• Levez les yeux au ciel, c'est le bon moment.

    Du 16 au 25 avril, levez les yeux vers le ciel et découvrez la pluie d'étoiles filantes, Les Lyrides. Une jolie manière de s'évader du confinement.

    20 étoiles filantes à l'heure

    Depuis jeudi, une pluie d’étoiles filantes traverse le ciel. Un magnifique ballet nocturne qui prendra fin ce samedi 25 avril. Alors, ouvrez l’œil et appréciez l’instant présent.

    20 étoiles filantes à l'heure

    C’est le moment de s’évader un instant du confinement. Depuis le 16 avril dernier, une pluie d’étoiles filantes déferle dans le ciel. Ce phénomène, surnommé Les Lyrides, n’est pas rare puisqu’il se produit tous les ans au printemps.

    20 étoiles filantes à l'heure

    Les Lyrides sont dues à la comète Thatcher : lorsque la Terre traverse les débris laissés par cette comète, certains d’entre eux brûlent dans l’atmosphère et provoquent des étoiles filantes.

    20 étoiles filantes à l'heure

    Pour observer depuis chez soi le phénomène, nul besoin d’un télescope ou de jumelle. Les météorites, pas plus grosses qu’un petit pois, sont visibles à l’œil nu. Bonne nouvelle, la baisse du niveau de pollution liée au confinement permettra également aux habitants des grandes villes d’apprécier ce spectacle illuminé.

    20 étoiles filantes à l'heure

    Et pour ceux qui louperaient de justesse le phénomène, sachez qu’un nouvel essaim d’étoiles filantes, les Êta aquarides, traversera le ciel le 5 mai prochain.


    37 commentaires
  • En Australie, 6800 €uros pour un mégot jeté par la fenêtre de sa voiture.

    Pour que ce geste d'incivilité dangereux et polluant appartienne enfin au passé, les autorités de Nouvelle-Galles du Sud veulent frapper fort.

    Jeter un mégot par la fenêtre de sa voiture ? Non seulement cela pollue mais, en plus, c’est prendre le risque de déclencher de gigantesques incendies. Du coup, pour encourager les conducteurs fumeurs à plus de civisme, un état australien a décidé d'employer les grands moyens.

    Un mégot qui coûte cher

    Cet État, c’est la Nouvelle-Galles du Sud. Particulièrement touché par les feux de brousse, il a décidé de sanctionner durement celles et ceux qui seront surpris en train de balancer un mégot par la fenêtre de leur voiture en période d’interdiction totale de feux.

    Un mégot qui coûte cher

    Depuis le 17 janvier 2020, ce geste coûte 11 000 dollars australiens (source : ABC), soit environ 6 800€, ainsi qu’un retrait de 10 points sur le permis de conduire (un permis de conduire qui compte 12 points au total)

    Un mégot qui coûte cher

    Quant aux passagers, la loi ne les a pas oublié. Le même geste leur en coûtera environ 740€.

    Pour rappel, sachez qu’en France ce genre d’incivilité est également sanctionné (135€).

    Un mégot qui coûte cher

    En ces temps de réchauffement climatique, toute étincelle doit être évitée, y compris par des mesures coercitives.

    À ce tarif là, sûr que les fumeurs réfléchiront à deux fois avant de faire n’importe quoi.


    44 commentaires
  •  Rome : Andrea Gandini sculpte des visages sur les arbres morts.

    Donner un visage aux arbres morts

    Regrettant le peu de soins accordés aux arbres de la capitale italienne, Andrea Gandini donne un visage à ceux qui sont morts.

    Sculpter les arbres morts pour leur rendre hommage et leur offrir une seconde vie. Telle est la superbe mission que s’est donnée Andrea Gandini. Un projet original et touchant qui attise la curiosité des passants et attire leur regard sur la beauté de la nature.

    Donner un visage aux arbres morts

    Andrea Gandini, 22 ans, officie à Rome.

    Donner un visage aux arbres morts

    Dans la capitale italienne, il a déjà sculpté 65 arbres morts.

    Donner un visage aux arbres morts

    À chaque fois, il s’inspire de l’arbre et de ses spécificités.

    Donner un visage aux arbres morts

    Donner un visage aux arbres morts

    Résultat ? Des visages mystérieux qui ne peuvent qu’interpeller les passants.

    Donner un visage aux arbres morts

    Donner un visage aux arbres morts

    Pour Andrea Gandini, les arbres de Rome sont trop mal entretenus par les autorités. Leur donner un visage est aussi un moyen d’attirer l’attention de la population sur ce problème.

    Donner un visage aux arbres morts

    Donner un visage aux arbres morts

    Donner un visage aux arbres morts

    Une initiative artistique, créative et engagée.

     


    46 commentaires
  • Elle crée une bibliothèque mondiale des couleurs naturelles.

    Du jaune, du rouge, du bleu, du vert ou du violet... Dans cette sublime bibliothèque mondiale des pigments naturels, l'ocre révèle toutes ses teintes.

    Bibliothèque mondiale des couleurs naturelles

    Dans sa bibliothèque multicolore, Heidi Gustafson collecte des pigments naturels issus de l’ocre, venus du monde entier. Des échantillons superbes et précieux qu’elle partage sur son compte Instagram et dans son fonds d’archives baptisé Early Future Ochre.

    Bibliothèque mondiale des couleurs naturelles

    Lorsque elle ne se rend pas elle-même sur place, armée de son petit aimant et d’un couteau pour collecter le précieux pigment le long des stries de parois rocheuses, formées des centaines de milliers d’années auparavant, ce sont des archéologues, des scientifiques et des créatifs du monde entier qui lui font parvenir leurs échantillons.

    Bibliothèque mondiale des couleurs naturelles

    L’ocre est une roche ferrique composée d’argile pure colorée par un pigment d’origine minérale. Réduits en poudre, les pigments peuvent aussi bien servir à la peinture qu’à la médecine. Sur les étagères de sa bibliothèque on peut admirer toute la richesse de ses teintes, l’une des gammes naturelles les plus variées au monde. On y découvre des jaunes chauds, des rouges et des bruns profonds mais aussi des couleurs plus inattendues comme la lavande, le bleu marine ou le vert.

    Bibliothèque mondiale des couleurs naturelles

    Dans sa bibliothèque, l’artiste passionnée répertorie plus de 550 nuances, venues des États-Unis, de Zambie, d’Amazonie, de Russie ou de Nouvelle-Zélande. Des archives en perpétuelle croissance grâce à la dimension collaborative du projet Early Future Ochre qu’elle a lancé en 2017.

    Bibliothèque mondiale des couleurs naturelles

    Dans son studio, l’artiste et chercheuse basée dans l’état de Washington récolte, traite et catalogue les échantillons de minéraux naturels. Chacun est broyé en poudre et placé dans un tube étiqueté et numéroté, puis, dans un cahier, l’artiste indique l’origine de l’ocre, l’identité de la personne qui l’a obtenue ou collectée et renseigne les utilisations historiques ou contemporaines de son utilisation.

    Bibliothèque mondiale des couleurs naturelles

    Passionnée, Heidi Gustafson voit au delà de l’esthétique, s’attardant sur les propriétés  spirituelles et scientifiques des pigments. Interrogée par le site Clossal, elle explique :

    « plus important encore, je construis une relation avec les matériaux. (…) J’essaie de comprendre leurs comportements uniques, les communautés microbiennes qu’ils hébergent et soutiennent, leur gamme de tons, leurs utilisations historiques et de nombreuses autres fonctionnalités.»

    Bibliothèque mondiale des couleurs naturelles

    Bibliothèque mondiale des couleurs naturelles

    Bibliothèque mondiale des couleurs naturelles

    Bibliothèque mondiale des couleurs naturelles

    Bibliothèque mondiale des couleurs naturelles

    Bibliothèque mondiale des couleurs naturelles

    Bibliothèque mondiale des couleurs naturelles

    Sublime, non ?

     


    42 commentaires