• Trop beau pour être démoli. C'est l'histoire du petit quartier de Nantun District à Taiwan, sauvé par son dernier habitant.

    Papy fait de la résistance

    A 96 ans, Huang Yung-Fu, celui que l’on surnomme « Papy arc-en-ciel  » a réussi à combattre les bulldozers qui menaçaient son village en dessinant des oiseaux, des chats et des personnages colorés sur les façades de son quartier de Taichung à Taiwan.

    Papy fait de la résistance

    Il y a 37 ans, l’ancien militaire originaire de Hong Kong s’installe dans ce village de vétérans de Nantun District, Taichung. Un village qui, comme bien d’autres sur l’île, a été construit à la va-vite pour loger les soldats chinois et leurs familles en exil. En effet, après la guerre civile qui opposa les communistes aux forces du Kuomintang (plus ancien parti politique de la Chine contemporaine) dans les années 1950, ces derniers ont été contraints de fuir en direction de l’île voisine de Formose (Taïwan).

    Papy fait de la résistance

    Avec le temps, ces habitations se délabrent et les quartiers sont peu à peu rasés au profit de nouveaux ensembles d’immeubles. Mais Huang Yung-Fu n’a pas dit son dernier mot. Alors que ses voisins quittent le navire, il résiste et refuse de déménager. En 2008, pour redonner de la vie à son village il commence à en peindre, d’abord un oiseau dans son salon, puis sur les façades et enfin sur la route. Petit à petit, la couleur s'empare des ruelles. Du sol à la charpente, les animaux, tous plus extraordinaires les uns que les autres, fleurissent ça et là.

    Papy fait de la résistance

    Sur les 1 200 maisons, il n’en reste plus que 11, mais lesquelles ! Lorsque le quartier est menacé de destruction, les étudiants de l’université voisine attirent l’attention de l’opinion publique sur ce « Rainbow village ». Finalement, le gouvernement décide alors de le préserver. Riche idée puisqu’il est devenu une véritable attraction touristique, attirant chaque année près d'un million de visiteurs et, plus récemment, les caméras de la BBC.

    Papy fait de la résistance

    Sans le vouloir, « Papy arc-en-ciel » a sauvé son village ! Ce n’est pas pour autant que l’artiste autodidacte a décidé de raccrocher les pinceaux. Huang Yung-Fu continue inlassablement son oeuvre, se levant parfois à 3 heures du matin pour rehausser le ton de tel tel animal psychédélique.

    Papy fait de la résistance

    Papy fait de la résistance

    Papy fait de la résistance

    Papy fait de la résistance

    Papy fait de la résistance

    Les pinceaux comme instrument de résistance pacifique.


    13 commentaires
  • Ce jeune ingénieur centralien n'épargne pas sa profession. Dans son discours, il interpelle ses camarades et son directeur et appelle à davantage d'éthique.

    Lors de sa cérémonie de remise des diplômes, le 30 novembre dernier, Clément Choisne, jeune normalien et futur ingénieur a prononcé un discours puissant appelant son directeur et ses camarades à repenser leur métier pour ne pas répéter les erreurs du passé.

    Un discourt très inspirant

    « Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse. » C’est avec cette citation très à propos d’Albert Camus que le jeune diplômé entame son discours.

    Une vidéo visionnée plus de 60 000 fois sur les réseaux sociaux et qui comptabilise 164 000 vues sur Youtube. Le jeune diplômé y remet en cause le système élitiste auquel il appartient, verbalisant le malaise d’une partie de la jeunesse, en quête de sens professionnellement :

    « Je suis perdu, incapable de me reconnaître dans la promesse de vie d’un cadre supérieur en rouage essentiel d’un système capitaliste de surconsommation. »

    Rappelant le rôle de l’ingénieur, appelé à « trouver des solutions aux problèmes qu’on lui pose sans jamais remettre en cause ce qu’on lui demande », Clément Choisne invite les ingénieurs à embrasser la transition écologique, n’hésitant pas à pointer du doigt la responsabilité de sa profession :

    « Nous, ingénieurs, sommes les géniteurs de l’obsolescence programmée. »

     

    Un discours nécessaire qui invite les ingénieurs à prendre leurs responsabilités, à s’interroger davantage sur l’utilité et la pertinence de leurs actions :

    « L’éthique, c’est ce que doit retrouver l’ingénieur pour ne pas perpétuer les erreurs du passé. »

    Le jeune homme, fraîchement diplômé de l’école Centrale de Nantes interpelle son directeur sans ménagement, l’invitant à donner davantage de moyens à la transition écologique et à faire plus de place aux notions de sobriété et de décroissance dans les programmes scolaires.

    Un discours courageux et inspirant !


    14 commentaires
  • La question du handicap se trouve au coeur de la politique européenne en matière de Justice et Droits de l’Homme.

    Handicap, villes les plus accessibles

    Handicap, villes les plus accessibles

    C’est pourquoi, tous les ans depuis 2010, la Commission Européenne récompense les villes de plus de 50 000 habitants les plus accessibles, au cours de l’Access City Award. Plusieurs fois primée, la France se positionne cette année encore sur le podium.

    Handicap, villes les plus accessibles

    80 millions de personnes se trouvent en situation de handicap au sein de l’Union européenne. Cela représente 16% de la population. Un chiffre qui, avec le vieillissement généralisé des Européens, devrait augmenter sensiblement dans les années à venir.

    Garantir l’égalité d’accès à des droits fondamentaux et améliorer la qualité de vie de cette partie importante de la population fait donc partie des ambitions de la Commission européenne. Les Access City Award visent à promouvoir et récompenser les efforts des villes européennes réalisés en ce sens. L’an dernier, la ville de Lyon décrochait la première place. Une façon de récompenser sa politique volontariste en termes d’inclusion et d’accessibilité.

    Évreux, deuxième ville la plus accessible d‘Europe.

    Cette année encore la France se démarque grâce à la ville d’Évreux qui se hisse sur la deuxième marche du podium. Depuis quatre ans, l’adjointe au maire Francine Maragliano a lancé de nombreux projets en faveur de l'accessibilité. Des efforts récompensés le 4 décembre 2018 par la Commission européenne.

    Si la question de l’accessibilité est souvent évoquée pour les handicaps dits « visibles », c’est sur un autre versant que l’équipe municipale s’est particulièrement investie. En sonorisant les feux de signalisation pour les malvoyants ou en prévoyant des documents en écriture FALC (Facile à Lire et à Comprendre) dans les services municipaux, ou en créant les Sanibus – un réseau de transport adapté, la mairie a souhaité mettre l’accent sur l’inclusion des personnes souffrant d’un handicap « non visible » (cécité, surdité, défaillances cognitives, autisme…).

    Handicap, villes les plus accessibles

    Le but : redonner de l’autonomie au plus grand nombre. Francine Maragliano précise que toutes ces améliorations sont pensées pour tous, car :

    « une ville accessible pour les uns c’est tout simplement une ville plus agréable pour les autres. »

    Et cela passe notamment par la pédagogie car, comme elle l’explique : « les améliorations ne valent rien si les agents de la mairie ne savent pas communiquer dessus et que les usagers n’en ont pas connaissance.»

    Handicap, villes les plus accessibles

     Les Pays-Bas, grands gagnants.

    Lors de cette édition, les Pays-Bas ont remporté la première place avec la ville de Breda. Située entre Anvers et Rotterdam, la ville de 200 000 habitants a prouvé son engagement en faveur de l’inclusion en rendant tous les espaces publics, comme les parcs et les magasins, accessibles tous. Elle s’est également appuyée sur les technologies numériques pour faciliter l’usage de ses transports publics à l’ensemble de ses habitants.

    Handicap, villes les plus accessibles

    Sur la troisième marche du podium on retrouve Gdynia, une ville polonaise dont les efforts en termes d’inclusion des personnes avec handicap mental ont été soulignés.

    Handicap, villes les plus accessibles

    Deux autres villes ont également reçu une mention spéciale pour leur engagement en faveur d’un tourisme inclusif : Kaposvár en Hongrie et Vigo en Espagne pour son architecture innovante dans un centre ville historique pourtant vallonné.

    Mais ceci ne doit pas nous faire oublier que la majorité des villes sont de véritables parcours du combattant pour les personnes à mobilité réduite, quelques exemples rencontrés.

    Handicap, villes les plus accessibles

    Handicap, villes les plus accessibles

    Handicap, villes les plus accessibles

    Handicap, villes les plus accessibles

    La question de l’accessibilité et du handicap vous touche et vous souhaitez faire des propositions concrètes ?

    Handicap, villes les plus accessibles

    Prenez la parole sur la plateforme Fluicity, l’appli de participation citoyenne. Proposez vos idées, commentez celles de vos concitoyens et votez pour les plus inspirantes. Toutes vos propositions seront étudiées par la Commission européenne.

    Handicap, villes les plus accessibles


    19 commentaires
  • Partager un repas pour seulement deux euros, c’est possible. Créés par l’association Habitat et Humanisme, les « Escales Solidaires », à Lyon sont des lieux de partage et de convivialité qui positionnent le lien social au cœur de leurs priorités.

    Un repas pour 2 euros

    C’est en mai 2018 que naît la première « Escales Solidaires » dans le sixième arrondissement lyonnais. Une table d’hôte pas comme les autres, où l’accueil se veut « inconditionnel ». On y retrouve aussi bien des personnes en situation de précarité que des riverains en quête de convivialité. Tout se beau monde se réunit pour préparer un repas avec les bénévoles de l’association avant de partager un moment ensemble.

     

    Une table d'hôtes "solidaire" ouverte à tous. On y mange pour 2 euros, fromage et café compris. L'objectif: faire se rencontrer "deux mondes". Un défi.

    Nassira annonce à la criée le menu: "salade mixte, poulet rôti accompagné de purée de patate douce, champignons et carottes à la crème, fromage et salade de fruits".

    La cheffe du jour, Dominique Jacotet, est "très légumes, fruits, herbes fraiches et épices". Les amateurs de "chips-saucisson" repasseront: "ça la déprime".

    Un repas pour 2 euros

    De dehors, l'endroit ressemble un énième café cosy, mais ici tout a été chiné ou récupéré.

    Servis au moins quatre fois par semaine, les repas sont confectionnés uniquement avec des produits de la banque alimentaire et "on ne met pas les pieds sous la table !", prévient Mélanie Dagneau, un des deux salariés du lieu.

    Chaque convive - le restaurant peut en accueillir trente - doit aider en cuisine, débarrasser, passer un coup sur la table ou faire la plonge. Tous, sauf Paulette Boiraud.

    Paulette n'a pas quitté son bonnet gris ni son étole brillante. "Quand je viens ici, je n'ai pas de courses à faire. Je me traîne maintenant. Et c'est plus agréable de manger avec du monde", confie cette frêle dame de 94 ans qui vit dans une résidence municipale à quelques pas.

    Un repas pour 2 euros

    "Le repas est une méthode d'accroche et un créateur de lien", poursuit M. Dulin. Car l'Escale propose des ateliers d'insertion, coiffure, couture et fait venir des recruteurs. Ce n'est pas un accueil de jour pour SDF mais un lieu chaleureux où il est possible de reprendre confiance en soi.

    Dans les escales, tout le monde est le bienvenu.
    Avec les tables d'hôtes comme moteur de rencontre, les Escales Solidaires sont destinées à toutes les personnes seules qui ressentent l'envie de s'y rendre : pour les ateliers, pour les repas à 2 euros ou simplement pour passer un moment chaleureux.

    Un repas pour 2 euros

    L’objectif est de lutter contre la solitude, l’exclusion, la perte d’un logement, le chômage, la perte d’un emploi… C'est un lieu ressource de quartier qui favorisent l'insertion et le lien social des habitants. Il a pour objectif :
    - de bien vivre dans son quartier en favorisant la mixité sociale.
    - de lutter contre des situations d’isolement et de solitude en recréant du lien social.
    - d’être un lieu d'accompagnement dans son parcours d’insertion sociale et professionnelle.

    Un repas pour 2 euros

    En dehors des repas, les espaces sont utilisés pour des activités d’accompagnement, d’inclusion et d’insertion aussi bien sociale que professionnelle. Entre activités ludiques (jeux de cartes, jeux de société, théâtre, chorale …), interventions d’écrivains publics, de coiffeurs, d’esthéticiens ou accompagnement dans la recherche d’emploi, tout est pensé pour faire des « Escales Solidaires » un véritable espace de vivre-ensemble.

    Un repas pour 2 euros

    L’association Habitat et Humanisme ambitionne d’étendre son concept dans les années à venir et espère ouvrir cinq nouvelles adresse d’ici trois ans.

    Un repas pour 2 euros

    Cuisiner et s’attabler ensemble… y’a-t-il plus beau vecteur de lien social ?

    Un repas pour 2 euros


    18 commentaires