• Pour réduire au silence les plus récalcitrants, la belle idée de Bombay:

    Pour inciter les automobilistes a en finir avec une bien mauvaise habitude, ces feux tricolores ont été équipés de sonomètre... Explications.

    Qu’y a-t-il de plus stupide et de plus énervant qu’un coup de klaxon dans un embouteillage ? Ça n’a jamais fait sauter un bouchon et ça ne le fera jamais. Alors, pour dissuader ses habitants de klaxonner à tort et à travers, la ville de Bombay, en Inde, a eu une idée absolument géniale. On vous explique.

    Pollution sonore

    Cette idée repose sur un système de sanction particulièrement original. Des feux tricolores sont équipées de sonomètres mesurant le volume du bruit ambiant. Si le volume reste inférieur à 85 décibels, le temps d’attente avant que le feu ne repasse au vert ne change pas : il reste à 90 secondes. En revanche, si le son dépasse les 85 décibels, alors, le compteur repart de zéro !

    Pollution sonore

    Autrement dit, plus les automobilistes klaxonnent sans arrêt et sans raison, plus ils sont condamnés à attendre. Et ça peut durer éternellement !

    De quoi les inciter à une certaine forme de discipline collective.

    Un policier :

    « Ici, les gens klaxonnent quand le signal est rouge. Peut-être qu’ils pensent que le klaxon le fera passer au vert plus vite. Mais nous, la police de Bombay, avons décidé de faire quelque chose contre ça. »

    Pollution sonore

    Ça ne réglera pas le problème des embouteillages, mais, au moins, ça limite en partie la pollution sonore dans cette ville de 20 millions d’habitants.

    Bien vu !


    46 commentaires
  • Depuis sept ans, Ross et sa grand-mère divertissent internet avec leurs photos et leurs vidéos toujours plus absurdes. Et ils ne comptent pas s'arrêter là.

    Complicité intergénérationnelle

    Depuis sept ans Ross Smith, 27 ans et sa grand-mère de 93 ans enflamment les réseaux sociaux avec leurs photos toujours plus absurdes. Le duo atypique et inséparable s’est ainsi créé une véritable communauté de plus de 30 millions d’abonnés, toujours à l’affût de leur prochaine excentricité.

    Tout commence il y a sept ans alors que Ross est à l’université. Dès qu’il rentre dans sa famille pendant les vacances scolaires, il s’amuse à réaliser de courtes vidéos sur le réseau social Vine, aujourd’hui disparu. Leur particularité ? Sa grand-mère apparaît dans la plupart de ses films à la tonalité comique. Une recette qui a rapidement conquis le public.

    Complicité intergénérationnelle

    Face à ce succès, le duo décide de « passer au niveau supérieur. » Ross raconte :

    « C’est là que les photos déguisées ont commencé. Nous voulions prendre des photos pour nos incroyables fans. Alors pendant les vacances et les jours importants de l’année, j’ai commencé à acheter des costumes ridicules. Sept ans plus tard, j’ai l’impression que nos fans attendent des clichés toujours plus absurdes et ont hâte de voir ce que nous leur réservons. »

     

    Complicité intergénérationnelle

    Un hobby qui a considérablement renforcé leur relation, explique le jeune homme.

    « Nous avons été proches toute notre vie, mais depuis que nous faisons cela, nous sommes devenus encore plus proches. Nous sommes comme des meilleurs amis, je sais tout ce dont elle a besoin et ce qu’elle veut – je lui commande toute sa nourriture au restaurant parce que je la connais très bien et qu’elle a parfois besoin d’aide.

    Complicité intergénérationnelle

    C’est comme le matin de Noël chaque fois que ma grand-mère vient en ville et que nous créons des souvenirs incroyables lorsque nous sortons. Nous sommes tellement heureux de pouvoir passer du temps ensemble et faire sourire tout le monde par la même occasion. C’est notre objectif principal : rendre le monde plus heureux. Et prendre des photos et des vidéos amusantes est la meilleure façon de le faire. »

    Complicité intergénérationnelle

    Voici une sélection de leurs costumes les plus déjantés:

    Complicité intergénérationnelle

    Complicité intergénérationnelle

    Complicité intergénérationnelle

    Complicité intergénérationnelle

    Complicité intergénérationnelle

    Complicité intergénérationnelle

    Viens mémé on va faire quelques photos!

     


    48 commentaires
  • Depuis le temps ou l'on médit de mes chaussettes dans le bus en folie, je vais vous parler d'une autre traîtrise qui est souvent passée sous silence.

    Évanescences

    Il existe un vent appelé flatulence,

    Ne le retenez pas, il a ses exigences,

    Retenu trop longtemps, il vous met en souffrance,

    Mais une fois libéré, c’est une grande délivrance.


    Un pet champêtre se dilue dans la nature,

    Mais pour le citadin, prisonnier en ses murs,

    Il pollue l’atmosphère, infernale odeur,

    Tel un œuf pourri, recherchant les honneurs.


    Il est tout joyeux en quittant son cratère,

    Mais il lui arrive de tacher votre arrière,

    Lorsqu'il est poussé par de la matière,

    Même si en parler n’est pas fait pour vous plaire.


    Le pet de la nonne invite à la prière,

    Celui de l’inconnu pousse à la colère,

    Certains naissent dans un bruit de tonnerre,

    Quand aux plus discrets, ils vont infester l’air.


    A chaque réveil, vient la chanson du matin,

    Nous larguons notre caisse sans avoir de chagrin,

    C'est souvent cet instant qu'on aime partager,

    Avec la personne qui dort à nos cotés.


    Même les poètes y vont de leurs mélodies,

    Ne plus pouvoir péter, c’est être maudit,

    Ne condamnez pas ce manque de délicatesse,

    Personne n’est arrivé à se bloquer les fesses.

    Claude Lepenseur le 9 juillet 2012

    Évanescences


    44 commentaires
  • Aïoli, un groupe de musique toulonnais se positionne en défenseur des insectes avec leur chanson humoristique "Touche pas aux cigales."

    La chanson qui met en garde les touristes grincheux

    Parisiens, Lyonnais, Bordelais, vous voilà prévenus : si vous prévoyez une petite virée dans le sud cet été – du côté de Toulon plus précisément – voici une recommandation simple et directe « touche pas aux cigales ou bien tu prends une mandale. » Une prescription de saison d’Aïoli, un groupe de musique local.

    La chanson qui met en garde les touristes grincheux

    Au milieu de la foule de touristes qui vont déferler cet été sur la Côte d’Azur, les cigales seront sans conteste les plus bruyantes, faisant résonner leur cymbalisation (le nom de leur chant) jusqu’au coucher du soleil. Et c’est tant mieux, car les cigales font partie intégrante du paysage méditerranéen.

    La chanson qui met en garde les touristes grincheux

    Le souci, c’est que certains touristes ne l’entendent pas de cette oreille. Ils n’entendent plus rien du tout d’ailleurs, à cause de ce chant qui les empêche de discuter, de se reposer ou de faire la sieste en toute quiétude. L’an dernier, des estivants s’en sont même plaints auprès de la maire du Beausset, dans le Var.

    « Ils m’ont demandé : Est-ce que vous avez des produits insecticides pour passer sur les arbres ? Comment se débarrasser des cigales ? » a expliqué le maire de la petite commune située près de Toulon au micro de France Bleu.

    « J’ai été très choqué. Les cigales font partie de l'emblème de la Provence. Quand on vient dans le Sud, on sait qu’il y a des cigales. Nous, on est fiers de les avoir ! »

    La chanson qui met en garde les touristes grincheux

    En réponse à cet affront, le groupe Aïoli, « mondialement connu dans le Var », a décidé de s’adresser directement aux touristes qu’ils s’apprêtent à accueillir. Le message est clair : vous êtes les bienvenus et vous pouvez faire ce que bon vous chante, en revanche, si vous touchez aux cigales, on ne répond plus de rien.

    « Au Parisien, au Lyonnais, toi qui viens bronzer chez nous l’été.

    Tu peux te faire dorer, tu peux te faire cramer,

    Tu peux faire un peu ce que tu veux.

    Tu peux râler parce qu’il ne fait pas beau,

    Tu peux râler parce qu’il fait trop chaud,

    Tu peux râler parce qu’il y a trop de moustiques,

    Ou parce que tu trouves qu’on est pas sympathiques.

    Mais il y a une chose qu’il ne faut jamais faire,

    Ou sinon, je te promets l’enfer.

    Touche pas, touche pas aux cigales,

    Touche pas ou tu prends une mandale. »

    La chanson qui met en garde les touristes grincheux

    Vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous avait pas prévenus !


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique