• Pour réduire ses déchets ménagers, le compost est une solution efficace. Ce pot de fleurs composteur vous permet en plus de nourrir directement vos plantes.

    C’est un pot de fleurs, un objet design, une poubelle ? On ne sait plus ! Esthétique, simple et pratique, la drôle de jardinière des « Transfarmers » devrait vous convertir au système du compost.

    Pot de fleur composteur

    Les Transfarmers, ce sont quatre amis, trois agronomes et une graphiste qui, ensemble, cherchaient une façon de reconnecter les hommes et la nature. Avec ce pot de fleur original, c’est chose faite, puisqu’il permettrait de réduire de 35% sa part de bio-déchets. Ces derniers composent un tiers de nos poubelles. Des déchets qui viennent de la nature et qui avec un peu de sens pratique pourraient aisément y retourner au lieu d’être jetés, incinérés et de finir par produire du carbone. C’est le pari de Transfarmers qui propose un objet pratique et esthétique, alliant pot de fleur et composteur.

    Pot de fleur composteur

    Il permet de recycler directement chez soi les déchets compostables tout en nourrissant ses plantes. Celles qui poussent dans le pot, mais aussi toutes les autres car le système produit plus terreau qu’il n’en faut. Ainsi, il suffit de récupérer un peu de cette terre fraîche et pleine de minéraux pour aller nourrir les autres spécimens de la maison. Autre avantage, les plantes nécessitent beaucoup moins d’eau est sont par conséquent bien plus simples à entretenir.

    Pot de fleur composteur

    Concrètement, son fonctionnement est simple : Le pot de fleurs et le composteur sont reliés et, comme dans la nature, les vers de terre se chargent de transformer les épluchures en terre. Pour augmenter son efficacité et s’inscrire dans une démarche écologique globale, le pot est conçu avec des matières naturelles, une terre cuite micro-poreuse et des bouchons hermétiques en liège.

    Pot de fleur composteur

    Pot de fleur composteur

    En intérieur comme en extérieur, voilà un pot de fleur qui sait se rendre utile !

    Pot de fleur composteur

    Le concept vous séduit ?


    21 commentaires
  • Dans beaucoup de régions, il n'est quasiment pas envisageable de trouver un emploi sans permis de conduire. Alors, à Montmorillon, on a trouvé une solution.

    D’un côté, on a des communes privées de glyphosate qui ont besoin de main-d’œuvre pour désherber leurs espaces publics. De l’autre, on a des jeunes qui ne savent pas comment financer leur permis de conduire. À priori, ces deux situations n’ont rien à voir mais, pourtant, les uns et les autres sont faits pour s’entendre. Démonstration à Montmorillon (Vienne) où la municipalité a décidé de payer une grosse partie du permis de conduire à celles et ceux qui se portent volontaires pour arracher les mauvaises herbes. Gros plan sur une initiative gagnant-gagnant.

    Redécouvrir le donnant donnant

    Montmorillon appelle ça la « bourse au permis de conduire. » Comme le souligne la Nouvelle République, ce concept s’adresse aux jeunes habitants en insertion professionnelle de moins de 30 ans. Le principe ? Simple mais efficace : le volontaire travaille entre 70 et 110 heures (soit deux à trois semaines de travail) et, en contrepartie, la ville lui alloue une somme de 1 600 € qui servira à financer l’obtention d’un permis de conduire.

    Redécouvrir le donnant donnant

    Pour l’heure, trois jeunes en recherche d'emploi participent à ce programme et d’autres dossiers sont en cours.

    Redécouvrir le donnant donnant

    Compte tenu du prix d’un permis de conduire, voici une formule intelligente promise à un bel avenir. 


    20 commentaires
  • On doit cette belle et étonnante idée à un street artist néerlandais. Désormais, la façade ressemble à une gigantesque bibliothèque.

    Bibliothèque géante en façade

    À Utrecht, aux Pays-Bas, un street-artist a eu une très belle idée : il a transformé la façade d’un immeuble en bibliothèque géante avec, sur les étagères, les livres préférés des habitants de l’immeuble en question !

    Bibliothèque géante en façade

    Ce street-artist, c’est Janis De Man.

    Bibliothèque géante en façade

    Au total, 49 livres sont représentés. Il y a des livres en néerlandais, ça va de soi, mais aussi en polonais, en allemand, en anglais, en turc, en arabe et en français.

    Bibliothèque géante en façade

    Bibliothèque géante en façade

    Une très belle idée superbement réalisée.


    24 commentaires
  • Pas besoin d’être Mike Horn ou de partir à l’autre bout du monde pour être un.e aventurier.e. Chilowé en est convaincue et c’est pour cette raison que la start-up, lancée en 2017, déniche un tas de micro-aventures en France. Son ambition cachée ? (Re)connecter les gens à la nature par le prisme de la micro-aventure. Son arme secrète ? Une newsletter hebdomadaire pleine de bons plans, un guide pratique et bientôt… un site. Le tout très informatif et drôle au possible. Ferdinand, alias Castor Fougueux et co-fondateur de Chilowé, nous embarque.

     

    Vivre l'aventure près de chez soi

     

    En pleine prise de conscience éco-responsable, vous avez réduit drastiquement vos déchets, vous maîtrisez votre consommation d’énergie, vous n’achetez plus rien de neuf et vous êtes même devenu.e vegan.e… Mais l’ultime étape, celle qui ferait de vous un.e citoyen.ne éco-responsable deuxième dan, vous y rechignez comme Trump face à de la cosmétique naturelle (chacun.e ses petites faiblesses). Non ! Freiner sur le transport aérien, synonyme d’évasion et de découvertes exotiques, c’est vraiment trop duuuuur !

    Vivre l'aventure près de chez soi

    Vivre l'aventure près de chez soi

    Et si on vous dit que le Grand Canyon, les plages aux eaux turquoises et les bivouacs type grand nord canadien, c’est à portée de train, en France

    Vivre l'aventure près de chez soi

     

    Vivre l'aventure près de chez soi

     

    Vivre l'aventure près de chez soi

    Pour vous rendre l’aventure simple et accessible (et on rajoute écologique), Chilowé déniche pour vous pléthore de micro-aventures. Toutes se situent en France et n’ont rien à envier à leurs homologues outre-Atlantique ou autres contrées exotiques. Parole de Ferdinand et Thibaut, alias Castor Fougueux et Toucan Loufoque, les fondateurs de Chilowé, qui ont bourlingué à travers le globe pour en arriver à la même conclusion « crapahuter dans le Jura, c’est tout aussi sexy que de surfer au Costa Rica ».

    Vivre l'aventure près de chez soi

     

    Vivre l'aventure près de chez soi

    Vivre l'aventure près de chez soi

    Pour nous en convaincre, ils ont décidé de partager leurs bons plans – et ceux de leur communauté d’aventurières et aventuriers – dans une newsletter hebdomadaire riche d’exemples de micro-aventures donc, mais aussi de conseils lecture, d’infos sur la nature ou encore de partage de marques à l’esprit Chilowé. Faire du paddle sur la Seine, prévoir une excursion surf sur la presqu’île de Crozon ou bivouaquer dans le Vercors… Il y en a (vraiment pour tous les goûts).

    Vivre l'aventure près de chez soi

     

    Vivre l'aventure près de chez soi

    Vivre l'aventure près de chez soi

    Pour celles et ceux qui seraient déjà accrocs et pour qui attendre une semaine pour découvrir la newsletter c’est (aussi) le bout du monde, sachez que Chilowé a édité quatre guides présentant, entre autres, des micro-aventures à réaliser au départ de quatre grandes villes : Paris, Nantes, Lyon et Bordeaux. Et qu’un site web recensant un maximum de bons plans est en cours de création. Maintenant, vous le savez, s’évader un soir en semaine, un week-end ou quelques jours en attendant « les grandes vacances », c’est possible. La micro-aventure est à portée de transport en commun (ou de vélo), même quand on est citadin.e.

    Vivre l'aventure près de chez soi

    Vivre l'aventure près de chez soi

    L’autre ambition (de moins en moins) secrète de Chilowé, c’est de mettre tout le monde dehors. Et, par le biais de la micro-aventure, de reconnecter les gens à la nature : « il y a une phrase de Cousteau qu’on aime bien, c’est « on aime ce qui nous émerveille et on protège ce qu’on aime », et c’est un peu ça qu’on essaye de faire avec Chilowé. En aidant les gens à comprendre la météo par exemple, à comprendre les saisons et en les incitant à aller plus souvent dans la nature, on espère qu’ils vont plus l’aimer et plus la protéger », conclut Ferdinand.

    Vivre l'aventure près de chez soi

     

    Vivre l'aventure près de chez soi

    Vivre l'aventure près de chez soi

    Avouez, Chilowé ne va pas devenir votre newsletter de chevet ? Géronimo !

    Vivre l'aventure près de chez soi


    19 commentaires