• U-feel, un vélo électrique français et sans batterie.

    Contrairement aux autres vélos électriques, ici, les pédales ne servent pas à avancer mais à générer de l'électricité. Une différence monumentale.

    Le vélo électrique a ses avantages, mais aussi ses inconvénients. Lorsque sa batterie tombe à plat, il faut la recharger, et lorsque cette même batterie devient hors d’usage, il faut la jeter au rebut (alors qu’on ne sait pas la recycler), en acheter une autre et, donc, exploiter des resources rares et souvent polluantes. Heureusement, une entreprise française débarque avec un nouveau vélo génial : le U-feel. Sa particularité ? Il fonctionne sans batterie et, donc, ne tombe jamais en rade ! Présentation.

    Vélo électrique sans batterie

    Le U-Feel est un « vélo super condensateur ». Adrien Lelièvre, PDG de la start up Stee à l’origine de cette invention :

    « Pour la première fois, on ne pédale plus pour déplacer le vélo mais pour générer de l’électricité. »

    Vélo électrique sans batterie

     « c’est en pédalant qu’on recharge la batterie », pédaler ne recharge pas « la batterie », puisqu’il n’y a pas de batterie. Pédaler recharge les supercondensateurs.

    Vélo électrique sans batterie

    Un engin pratique donc, mais surtout, écologique, comme le souligne Adrien Lelièvre dans Le Figaro :

    «Nous n’avons absolument pas besoin de métaux rares et chers car le super-condensateur est fabriqué à partir d’aluminium et de carbone et ne contient pas de lithium. De plus, quand une batterie dure seulement deux à trois ans, un supercondensateur a une durée de vie entre dix et quinze ans Et, contrairement aux batteries, que l’on ne sait pas recycler, le supercondensateur est tout à fait recyclable.»

    Vélo électrique sans batterie

    Un grand pas en avant vers une énergie électrique plus propre et plus pratique dans le domaine du vélo.

    Vélo électrique sans batterie


    24 commentaires
  • À en croire les porteurs du projet, cette invention serait très simple à utiliser et pourrait révolutionner le coût de production de l'énergie.

    Une invention pleine d'espoir

    Des panneaux solaires à imprimer pour moins de 10€ le m2 ? Telle est la promesse folle d’une équipe de chercheurs australiens dirigée par le professeur Paul Dastoor. De quoi, possiblement, redonner un grand coup de fouet au développement de l’énergie solaire. Explications.

    Une invention pleine d'espoir

    L’impression de ces panneaux solaires aurait été rendue possible grâce à l’utilisation d’une imprimante classique, d’une encre « intelligente » conductrice d’électricité et de simples films en plastique d’une épaisseur de moins d’un dixième de millimètre.

    Une invention pleine d'espoir

    Avantage de tels panneaux ? Ils couteraient peu, s’appliqueraient presque partout (toitures, murs, fenêtres, voitures) et seraient plus performants que les panneaux classique, notamment en cas de faible lumière.

    Une invention pleine d'espoir

    Pour l’heure, ces panneaux imprimables seraient toujours en phase de test à l'université de Newcastle (Australie) mais une commercialisation auprès du grand public serait d’ores et déjà envisagée.

    Une invention pleine d'espoir

    Dans une vidéo postée en août dernier par cette université, les concepteurs du projet promettent que ces panneaux imprimables pourraient « fournir de l’électricité à votre maison dans moins de deux ans. » Cette vidéo, la voici :

     

    « Oubliez tout ce que vous savez sur les factures d’électricité. »

    Une invention pleine d'espoir

    Trop beau pour être vrai ? Seul l’avenir nous le dira mais, avouons-le, cela laisse rêveur !


    29 commentaires
  • Comment motoriser un fauteuil roulant classique sans dépenser une fortune?

    L'idée ? Récupérer du matériel sur des vélos électriques hors service pour les greffer sur des fauteuils roulants classiques. Simple, mais efficace !

    Motoriser un fauteuil roulant

    Il y a des idées de génie qui changent la vie et celle-ci en est une : alors qu’un fauteuil roulant motorisé coûte habituellement entre 1 000 et 3 000 euros, une association rennaise a trouvé comment motoriser un fauteuil traditionnel pour 100€ seulement ! Explications.

    À Rennes, l’association My Human Kit planche sans cesse sur des nouvelles inventions qui facilitent le quotidien des personnes handicapées. Aussi, le jour où l’un de ses salariés a regretté de ne pas avoir d’assistance électrique sur son fauteuil roulant, et donc de ne pas pouvoir « suivre ses enfants ou se déplacer facilement », elle s’est aussitôt mise en quête d’une solution technique. Deux jours plus tard, elle greffait un moteur et une batterie électrique au fauteuil de son salarié… et le tour était joué !

    Motoriser un fauteuil roulant

    Depuis, My Human Kit s’alimente en moteurs et en batteries auprès de La Petite Rennes, une autre association qui, elle, s’est spécialisée dans l’auto-réparation de vélo et dans le recyclage des vélos électriques.

    Le système (amovible) s’installerait en une à deux minutes seulement, pour un coût dérisoire : 100€.

    Motoriser un fauteuil roulant

    My Human Kit cherche maintenant à faire homologuer son invention. Non pas dans le but de la commercialiser (ce n’est pas dans sa démarche) mais pour, ensuite, partager les plans en open source « afin que quiconque puisse reproduire ce système. »

    Motoriser un fauteuil roulant

    Ce progrès n’en est que plus beau !


    16 commentaires
  • Grâce à des capteurs photovoltaïques nichés dans son cadre et sa roue avant, cette bicyclette recharge sa batterie automatiquement.

    SUN-E, vélo électrique solaire

    Selon ces créateurs, le Sun-E serait une première mondiale. Particularité de ce vélo électrique ? Il se recharge grâce à l’énergie solaire ! Gros plan sur une invention prometteuse… et made in France.

    SUN-E, vélo électrique solaire

    Mis au point par Rool'in, une startup installée à Montrouge (Hauts-de-Seine), le Sun-E est équipé de cellules photovoltaïques intégrées dans le cadre et la roue avant. Ainsi, cette bicyclette électrique d’un genre nouveau se recharge automatiquement, que ce soit à l’arrêt ou en mouvement.

    SUN-E, vélo électrique solaire

    Selon la météo, le soleil permet à ce vélo de parcourir entre 15 et 40km par jour. Idéal pour les trajets du quotidien, donc. Et pour tous les autres jours où ça ne serait pas suffisant, qu’on se rassure : la batterie du Sun-E (qui peut tenir 51km) se recharge également sur secteur !

     

    Cette nouveauté devrait être commercialisé en 2020 mais, dès cette année, elle sera testée par des agents de la ville de Montrouge et par une filiale de La Poste.

    SUN-E, vélo électrique solaire

    SUN-E, vélo électrique solaire

    SUN-E, vélo électrique solaire

    Les concepteurs de Sun-E envisagent déjà l’étape suivante : sur le même principe, des scooters solaires.

    SUN-E, vélo électrique solaire

    SUN-E, vélo électrique solaire


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique