques ont de quoi nous replonger en enfance.

    Utile et beau à la fois

    Utile et beau à la fois

    « Happyculteur : personne qui fait son miel des petits bonheurs de l’existence. »

    Utile et beau à la fois


    21 commentaires