• Notre-Dame, la fondation Abbé Pierre s'adresse aux riches donateurs.

    "Nous sommes très attachés au lieu des funérailles de l’abbé Pierre. Mais nous sommes également très attachés à son combat."

    On peut se poser la question

    Donner des centaines de millions d’euros pour reconstruire un lieu où les croyants pourront prier pour les plus pauvres, c’est bien. Mais si l’on pouvait aussi donner un peu d’argent directement aux plus pauvres, ça serait pas mal aussi. Voici, en somme, le message que tient à faire passer la Fondation Abbé Pierre.

     

    Mardi 16 avril dans un post publié sur Twitter, la Fondation Abbé Pierre a suggéré à Bernard Arnault (LVMH), François-Henri Pinault (LVMH) et Total, de consacrer 1% de leurs dons aux plus démunis.

    « Nous sommes très attachés au lieu des funérailles de l’abbé Pierre. Mais nous sommes également très attachés à son combat. Si vous pouviez abonder 1% pour les démunis, nous serions comblés. »

    On peut se poser la question

    Ce jeudi 18 avril, sur RTL, Manuel Domergue, directeur des études à la fondation Abbé Pierre, est allé plus loin et n’a pas caché pas sa colère :

    On peut se poser la question

    « Une cathédrale millénaire en feu, oui, ça choque tout le monde. Mais des gens qui meurent dans la rue, ça ne choque plus personne. Il y en a 3, 4 par jour qui meurent dans la rue : des enfants, des femmes, des hommes. Un milliard d’euros récoltés, c’est l’équivalent de 20 années de budget de la fondation Abbé Pierre. S’ils ont de quoi lâcher 300 millions d’euros en une nuit, je pense qu’ils ont des dessous de matelas assez confortables et nous, les mal-logés, ceux qui sont dans la merde, on en a besoin. »

    On peut se poser la question

    Mercredi 17 avril, selon les comptes de L’Obs, 880 millions d’euros avaient déjà été promis pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Il est vrai qu’avec 1% d’une telle somme, on pourrait déjà envisager pas mal de choses pour les personnes les plus en difficulté.

    On peut se poser la question

    Une telle démarche permettrait de reconstruire le patrimoine de l’Église tout en servant son message. D’une pierre deux coups, en somme.

    On peut se poser la question


    1 commentaire
  •  Ils ont 11 et 9 ans, ils sauvent leur papa coincé sous sa voiture.

    Malgré le danger, ni le père ni les enfants n'ont perdu leur sang-froid. Résultat : un sauvetage inédit qui finit très bien.

    Sacré sauvetage ! Dans la Somme, un homme de 40 ans coincé sous sa voiture a été tiré d’affaire grâce au sang-froid et à la réactivité de ses deux enfants âgés seulement de neuf et onze ans. Explications.

    Ils sauvent leur papa

    Ça s’est passé à Contalmaison, le jeudi 18 avril, aux environs de 17h. Le papa rescapé témoigne dans le Courrier Picard:

    « Le cric a lâché. Je retenais la voiture d’une main comme je pouvais, mais bon, au bout d’un moment, je fatiguais. Les petits avaient peur, mais je leur ai dit où aller chercher un autre cric dans la cave. Au début, ils ne trouvaient pas. Je les ai laissés reprendre leurs esprits, ils sont retournés à la cave et ils ont trouvé le cric. Puis je leur ai expliqué comment l’installer. »

    Donovan et Orlanne, les deux enfants, suivent alors consciencieusement les consignes de leur père et s y’mettent à deux pour réussir à actionner le cric et soulever la voiture. Un authentique exploit.

    La suite, c’est Donovan qui la raconte. « J’avais un peu peur. Orlanne m’a aidé à pomper pour soulever la voiture. » Et les deux enfants ont ainsi libéré et sauvé leur papa.

    Ils sauvent leur papa

    Les pompiers sont ensuite arrivés sur place et ont emmené le papa à l’hôpital pour de simples examens de contrôle. Il ne souffrirait « que » de douleurs au thorax.

    Une histoire digne d’une fable de La Fontaine : on a toujours besoin d’un (ou deux) plus petit(s) que soi !


    22 commentaires
  • Aujourd'hui, la loi française considère les arbres comme des objets. Cette association entend changer la donne pour que leur soit reconnu le statut d'être vivant.

    Le 5 avril dernier, l’association A.R.B.R.E.S a présenté sa « Déclaration des droits de l’arbre » en lecture à l’Assemblée nationale. Un texte qui vise à protéger la vivant avec à la clé, qui sait, une inscription de l’arbre comme être vivant dans le Code civil ?

    Les droits de l'arbre

    Lors du colloque “Les arbres remarquables, un patrimoine à protéger” qui s’est tenu au Palais Bourbon au début du mois d’avril, l’association des amoureux de la nature qui oeuvre pour la protection des arbres d’exception a présenté les cinq articles qui composent son texte.

     

    « Ce texte a pour vocation de changer le regard et le comportement des hommes, de leur faire prendre conscience du rôle déterminant des arbres au quotidien et pour le futur, en ouvrant la voie à une modification rapide de la législation au niveau national »

    Cette « Déclaration des droits de l’arbre » vise à reconnaître officiellement l’arbre comme un être vivant (article 1) et sensible (article 2). Deux bonnes raisons de lui accorder tout le respect qu’il mérite et de cesser de le « réduire à un simple objet. » Le texte entend donc faire de l’arbre « un sujet de droit, y compris face aux règles qui régissent la propriété humaine » (article 3).

    if chapelle La Haye de Routot (Eure)

    if chapelle de La Haye de Routot (Eure)

    Pour finir, les deux derniers articles établissent une distinction entre « arbres remarquables » et arbres d’exploitation. Pour l’association, les premiers, de part leur ancienneté et leurs caractéristiques hors normes, devraient être protégés comme «monuments naturels». Les seconds, bien qu’ils échappent à certains critères cités dans les articles précédents, devraient malgré tout être traités dans le respect de leur cycle de vie.

    Les droits de l'arbre

    ifs de La Lande Patry (Orne)

    Voici le texte dans son intégralité :

    Article 1:

    L’arbre est un être vivant fixe qui, dans des proportions comparables, occupe deux milieux distincts, l’atmosphère et le sol. Dans le sol se développent les racines, qui captent l’eau et les minéraux. Dans l’atmosphère croît le houppier, qui capte le dioxyde de carbone et l’énergie solaire. De par cette situation, l’arbre joue un rôle fondamental dans l’équilibre écologique de la planète.

    Les droits de l'arbre

    chêne chapelle de Allouville-Bellefosse (Seine-Maritime)

    Article 2:

    L’arbre, être vivant sensible aux modifications de son environnement, doit être respecté en tant que tel, ne pouvant être réduit à un simple objet. Il a droit à l’espace aérien et souterrain qui lui est nécessaire pour réaliser sa croissance complète et atteindre ses dimensions d’adulte. Dans ces conditions, l’arbre a droit au respect de son intégrité physique, aérienne (branches, tronc, feuillage) et souterraine (réseau racinaire). L’altération de ces organes l’affaiblit gravement, de même que l’utilisation de pesticides et autres substances toxiques.

    Les droits de l'arbre*

    hêtre pleureur de Roubaix (Nord)

    Article 3:

    L’arbre est un organisme vivant dont la longévité moyenne dépasse de loin celle de l’être humain. Il doit être respecté tout au long de sa vie, avec le droit de se développer et se reproduire librement, de sa naissance à sa mort naturelle, qu’il soit arbre des villes ou des campagnes. L’arbre doit être considéré comme sujet de droit, y compris face aux règles qui régissent la propriété humaine.

    Les droits de l'arbre

    sophora de Montry (Seine-et-Marne)

    Article 4:

    Certains arbres, jugés remarquables par les hommes, pour leur âge, leur aspect ou leur histoire, méritent une attention supplémentaire. En devenant patrimoine bio-culturel commun, ils accèdent à un statut supérieur engageant l’homme à les protéger comme «monuments naturels». Ils peuvent être inscrits dans une zone de préservation du patrimoine paysager, bénéficiant ainsi d’une protection renforcée et d’une mise en valeur pour des motifs d’ordre esthétique, historique ou culturel.

    Les droits de l'arbre

    tilleul aux épousailles de Lucheux (Somme)

    Article 5:

    Pour répondre aux besoins des hommes, certains arbres sont plantés puis exploités, échappant forcément aux critères précédemment cités. Les modalités d’exploitation des arbres forestiers ou ruraux doivent cependant tenir compte du cycle de vie des arbres, des capacités de renouvellement naturel, des équilibres écologiques et de la biodiversité.»

    Les droits de l'arbre

    chêne de Tombebœuf (Lot-et-Garonne)

    Les droits de l'arbre

    genévrier millénaire d'Opoul (Pyrénées-Orientales)

    Les droits de l'arbre

    olivier de Roquebrune (Alpes-Maritimes)

    Les droits de l'arbre

    orme de Villesèquelande (Aude)

    Les droits de l'arbre

    thuya géant de Siradan (Hautes-Pyrénées)

    Pour espérer voir un jour l’arbre inscrit comme être vivant dans le Code civil, une proposition de loi devra être déposée par un membre du Parlement, député ou sénateur. Des volontaires ?


    33 commentaires
  • A Tourcoing, une crèche s'est installée dans une maison de retraite. Ce qui fait plaisir aux seniors mais aussi aux enfants.

    Une crèche dans un EHPAD

    Comment créer du lien intergénérationnel aujourd’hui ? Cet établissement qui combine crèche et maison de retraite permet aux seniors de rompre avec la solitude et de transmettre leurs savoirs aux futures générations.

    Une crèche dans un EHPAD

    Ce partenariat est né en 2012, à Tourcoing, entre l’ancienne directrice de l’Ehpad des Orchidées et la fondatrice des crèches Rigolo Comme la Vie.

    Une crèche dans un EHPAD

    Elles se sont inspirées d’initiatives existantes en Belgique et aux Etats-Unis. Enfants et seniors se retrouvent pour partager différents ateliers (cuisine, sport, créations artistiques) plusieurs fois par semaine. 

    Une crèche dans un EHPAD

    De vrai moments d’échanges qu’enfants et seniors attendent avec impatience !

    Une crèche dans un EHPAD


    28 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires