• En cas d'infraction au code de l'environnement, on risque une amende, parfois salée, ou même une peine de prison. En Charente-Maritime, le parquet de Saintes a choisi la pédagogie et l'information. Il propose des stage de citoyenneté aux contrevenants.

    La pédagogie au lieu de la punition

    Ces stages (payants) n’ont qu’un objectif : expliquer aux contrevenants en quoi leurs actes peuvent avoir de graves conséquences pour notre environnement commun. On y apprend, par exemple, que brûler 50 kilos de déchets verts, c’est l’équivalent de 3 mois de chauffage au fuel ou de 6 000km parcourus par une voiture diesel. Des comparaisons impressionnantes et concrètes qui font réfléchir… et peuvent éviter la récidive.

    La pédagogie au lieu de la punition

    France 3 a suivi l’un de ces stages en pleine nature. Regardez :

     Une première en Nouvelle Aquitaine, fruit d'un partenariat entre le parquet, la médiation et des partenaires environnementaux. Pendant une journée, les stagiaires qui ont tous commis une infraction au code de l'environnement, vont apprendre et s'informer.

    La pédagogie au lieu de la punition

    Ils découvriront par exemple que brûler 50 kilos de déchets verts équivaut à 3 mois de chauffage au fioul d'un pavillon ou 6 000 kilomètres au volant d'une voiture diesel.

    Rouler en moto ou en quad dans une zone Natura 2000, pécher la civelle hors période sont des infractions qui peuvent vous valoir une amende jusqu'à 1500 euros et parfois des peines d'emprisonnement, avec, mais aussi sans sursis. Mieux vaut le savoir.

    La pédagogie au lieu de la punition

    Infliger des amendes ou des peines de prison en cas d’infraction au code de l’environnement, c’est bien. Mais compléter le champ des condamnations par ce genre de stage, c’est certainement indispensable. Car plus une loi est connue ET comprise, plus elle aura de chances d’être respectée.

    La pédagogie au lieu de la punition

    Une belle initiative.


    28 commentaires
  • Le monde regorge de surprises et de mystères, et nous en fait parfois voir de toutes les couleurs ! Comme ce lac rose d'Australie.

    Quand la nature nous surprend

    Au large du continent ouest australien, sur l’île de Middle Island, au beau milieu de l’archipel de la Recherche, se trouve le lac Hillier. Sa particularité ? Il est rose. Pourquoi ? C’est la question que se posent nombre de scientifiques depuis plus de deux siècles.

    Quand la nature nous surprend

     

    Long de 600 mètres pour 250 mètres de largeur, ce petit lac d’Australie Occidentale situé au nord de Middle Island a été découvert en 1802 par l’explorateur, navigateur et cartographe britannique Matthew Flinders, qui en avait déjà prélevé un échantillon sans pouvoir expliquer la raison de cette couleur si particulière. Une eau rose, qui ressort d’autant plus que le lac, entouré d’une forêt dense d’eucalyptus, est situé près de l’océan. Du vert et du bleu qui forment un contraste marqué avec ce rose étonnant.

    Quand la nature nous surprend

    Quand la nature nous surprend

    À ce jour, on ne sait toujours pas bien pourquoi le lac Hillier est rose. Certains scientifiques estiment que la présence d’une micro-algue typique des marais salants, Dunaliella Salina, qui produit du caroténoïde – un pigment de couleur orangée que l’on retrouve également dans la carotte – pourrait expliquer cette couleur.

    Quand la nature nous surprend

    D’autres estiment qu’elles viendrait plutôt des bactéries halophiles (qui se développent en milieu très salé) présentes dans les nombreuses croûtes de sel qui composent le lac. Une autre théorie enfin avance que cela pourrait provenir d’une réaction chimique entre le bicarbonate de sodium et le sel présents dans l’eau. Autrement dit, personne n’est sûr de rien.

    Quand la nature nous surprend

    Ce que l’on sait en revanche, c’est que les analyses ont révélé que l’eau du lac est tout à fait inoffensive pour l’homme. On pourrait donc sans aucun souci aller y piquer une petite tête, si toutefois cela ne requérait pas une autorisation spéciale ! En effet, il est aujourd’hui interdit de s’y baigner. Mais pour les plus curieux, il est tout à fait possible de le survoler en hélicoptère !

    Le lac Hillier n’est pas unique en son genre. En effet, il existe à travers le monde d’autres lacs à la teinte rosée : le lac Retba au Sénégal, le Syvach en Crimée, le lac Natron en Tanzanie, ou encore le Pink Lake, également en Australie Occidentale. Voyez seulement :

    Quand la nature nous surprend

    Quand la nature nous surprend

    Quand la nature nous surprend

    Ça donne envie de voir la vie en rose, non ?


    17 commentaires
  • Son univers fantaisiste et multicolore, il se l'est construit de ses propres mains, en puisant dans tous les objets dont les gens se débarrassent...

    La poésie étant indispensable à la respiration de l’âme, voici une énorme bouffée d’oxygène qui fera beaucoup de bien au plus grand nombre, notamment à tous ceux qui préservent l’enfant qui sommeille en eux… Dans le Morbihan, rencontre avec Robert Coudray, dit le poète ferrailleur.

    Un poète ferrailleur

    Depuis une trentaine d’années, comme le souligne France 3, Robert Coudray, consacre sa vie « à créer à partir de ce que les autres jettent« . Résultat ? Des sculptures surréalistes pleines de fantaisie poétique et même, plus largement, tout un monde hallucinant composé de tours, de couleurs et de magie.

    Regardez :

     

    Un poète ferrailleur

    « Faire de la sculpture, c’est un chemin personnel initiatique, c’est vraiment un chemin de vie, on fait jamais les choses par hasard. C’est à la fois de la récup, c’est un peu nous-mêmes. C’est un peu nos imperfections, nos grincements qui sont là-dedans. »

    Un poète ferrailleur

    Un poète ferrailleur

    « Je ne le fais pas pour les enfants, je le fais pour les adultes qui ont perdu leur cœur d’enfant. C’est vraiment pour éveiller cette âme, cette spontanéité, cet ébahissement, ce côté ‘vivons l’instant’. »

    Un poète ferrailleur

    Un poète ferrailleur

    Un poète ferrailleur

    Un poète ferrailleur

    Un poète ferrailleur

    On se laisse transporter par la magie, retrouvons notre âme d'enfant.

    Pour en savoir plus, rendez-vous ici.


    17 commentaires
  • Les grandes villes peuvent s'avérer stressantes à la longue. A New York, ces sacs de frappe vous permettent de relâcher sainement la pression !

    Pour calmer les nerveux

    Les New Yorkais nerveux, frustrés ou en colère ont dû apprécier cette nouveauté dans le paysage urbain de Manhattan : des sacs de frappes en libre service attachés sur les réverbères de la ville. Une idée géniale pour canaliser les énergies négatives !

    Pour calmer les nerveux

    A l’occasion de la semaine new-yorkaise du design qui s’est tenue du 10 au 22 mai, le studio donttakethisthewrongway a fait une drôle de proposition aux habitants de la ville en installant des sacs de frappe aux quatre coins de Manhattan. L’idée ? Voici ce que l’on peut lire sur le site de l’agence de design qui a créé le « public punching bag » (sac de frappe public) :

    Pour calmer les nerveux

    « Un concept de design qui explore la création d’espaces communs pour relâcher les frustrations auxquelles nous sommes tous confrontés. Des frustrations qui se produisent, eh bien, parce que nous sommes humains. Le sac de boxe public offre un débouché à ces émotions. Un moyen de développer un moyen plus sain d’aborder les problèmes personnels et collectifs dans un cadre public. »

    Pour calmer les nerveux

    Pour calmer les nerveux

    Pour calmer les nerveux

    Pour calmer les nerveux

    Pour calmer les nerveux

    En bref, en se défoulant sur ces « punching bags », on évitera sans doute de se défouler sur son voisin sans raisons… Pas bête dans une ville aussi bondée et vibrante que New York!

    Pour calmer les nerveux


    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique