• Aïoli, un groupe de musique toulonnais se positionne en défenseur des insectes avec leur chanson humoristique "Touche pas aux cigales."

    La chanson qui met en garde les touristes grincheux

    Parisiens, Lyonnais, Bordelais, vous voilà prévenus : si vous prévoyez une petite virée dans le sud cet été – du côté de Toulon plus précisément – voici une recommandation simple et directe « touche pas aux cigales ou bien tu prends une mandale. » Une prescription de saison d’Aïoli, un groupe de musique local.

    La chanson qui met en garde les touristes grincheux

    Au milieu de la foule de touristes qui vont déferler cet été sur la Côte d’Azur, les cigales seront sans conteste les plus bruyantes, faisant résonner leur cymbalisation (le nom de leur chant) jusqu’au coucher du soleil. Et c’est tant mieux, car les cigales font partie intégrante du paysage méditerranéen.

    La chanson qui met en garde les touristes grincheux

    Le souci, c’est que certains touristes ne l’entendent pas de cette oreille. Ils n’entendent plus rien du tout d’ailleurs, à cause de ce chant qui les empêche de discuter, de se reposer ou de faire la sieste en toute quiétude. L’an dernier, des estivants s’en sont même plaints auprès de la maire du Beausset, dans le Var.

    « Ils m’ont demandé : Est-ce que vous avez des produits insecticides pour passer sur les arbres ? Comment se débarrasser des cigales ? » a expliqué le maire de la petite commune située près de Toulon au micro de France Bleu.

    « J’ai été très choqué. Les cigales font partie de l'emblème de la Provence. Quand on vient dans le Sud, on sait qu’il y a des cigales. Nous, on est fiers de les avoir ! »

    La chanson qui met en garde les touristes grincheux

    En réponse à cet affront, le groupe Aïoli, « mondialement connu dans le Var », a décidé de s’adresser directement aux touristes qu’ils s’apprêtent à accueillir. Le message est clair : vous êtes les bienvenus et vous pouvez faire ce que bon vous chante, en revanche, si vous touchez aux cigales, on ne répond plus de rien.

    « Au Parisien, au Lyonnais, toi qui viens bronzer chez nous l’été.

    Tu peux te faire dorer, tu peux te faire cramer,

    Tu peux faire un peu ce que tu veux.

    Tu peux râler parce qu’il ne fait pas beau,

    Tu peux râler parce qu’il fait trop chaud,

    Tu peux râler parce qu’il y a trop de moustiques,

    Ou parce que tu trouves qu’on est pas sympathiques.

    Mais il y a une chose qu’il ne faut jamais faire,

    Ou sinon, je te promets l’enfer.

    Touche pas, touche pas aux cigales,

    Touche pas ou tu prends une mandale. »

    La chanson qui met en garde les touristes grincheux

    Vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous avait pas prévenus !


    21 commentaires
  • Mon doigt commence à guérir, mais je pense que la pastèque avait une drôle de maladie, mon doigt devient bizarre, c'est grave docteur?

    Bonne nouvelle

    Que celui qui connait un remède partage son savoir

    Bisous à toutes et tous


    13 commentaires
  • Et si l'État investissait massivement dans la création de nouveaux passages piétons pour combattre le chômage ? Une idée parmi d'autres !

    La dernière sortie d’Emmanuel Macron stimule une nouvelle fois l’imagination fertile des internautes les plus créatifs et facétieux. Pour preuve, cette sélection de posts drôles et bien sentis publiés ces dernières vingt-quatre heures sur le web.

    À un jeune horticulteur au chômage, le Président de la République a lancé : Du travail ? « Je traverse la rue, je vous en trouve. » Du coup, outre les réactions politiques à cette sorte de mise au défi, beaucoup y sont allés de leur réplique, prenant cette remarque au pied de la lettre. Quelques exemples :

    Contre le chômage

    Le nouveau logo de Pôle Emploi.

    Contre le chômage

    Image exclusive des agents d'aide aux chômeurs, prévu dans le plan Pauvreté

    Contre le chômage

    Chômeurs en fin de droit bien décidés a traverser la rue pour trouver un travail.

    Contre le chômage

    Bienvenue dans le nouveau monde, mimi tout plein, où les chômeurs trouvent un boulot en traversant la rue, où l'argent ruisselle, où les facs et les hôpitaux ne manquent pas de personnel.

    Contre le chômage

    les passages piétons pour traverser la rue afin de trouver du travail resteront 2 fois plus longtemps au vert qu'au rouge!

    Contre le chômage

    Contre le chômage

    Macron apprenant aux chômeurs comment trouver du travail

    Contre le chômage

    Mieux que pôle emploi. En macronie, il suffit de traverser une rue pour trouver du taff. Magique!

    Contre le chômage

    Chômeurs traversant la rue pour trouver un emploi!

    Contre le chômage

    Macron investit 1 Milliards d'euros dans la création de passages cloutés pour faire baisser le chômage.

    Contre le chômage

    Macron: Hé les chomeurs, c’est quoi ça ? Les autres dites rien !

    La remarque était tellement affligeante qu'il vaut mieux prendre le parti d'en rire et reconnaissez qu'il fallait y penser.


    13 commentaires
  • Entre les enfants et leurs parents, à l’école, les moins disciplinés ne sont pas toujours ceux que l’on croit ! Démonstration avec Parents Casse-couilles, un livre drôle et inattendu qui recense les plus jolies perles des parents d’élèves.

    Parents casse-couilles

    « On ne sait plus si ou on doit rire ou pleurer. On se dit : est-ce que c’est vrai ?! Intérieurement, on se dit « mince, comment ils ont osé nous demander ça ? Comment ils ont pu ? Il y a une caméra cachée quelque part ? » »

    Parents casse-couilles

    Sandra Guillot-Duhem et Sabrina Petit, toutes deux enseignantes au Havre, ne sont jamais à court d’une anecdote. Au quotidien, les papas et les mamans ne cessent de leur adresser des demandes si drôles, absurdes et/ou surréalistes qu’elles ont décidé d’en faire un livre au titre évocateur : Parents Casse-couilles.

    Parents casse-couilles

    Pour avoir une idée de ce qu’on y trouve, ces quelques citations extraites d’une interview que Sandra Guillot-Duhem et Sabrina Petit ont accordé à France Inter. Regardez :Un parent qui demande des crayons bios  parce que les enfants les mâchouillent.

    Parents casse-couilles

    -Un papa qui appelle à l’école : « Vous pouvez demander à ma fille où est la sauce tomate ? C’est pour faire des pâtes. »

    -Une maman qui dit : « Mon fils a le poignet cassé, est-ce que je peux venir en classe écrire à sa place ? » En maternelle ! »

    -« À la cantine, enlevez les pépins du raisin parce que mon enfant n’aime pas ça. »

    -« Il y a des arrêtes dans le poisson, c’est inadmissible. »

    -Le papa qui demande qu’on coupe tous les arbres de la cour pour éviter que sa fille se cogne.

    -Cette maman qui demande si son enfant peut entrer le premier à la cantine parce que c’est l’hiver et qu’il fait trop froid pour attendre dehors.

    Un parent qui demande : « Peut-on autoriser les absences en juin étant donné que les billets d’avion sont moins chers ? »

    -Le papa qui demande si on peut garder son fils une heure de plus après la classe parce qu’ils partent en vacances et doivent faire leurs valises.

    -Une maman toujours en retard : « Les horaires de ma série préférée ont changé, c’est comme ça, je ne peux pas arriver avant. »

    Parents casse-couilles

    Parents casse-couilles

    Parents casse-couilles

    Parents casse-couilles

    Et c’est comme ça sur 160 pages !


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique