• Sublimer plutôt que de jeter : l'idée géniale et surprenante d'un sculpteur aussi doué que créatif dont la matière première est constituée de pneus usagés.

    Une seconde vie

    C’est fou tout ce qu’on peut faire avec un déchet à partir du moment où l’on cesse de le considérer comme tel. Démonstration avec Blake McFarland, joueur de baseball… et sculpteurs de pneus usagés !

    On savait déjà qu’il était possible de transformer des pneus en chaussures ou en ceintures. maintenant, on apprend qu’on peut également les recycler en sculptures. Blake Mcfarland lui, aime particulièrement leur donner l’apparence d’animaux.

    Une seconde vie

    Le relief et les aspérités de cette matière sont particulièrement adaptés à l’exercice. Ils donnent aux œuvres un caractère quasi vivant et c’est assez impressionnant.

    Une seconde vie

    Pour chacune de ses sculptures, Blake McFarland utilise entre 50 et 100 pneus.

    Une seconde vie

    Et certaines réalisations lui demandent jusqu’à un mois de travail.

    Une seconde vie

    Une seconde vie

    Il a tout du cliché américain, et pourtant… Blake McFarland est un joueur de base-ball professionnel, né en Californie, qui joue pour le club Toronto Blue Jays. Comme tout Californien qui se respecte, il est aussi amateur de surf. Mais les apparences sont trompeuses : derrière le sportif  se cache l'artiste.

    Une seconde vie

    Une seconde vie

    Les sujets de prédilection de l'artiste sont les animaux : requins, dinosaures, cougars, pandas ou chevaux.

    Une seconde vie

    Une seconde vie

    Une seconde vie

    Une seconde vie

    Il a ainsi combiné sa passion de la peinture et du surf en peignant sur de vieilles planches.

     

    De l’art animalier spectaculaire et écologique. Bravo Blake Mcfarland. Pour en savoir plus, rendez-vous sur son site.

     


    12 commentaires
  • Salée, gelée, douce, froide, chaude : quand l'eau fait le show. On part pour 10 destinations surprenantes à travers le monde !

    Ce n’est pas pour rien que la Terre est surnommée la « planète bleue » puisque l’eau représente 70 % de sa surface. De l’eau salée, gelée, douce, froide, chaude, que l’on découvre en vacances dans des lacs, des sources ou des cratères, qui nous émerveillent par leur apparence fantastique et parfois un peu mystérieuse.

    Sélection de lieux incroyables à travers le monde où l’eau fait son show !

    Le lac Retba au Sénégal.

    Plus connu sous le nom de Lac Rose, ce lac est très chargé en sel et on peut donc y flotter facilement, comme sur la Mer Morte. Mais sa grande particularité concerne sa couleur souvent orangée et parfois rose qui vient d’une algue appelée Dunaliella Salina, qui fabrique un pigment rouge et absorbe les rayons du soleil. Le paysage est donc encore plus magique lors d’un voyage à la saison sèche.

    Curiosités sur l'eau

    Les terrasses de Pamukkale en Turquie.

    C’est un endroit unique au monde et il se trouve à l’ouest de la Turquie, non loin de Hiérapolis, une ancienne ville thermale romaine. Pamukkale semble irréelle avec ses terrasses naturelles de travertin blanc (roche calcaire) qui forment des piscines d’eau chaude. Un coucher de soleil depuis ce lieu extraordinaire vous laissera un souvenir merveilleux de vos vacances dans ce coin de Turquie.

    Curiosités sur l'eau

    Le Pitch Lake à Trinidad.

    Dans un tout autre genre, le Pitch Lake à Trinidad vous laissera beaucoup moins rêveur… Car que trouve-t-on dans ce lac ? Du goudron et de l’asphalte ! Ce qui lui donne cette couleur noire et cette matière visqueuse… Scientifiquement parlant, il semblerait qu’une réserve de pétrole soit située sous ce lac.

    Curiosités sur l'eau

    Cano Cristales en Colombie.

    Rendez-vous entre septembre et novembre pour un séjour en Colombie et partez à la découverte de la « rivière aux cinq couleurs ». Comme son nom l’indique cette rivière change de couleur chaque année mais ce n’est pas vraiment l’eau qui change de couleur mais plutôt la Macarenia Clavigera, une algue rouge, orange, jaune, verte ou bleue qui donne sa couleur à ce « ruisseau de cristaux ».

    Curiosités sur l'eau

    Le Boiling Lake en Dominique.

    Vous aimez les choses mystérieuses ? Vous aimerez le Boiling Lake en Dominique ! Un lac en ébullition de plus de 82 °C qui ressemble à une immense marmite fumante car de la vapeur s’en échappe continuellement… Mais pour atteindre ce lac en ébullition, il faudra atteindre le Morne Trois Pitons connu pour être très difficile d’accès. Certains voyages se méritent plus que d’autres.

    Curiosités sur l'eau

    Les cratères de Kelimutu en Indonésie.

    Autre endroit spectaculaire où l’eau a pris ses quartiers : le sommet du volcan Kelimutu au centre de l’île de Florès en Indonésie. Depuis le village de Moni, partez à la découverte de ce volcan qui renferme sur ses hauteurs trois lacs de couleurs différentes. C’est leur composition chimique différente et leur température plus ou moins chaude qui font passer ses lacs du bleu au vert en passant par le rouge, avec également des saisons où le noir et blanc dominent.

    Curiosités sur l'eau

    Le Salar de Uyuni en Bolivie.

    C’est certainement le désert le plus connu du monde et aussi le plus étonnant. Mais ici pas de sable ni de chameau, seulement du sel (avec un peu d’eau selon la saison) ! Cette immense étendue d’eau fortement concentrée en sel offre un spectacle grandiose à la saison humide puisqu’elle se transforme en véritable miroir ! Et pour vivre cette expérience, mieux vaut voyager en Bolivie entre janvier et mars.

    Curiosités sur l'eau

    Le Grand Prismatic Spring aux États-Unis.

    Si le parc naturel de Yellowstone fait souvent partie d’un voyage aux États-Unis, c’est certainement pour ses sources d’eau chaude et ses lacs aux couleurs étonnantes à l’image du Grand Prismatic, profond de plus de 50 mètres. Rouge, orange, vert, bleu, marine, ce dégradé de couleurs est dû aux différentes bactéries qui habitent le lac en fonction de sa température pouvant atteindre 87 °C.

    Curiosités sur l'eau

    Les lacs Plitvice en Croatie.

    Bienvenue au paradis (ou presque). Dans le parc national de Plitvice, pas moins de 16 lacs en terrasse et reliés par des cascades spectaculaires offrent un spectacle magique. Pour visiter ce site unique et fantastique, des chemins de randonnée serpentent le parc et des bateaux électriques circulent sur l’eau. Expérience inoubliable pour vos vacances en Croatie.

    Curiosités sur l'eau

    Le lac aux lotus en Thaïlande.

    Et maintenant, place à la poésie avec ce lac situé près d’Udon Thani en Thaïlande. Sa particularité ? Être recouvert de fleurs de lotus une bonne partie de l’année. Le lac de Nong Han Kumphawapi est un véritable havre de paix sur lequel il est possible de naviguer pour admirer ces lotus qui tapissent l’eau. Et sachez que votre voyage en Thaïlande sera ponctué de nombreux paysages aussi sublimes que celui-là.

    Curiosités sur l'eau


    13 commentaires
  • En plein centre-ville de Tonnerre, dans l’Yonne, cet énorme trou d’où sort une folle quantité d’eau est aussi un gigantesque mystère. Plusieurs plongeurs y ont déjà perdu la vie en tentant de l’explorer et, depuis plus de vingt ans, toute excursion y était carrément interdite. Mais, ces jours-ci, grâce à la détermination d’un homme curieux et passionné, les recherches reprennent enfin. Gros plan sur la Fosse Dionne, un site naturel fascinant qui reste à découvrir.

    Un vrai mystère en centre ville

    La Fosse Dionne est une exsurgence. Autrement dit, une source alimentée par l’eau de pluie qui infiltre les sols et emprunte de longues galeries souterraines avant de refaire surface à un rythme de 311 litres… par seconde (et jusque 3 000 litres par seconde en cas de crue).

    Voilà. C’est à peu près tout ce que l’on sait. Pour le reste, la Fosse Dionne est un mystère. Comme le rapporte France 3, plusieurs tentatives d’exploration ont eu lieu, notamment en 1955, 1979 et 1989 mais, à la suite de plusieurs accidents mortels, l’accès au site a été interdit en 1996.

    Un vrai mystère en centre ville

    C’était sans compter sur la volonté de Pierre-Éric Deseigne. Ce plongeur a obtenu l’autorisation d’entrer dans la Fosse, avec trois objectifs en tête : poser un nouveau fil d’Ariane qui lui permettra de retrouver son chemin, nettoyer la fosse des déchets bêtement jetés là, cartographier le réseau et revenir avec des images.

    Pour l’heure, la galerie a déjà été explorée sur 360 mètres. Pierre-Éric Deseigne rêve d’aller plus loin. Regardez (un reportage signé France 3) :

     

    Nous sommes en France, en 2018, et il reste encore des sites sublimes qui n’ont encore jamais été explorés. La nature est décidément bien loin d’avoir livré tous ses mystères !

    Un vrai mystère en centre ville

     


    12 commentaires
  • Quand les arbres et le grand air remplacent quatre murs et le tableau noir, ça permet d'envisager l'école (et la vie) sous un jour nouveau.

    Des écoles en forêt, l'exemple Danois

    Tandis que les écoles françaises commencent tout juste à envisager de débitumer leurs cours de récréation pour y laisser entrer un peu de verdure, au Danemark, on va déjà beaucoup plus loin, et depuis très longtemps. Dans ce pays nordique, 20% des écoles maternelles font carrément cours en pleine forêt ! Lumière sur une tradition à importer chez nous de toute urgence.

    Des mômes de 4 ans qui grimpent dans les arbres jusqu’à 6 mètres de haut, manipulent couteaux et scies et apprennent l’alphabet sur des troncs d’arbres… Voilà ce que l’on peut observer dans ces écoles des bois où l’on développe le savoir des enfants autant que l’on encourage leur vaillance, leur autonomie et leur confiance en eux.

    Des écoles en forêt, l'exemple Danois

    On appelle ces écoles des skovbørnehaver, qui selon le quotidien français signifie littéralement "jardin d’enfants de forêt". Les élèves n’ont pas cours dans des salles de classe, mais à l’extérieur, au milieu des arbres dans la forêt. Le Danemark compte environ 700 établissements de ce genre, soit environ 20 % des écoles maternelles.

    Des écoles en forêt, l'exemple Danois

    Âgés de 3 à 6 ans les enfants passent leurs journées au contact de la nature, parfois dans le froid, autour d’ateliers de bricolage. Si voir des enfants avec des scies est effrayant, le journaliste assure qu’il n’y a pas de dangers, les outils étant peu coupants. De plus trois adultes sont là pour superviser la trentaine d’élèves.

    Ce type d’établissement a vu le jour au Danemark au début des années 1950. Très vite, le gouvernement a vu les avantages économiques de l’école en plein air : elles nécessitent peu d’infrastructures.

    De nombreux spécialistes s’entendent pour vanter les bienfaits du contact avec la nature sur le développement des enfants. Selon les travaux du biologiste suédois Patrik Grahn relayé par Le Monde, les enfants qui étudient dans ce cadre sont "moins souvent malades, plus sociables et ont une meilleure concentration." Cela présenterait aussi l’avantage de rendre les plus petits écoresponsables.

    Regardez à quoi ça ressemble.

    Un tel modèle pourrait-il s’importer en France ? Difficile à dire. C’est une culture très différente de celle des pays du nord. "Selon la tradition nordique, nous n’avons pas peur que les enfants tombent. Ils ont le droit de grimper aux arbres, de jouer dans l’eau…", raille Sisse Trolle-Laiq, conseillère chargée des maternelles à la municipalité de Copenhague, interrogée par le quotidien national.

    Des écoles en forêt, l'exemple Danois

    Le Danemark - l’un des pays du monde où on est le plus heureux - a toutefois réussi à exporter avec succès son modèle chez certains de nos voisins : en Angleterre ou en Allemagne par exemple qui compte 2 000 skovbørnehaver.

    Des écoles en forêt, l'exemple Danois

    La nature a tellement à nous apprendre. Pourquoi enfermer nos enfants dans des classes bruyantes et austères alors que le monde pourrait s’offrir à eux ?


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique