• Elle s'appelle Violette Duval, elle est atteinte de fibromyalgie et elle a décidé de marcher le long des côtes européennes pour sensibiliser sur la maladie.

    Marcher pour la fibromyalgie

    Marcher de Granville à Marseille en suivant les côtes européennes, voici le défi que s’est fixée Violette Duval. Une aventure de 4800 kilomètres à pied pour sensibiliser, recueillir des témoignages et récolter des fonds pour la recherche contre fibromyalgie, une maladie qui se caractérise par des douleurs diffuses dans tout le corps. 

    Marcher pour la fibromyalgie

    Après une campagne de financement participatif réussie, Violette se prépare aujourd’hui pour le début de son périple. Départ prévu le 13 avril, du Mont Saint Michel.

     

    Qui êtes vous et que faites vous?

    Je m’appelle Violette, je me lance le défi de traverser l’Europe à pied avec ma poussette pour parler et récolter des fonds pour la fibromyalgie.

    Marcher pour la fibromyalgie

    Pourquoi vous lancer dans cette aventure?

    La fibromyalgie est trop peu connue, trop peu reconnue. C’est la maladie du « mal partout ». Cela se caractérise par des douleurs musculaires et articulaires dans tout le corps, c’est donc très handicapant, très douloureux et très fatigant. Et pour certains malades, c’est invivable. Il n’y a aucun remède à ce jour… c’est la galère.

    Moi, je peux marcher, alors j’ai décidé de marcher pour ceux qui ne peuvent pas.

    Marcher pour la fibromyalgie

    Quel message souhaitez vous faire passer à travers votre action?

    Je voudrais récolter des fonds pour la recherche, pour qu’on trouve des traitements adaptés, et qu’on trouve d’où cela vient. Lors de cette marche, j’aimerais récolter des témoignages, pour en faire un documentaire sur le quotidien des personnes atteintes (par la maladie). C’est pour cela que j’ai lancé une campagne de financement participatif.

     

    Je voudrais qu’on voit les « fibromyalgiques » comme des « warriors » (des « guerriers ») et non comme des personnes atteintes psychologiquement. Beaucoup de gens, de médecins, nous disent que c’est dans notre tête. Or c’est une vraie maladie, et nous souffrons, mais mon message se veut positif et je veux marcher pour ceux qui ne peuvent pas. En 2010, je ne pouvais rien faire, j’étais alitée…

    Marcher pour la fibromyalgie

    Ce Tour d’Europe à pied pour la fibromyalgie, c’est le combat d’une vie.

    Pour l’aider dans son projet et pour financer la réalisation des vidéos de témoignages qu’elle prépare, Violette est toujours à la recherche de sponsors. Alors n’hésitez pas à la contacter !


    24 commentaires
  • Pour que la culture ne devienne pas l'exception, Antonio, ancien instituteur italien à la retraite, a décidé de partir à le rencontre des tout-petits à bord de son adorable bibliothèque mobile.

    Partager l'amour des livres

    Dans le sud de l’Italie, un instituteur retraité s’est donné une mission : transmettre l’amour de la lecture aux enfants. Pour toucher les petits écoliers les plus isolés, il sillonne sa région à bord d’un drôle de camion.

    Partager l'amour des livres

    Après 42 ans au service de l’éducation, Antonio La Cava, un enseignant italien à la retraite, n’a pas dit son dernier mot. Amoureux des mots et de la lecture, il décide en 2003 de retaper une petite camionnette à trois roues pour en faire une bibliothèque mobile. C’est ainsi que naît la  « Bibliomotocarro », une adorable petite maisonnette sur roues remplie de quelques 700 livres.

    Partager l'amour des livres

    A bord de sa « litteraturomobile », Antonio part à la rencontre des enfants dans les villages les plus isolés de sa région, la Basilicata. En leur prêtant ou en leur offrant des livres, il espère leur transmettre sa passion. Dans une interview donnée à Inhabitat, il explique comment le système scolaire, trop rigide, peut détourner les enfants de la lecture :

    « Un désintérêt pour la lecture commence souvent dans les écoles où la technique est enseignée. Ce n’est pas accompagné d’amour. Lire devrait être un plaisir, pas un devoir. »

    Partager l'amour des livres

    Avec sa drôle de bibliothèque à trois roues, Antonio crée un univers coloré et merveilleux autour de la lecture. L’écrin parfait pour donner envie de lire aux plus petits !

    Partager l'amour des livres


    21 commentaires
  • Le 16 février 2019, le Premier ministre australien a annoncé sa nouvelle ambition écologique et économique pour le pays : planter un milliard d'arbres.

    D’ici 2050, l’Australie va planter un milliard d’arbres sur son territoire dans le cadre de son nouveau plan forestier. Un engagement écologique mais aussi économique. Explications.

    Reforestation

    Un pas pour l'écologie.

    Le gouvernement australien a annoncé le 16 février dernier sa volonté de planter un milliard d’arbres. Un chiffre qui donne le tournis ! Ce nouveau plan forestier soutient les objectifs climatiques pris par le pays lors de l’Accord de Paris et permettra d’éliminer 18 millions de tonnes de gaz à effet de serre par an d’ici 2030. Le pays se positionne déjà au septième rang mondial en termes de superficie forestière puisqu’elle couvre 17% de son territoire.

    Reforestation

    Néanmoins, en matière d’écologie, l’Australie a encore du pain sur la planche. Elle produit actuellement plus de 500 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an et tire l’essentiel de sa puissance économique de ses gisements de charbon dont elle est le deuxième exportateur mondial.

    Reforestation

    Un pas pour l'économie.

    Au delà du bénéfice écologique indiscutable que ces arbres vont apporter à l’environnement et à la planète, c’est aussi sur un bénéfice économique et social que mise le gouvernement australien.

    Reforestation

    Comme le rappelle le Premier ministre Scott Morrison:

    « Environ 52 000 Australiens sont directement employés dans la culture et la transformation de nos produits forestiers. Des dizaines de milliers d'emplois supplémentaires sont indirectement soutenus par ce secteur qui contribue pour plus de 23 milliards de dollars à l’économie nationale. »

    Reforestation

    Ce plan forestier d’envergure permettra également de créer des emplois et de répondre en partie à l’engagement du gouvernement de créer 1,25 millions d'emplois d’ici cinq ans.

    Reforestation

    Un pas pour le développement durable.

    Si les forets sont les poumons de notre planète, elles ont également l’avantage de fournir un matériau de construction durable. Dans le même communiqué, le sénateur adjoint Richard Colbeck, ministre adjoint de l’Agriculture et des Ressources en Eau explique :

    «Le bois est le matériau de construction du XXIe siècle et le gouvernement Morrison entame le processus de création des premiers pôles forestiers régionaux pour répondre à la demande future de produits forestiers (…) Ce plan a pour objectif ambitieux de fournir un milliard de nouveaux arbres pour répondre à un quadruplement prévu de la demande mondiale de produits du bois d’ici 2050.»

    Reforestation

    Avec des bénéfices écologiques, économiques, sociaux et environnementaux, pas de doute, voilà de l’argent bien dépensé !

    Reforestation


    23 commentaires
  • Tramayes est la première ville de France de plus de 1000 habitants dont les bâtiments communaux sont alimentés en électricité 100% renouvelable.

    Cette ville est exemplaire

    Pour engager la transition énergétique, il faut de la volonté politique. Et c’est Tramayes petite ville de Saône-et-Loire, qui en fait la démonstration. À en croire France 3,  cette commune serait la première collectivité de plus de 1 000 habitants à être passée à une énergie 100% renouvelable. Comment y est-elle parvenue ? Réponse.

    Cette ville est exemplaire

    Tramayes a commencé sa transition énergétique il y a déjà 19 ans. Une détermination précoce qui explique aujourd’hui l’avance prise sur les autres communes. La ville est désormais équipée d’une chaufferie à bois et elle est sous contrat avec un fournisseur d’électricité 100% renouvelable. Visite guidée grâce à ce reportage de France 3.

     

    Michel Maya, maire de Tramayes :

    « Nous avions beaucoup de bâtiments qui étaient chauffés avec de petites chaudières au fioul et on s’est posé la question : reste-on avec de l’énergie fossile ou se dirige-t-on vers le renouvelable ? »

    Cette ville est exemplaire

    19 ans plus tard, compte tenu du péril écologique qui nous menace et du prix de l'énergie renouvelable qui diminue, il s’avère que Tramayes a fait le bon choix. Reste maintenant à l’imiter!

    Cette ville est exemplaire


    20 commentaires