• Pourquoi les enfants aiment lire et relire les mêmes histoires?

    Votre enfant ne fait pas d'obsession. Il veut assimiler et savourer chaque détail d'une histoire dont il ne peut pas tout saisir dès la première écoute.

    La lecture plait aux enfants

    En tant que parents, on entend souvent dire qu'il est bénéfique de lire des histoires à nos enfants le soir pour enrichir leur vocabulaire, renforcer leurs capacités de compréhension et tisser de bonnes relations familiales. Mais les experts ne savent pas ce qui se passe vraiment chez vous, et ce que votre enfant demande, en réalité, c’est qu’on lui lise le même livre tous les soirs, parfois même plusieurs fois de suite chaque soir. À tel point que vous en connaissez l’un et l’autre toutes les phrases par cœur.

    La lecture plait aux enfants

    Étant donné que les jeunes enfants se souviennent particulièrement bien des activités qu’ils réalisent avant de dormir, on peut se demander si ces effets de répétition ont un intérêt du point de vue des apprentissages. Et la réponse est oui. Tout en prenant plaisir à écouter l’histoire, vos enfants continuent à découvrir quantité de nouvelles choses à travers les images, le texte du livre et vos échanges.

    La lecture plait aux enfants

    La répétition plait aux enfants.

    On constate souvent que les très jeunes enfants préfèrent la familiarité à la nouveauté, c’est une caractéristique du stade d’apprentissage précoce. Ils préfèrent par exemple les visages de même genre et groupe éthique que la personne qui s’occupe d’eux au jour le jour.

    Avec l’âge et l’expérience, ils vont commencer à rechercher la nouveauté. A quatre ou cinq mois, ils trouvent les visages inconnus plus intéressants que celui désormais si familier de leur parent.

    La lecture plait aux enfants

    Ceci dit, si on lui montre à plusieurs reprises une photo de sa mère, même un bébé de trois jours va préférer se tourner vers un nouveau visage. Une fois qu’ils ont enregistré suffisamment d’informations à partir d’une image, les nourrissons sont donc prêts pour de nouvelles expériences.

    L’âge de votre enfant influe sur la vitesse à laquelle il va apprendre et se souvenir des lectures que vous partagez. Deux principes clés du développement de la mémoire sont que les plus jeunes enfants ont besoin de plus de temps pour enregistrer des informations et qu’ils les oublient plus vite.

    La lecture plait aux enfants

    C’est ainsi que les enfants d’un an assimilent une séquence de nouvelles actions deux fois plus vite que des bébés âgés de six mois. Et si les enfants d’un an et demi se souviennent de cette séquence pendant 15 jours, ceux de deux ans s'en rappellent pendant trois semaines.

    Les sources d’information en deux dimensions, comme les livres et les vidéos, sont toutefois plus difficiles à traiter pour eux que des expériences directes. C’est pourquoi une exposition renouvelée les aide à en tirer profit.

    La lecture plait aux enfants

    Le vocabulaire varié de la fiction.

    Des bébés âgés d’un an et demi à deux ans à qui on a raconté quatre fois la même histoire ont reproduit de manière beaucoup plus précise les actions nécessaires à la fabrication d’un hochet que ceux qui l’avaient entendu deux fois. De même, en doublant l’exposition à une démonstration vidéo de tout-petits – âgés de 12 à 21 mois, on améliore leur mémoire des actions ciblées.

    La lecture répétée des mêmes livres d’histoires aide aussi les enfants à apprendre de nouveaux mots, surtout quand ils ont entre trois et cinq ans.

    La lecture plait aux enfants

    La répétition facilite l’intégration d’informations complexes en donnant à l’enfant plus d’occasions de les enregistrer, en lui permettant de se focaliser sur différents aspects d’une expérience, tout en posant des questions et en reliant des concepts entre eux à travers vos discussions.

    Vous pensez peut-être que les livres d’histoires pour enfants ne sont pas compliqués mais ils contiennent en fait 50% de mots rares en plus qu’une émission de télévision à une heure de grande écoute, ou encore qu’une conversation entre étudiants. Vous souvenez-vous de la dernière fois que vous avez utilisé le mot « girafe » en discutant avec un collègue ? Assimiler toutes ces questions prend du temps.

    La lecture plait aux enfants

    Ces avantages de la répétition étant reconnus en matière d’apprentissage, la technique a été intégrée dans la conception de certains programmes télé éducatifs. Pour renforcer son programme d’études, le même épisode de Blue’s Clues (une émission américaine pour enfants) par exemple est rediffusé chaque jour pendant une semaine, tandis qu’une structure cohérente traverse tous les épisodes.

    Regarder cinq jours de suite le même épisode de Blue’s Clues a permis à des enfants de trois à cinq ans de mieux en comprendre le contenu et a accru leurs interactions. Au fil des répétitions, ils apprenaient à suivre la structure d'un programme de télévision et à transférer leurs connaissances d’un épisode et d’une série à l’autre. C’est le même processus qui est probablement en jeu avec la relecture d’une histoire.

    La lecture plait aux enfants

    Exploiter la richesse du récit.

    La prochaine fois que votre enfant vous demande de relire une histoire bien connue, rappelez-vous qu’il s’agit d’une étape importante dans sa découverte du monde. Vous pouvez profiter de ce contexte familier pour favoriser d’autres apprentissages, en vous concentrant sur quelque chose de différent à chaque nouveau récit.

    La lecture plait aux enfants

     

    Un jour, regardez de plus près les images, le lendemain, privilégiez le texte ou laissez votre enfant retrouver certains mots du texte. Rattachez l’histoire à des événements réels de son monde d’enfants. Cette inscription dans un contexte plus large est plus stimulante et aiguise d'avantage les compétences cognitives des enfants.

    La lecture plait aux enfants

    Vous pouvez aussi rebondir sur leurs centres d’intérêt en leur proposant des livres du même auteur ou abordant des sujets proches. N’hésitez pas à leur offrir une grande variété d’ouvrages, y compris des documentaires qui peuvent donner un meilleur aperçu d’un sujet en particulier, tout en utilisant d’autres modes de narration et un vocabulaire plus technique.

    La lecture plait aux enfants

    Et souvenez-vous que cette période ne durera pas. Un jour, votre enfant aura un nouveau livre favori et l’actuel, qu’on l’adore ou qu’on le déteste, retournera sur son étagère.


    22 commentaires
  • Fan absolu de Chopin, Mourad va enfin avoir droit à son propre piano. Une récompense amplement méritée, compte tenu de son talent et de sa passion.

    Un prodige de 14 ans

    À 14 ans, Mourad est un jeune prodige doté d’une volonté hors-norme. Puisqu’il n’a pas de piano (alors qu’il maîtrise cet instrument à la perfection), cet adolescent des quartiers nord de Marseille se rend régulièrement à l’hôpital de la Timone dont le hall contient, justement, un piano. Une passion dévorante qui, heureusement, a fini par le faire remarquer !

    Un jour, alors qu’il jouait dans le hall de l’hôpital, une personne plus curieuse que les autres a approché Mourad, l’a interrogé et l’a filmé. Depuis, sa vidéo est devenue virale et Mourad a acquis une petite notoriété… et s’est enfin vu offrir un piano ! Une belle histoire résumée ici dans un joli reportage signé France 3. Regardez :

     

    Une récompense méritée. Il aurait été dommage qu’un tel musicien soit plus longtemps privé d’instrument. Et puis, quel plaisir de voir ainsi se briser un cliché.

    Un prodige de 14 ans

    L’histoire ne s’arrêtera peut-être pas là puisque André Manoukian, pianiste et ancien jury de la Nouvelle Star, a réagi au tweet de Marston213 en disant : « I’m In ! Envoyez ses coordonnées bordel ! »… Lui voudrait jouer dans un orchestre.

    Un prodige de 14 ans

    Un prodige de 14 ans

    Vive la musique et belle carrière à Mourad.


    14 commentaires
  • Visionnaire, Martguerite Yourcenar avait, entre autres, ressenti l'absolue nécessité d'enseigner l'écologie aux enfants, et ce, dès leur plus jeune âge.

    En décembre 1981, Marguerite Yourcenar publiait Les Yeux ouverts, sorte d’autoportrait littéraire évoquant de nombreuses réflexions personnelles, parmi lesquelles ce superbe passage consacré à l’éducation des enfants.

    Les yeux ouverts

    Quelle éducation pour nos enfants ? À cette question, l’écrivaine (première femme à entrer à l’Académie française) apportait une réponse tout à faite innovante et moderne. Éducation morale, éducation sexuelle, éducation religieuse et même, éducation à l’écologie : sur chacun de ces points, Marguerite Yourcenar aurait voulu des enfants pleinement conscients du monde, avec toutes ses forces mais aussi tous ses pièges et toutes ses fragilités. Passionnant et, 38 ans plus tard, toujours autant d’actualité.

    Les yeux ouverts

    Extrait :

    « Je condamne l’ignorance qui règne en ce moment dans les démocraties aussi bien que dans les régimes totalitaires. Cette ignorance est si forte, souvent si totale, qu’on la dirait voulue par le système, sinon par le régime. J’ai souvent réfléchi à ce que pourrait être l’éducation de l’enfant.
    Je pense qu’il faudrait des études de base, très simples, où l’enfant apprendrait qu’il existe au sein de l’univers, sur une planète dont il devra plus tard ménager les ressources, qu’il dépend de l’air, de l’eau, de tous les êtres vivants, et que la moindre erreur ou la moindre violence risque de tout détruire.
    Il apprendrait que les hommes se sont entretués dans des guerres qui n’ont jamais fait que produire d’autres guerres, et que chaque pays arrange son histoire, mensongèrement, de façon à flatter son orgueil.
    On lui apprendrait assez du passé pour qu’il se sente relié aux hommes qui l’ont précédé, pour qu’il les admire là où ils méritent de l’être, sans s’en faire des idoles, non plus que du présent ou d’un hypothétique avenir.
    On essaierait de le familiariser à la fois avec les livres et les choses ; il saurait le nom des plantes, il connaîtrait les animaux sans se livrer aux hideuses vivisections imposées aux enfants et aux très jeunes adolescents sous prétexte de biologie. ; il apprendrait à donner les premiers soins aux blessés ; son éducation sexuelle comprendrait la présence à un accouchement, son éducation mentale la vue des grands malades et des morts.
    On lui donnerait aussi les simples notions de morale sans laquelle la vie en société est impossible, instruction que les écoles élémentaires et moyennes n’osent plus donner dans ce pays.
    En matière de religion, on ne lui imposerait aucune pratique ou aucun dogme, mais on lui dirait quelque chose de toutes les grandes religions du monde, et surtout de celle du pays où il se trouve, pour éveiller en lui le respect et détruire d’avance certains odieux préjugés.
    On lui apprendrait à aimer le travail quand le travail est utile, et à ne pas se laisser prendre à l’imposture publicitaire, en commençant par celle qui lui vante des friandises plus ou moins frelatées, en lui préparant des caries et des diabètes futurs.
    Il y a certainement un moyen de parler aux enfants de choses véritablement importantes plus tôt qu’on ne le fait. »

    Les yeux ouverts

    Un texte frappé au coin du bons sens, non ?


    21 commentaires
  • Alors que lsa sécheresse fait rage, des milliers de fermiers sont à bout de souffle. Amitabh Bachchan, qui n'a pas ces problèmes, a décidé de les aider.

    Quand la fortune des uns combat la misère des autres, on ne peut qu’applaudir. En Inde, un acteur célèbre a décidé d'employer une part de sa richesse au remboursement de la dette de 1 398 fermiers gravement touchés par la sécheresse. Lumière sur un geste exemplaire.

    Quand la fortune combat la misère

    En novembre dernier, comme la relevé le site Aleteia, Amitabh Bachchab (75 ans) a annoncé avoir réglé lui-même la somme que ces fermiers devaient à l’État indien.

    « Mon action est motivée par le désir d’ôter certaines des charges dont les fermiers continuent de souffrir… »

    Montant de l’ardoise effacée ? 500 000€, intégralement payés par l’acteur.

    Depuis 1995, 300 000 fermiers indiens se seraient donnés la mort, étranglés par les sécheresses successives et des dettes faramineuses. Le geste d’Amitabh Bachchan est donc bien plus qu’un simple coup de pub.

    Quand la fortune combat la misère

    Voilà ainsi à quoi pourait servir l’argent.

    Bravo à ce Monsieur.


    15 commentaires