• Aujourd'hui, la loi française considère les arbres comme des objets. Cette association entend changer la donne pour que leur soit reconnu le statut d'être vivant.

    Le 5 avril dernier, l’association A.R.B.R.E.S a présenté sa « Déclaration des droits de l’arbre » en lecture à l’Assemblée nationale. Un texte qui vise à protéger la vivant avec à la clé, qui sait, une inscription de l’arbre comme être vivant dans le Code civil ?

    Les droits de l'arbre

    Lors du colloque “Les arbres remarquables, un patrimoine à protéger” qui s’est tenu au Palais Bourbon au début du mois d’avril, l’association des amoureux de la nature qui oeuvre pour la protection des arbres d’exception a présenté les cinq articles qui composent son texte.

     

    « Ce texte a pour vocation de changer le regard et le comportement des hommes, de leur faire prendre conscience du rôle déterminant des arbres au quotidien et pour le futur, en ouvrant la voie à une modification rapide de la législation au niveau national »

    Cette « Déclaration des droits de l’arbre » vise à reconnaître officiellement l’arbre comme un être vivant (article 1) et sensible (article 2). Deux bonnes raisons de lui accorder tout le respect qu’il mérite et de cesser de le « réduire à un simple objet. » Le texte entend donc faire de l’arbre « un sujet de droit, y compris face aux règles qui régissent la propriété humaine » (article 3).

    if chapelle La Haye de Routot (Eure)

    if chapelle de La Haye de Routot (Eure)

    Pour finir, les deux derniers articles établissent une distinction entre « arbres remarquables » et arbres d’exploitation. Pour l’association, les premiers, de part leur ancienneté et leurs caractéristiques hors normes, devraient être protégés comme «monuments naturels». Les seconds, bien qu’ils échappent à certains critères cités dans les articles précédents, devraient malgré tout être traités dans le respect de leur cycle de vie.

    Les droits de l'arbre

    ifs de La Lande Patry (Orne)

    Voici le texte dans son intégralité :

    Article 1:

    L’arbre est un être vivant fixe qui, dans des proportions comparables, occupe deux milieux distincts, l’atmosphère et le sol. Dans le sol se développent les racines, qui captent l’eau et les minéraux. Dans l’atmosphère croît le houppier, qui capte le dioxyde de carbone et l’énergie solaire. De par cette situation, l’arbre joue un rôle fondamental dans l’équilibre écologique de la planète.

    Les droits de l'arbre

    chêne chapelle de Allouville-Bellefosse (Seine-Maritime)

    Article 2:

    L’arbre, être vivant sensible aux modifications de son environnement, doit être respecté en tant que tel, ne pouvant être réduit à un simple objet. Il a droit à l’espace aérien et souterrain qui lui est nécessaire pour réaliser sa croissance complète et atteindre ses dimensions d’adulte. Dans ces conditions, l’arbre a droit au respect de son intégrité physique, aérienne (branches, tronc, feuillage) et souterraine (réseau racinaire). L’altération de ces organes l’affaiblit gravement, de même que l’utilisation de pesticides et autres substances toxiques.

    Les droits de l'arbre*

    hêtre pleureur de Roubaix (Nord)

    Article 3:

    L’arbre est un organisme vivant dont la longévité moyenne dépasse de loin celle de l’être humain. Il doit être respecté tout au long de sa vie, avec le droit de se développer et se reproduire librement, de sa naissance à sa mort naturelle, qu’il soit arbre des villes ou des campagnes. L’arbre doit être considéré comme sujet de droit, y compris face aux règles qui régissent la propriété humaine.

    Les droits de l'arbre

    sophora de Montry (Seine-et-Marne)

    Article 4:

    Certains arbres, jugés remarquables par les hommes, pour leur âge, leur aspect ou leur histoire, méritent une attention supplémentaire. En devenant patrimoine bio-culturel commun, ils accèdent à un statut supérieur engageant l’homme à les protéger comme «monuments naturels». Ils peuvent être inscrits dans une zone de préservation du patrimoine paysager, bénéficiant ainsi d’une protection renforcée et d’une mise en valeur pour des motifs d’ordre esthétique, historique ou culturel.

    Les droits de l'arbre

    tilleul aux épousailles de Lucheux (Somme)

    Article 5:

    Pour répondre aux besoins des hommes, certains arbres sont plantés puis exploités, échappant forcément aux critères précédemment cités. Les modalités d’exploitation des arbres forestiers ou ruraux doivent cependant tenir compte du cycle de vie des arbres, des capacités de renouvellement naturel, des équilibres écologiques et de la biodiversité.»

    Les droits de l'arbre

    chêne de Tombebœuf (Lot-et-Garonne)

    Les droits de l'arbre

    genévrier millénaire d'Opoul (Pyrénées-Orientales)

    Les droits de l'arbre

    olivier de Roquebrune (Alpes-Maritimes)

    Les droits de l'arbre

    orme de Villesèquelande (Aude)

    Les droits de l'arbre

    thuya géant de Siradan (Hautes-Pyrénées)

    Pour espérer voir un jour l’arbre inscrit comme être vivant dans le Code civil, une proposition de loi devra être déposée par un membre du Parlement, député ou sénateur. Des volontaires ?


    31 commentaires
  • Après celle de Strasbourg, l’établissement d’Alençon (Orne) est la deuxième maternité française à renoncer aux couches jetables. Un geste écologique et social.

    Maternité moderne

    Grâce à cette petite révolution, l'établissement produit beaucoup moins de déchets et sensibilise les parents à une solution très économique.

    Maternité moderne

    Avant, la maternité d’Alençon jetait 6 600 couches par an (ce qui représentait quand même sept tonnes de déchets). Mais, depuis le 4 février 2019, elle n’en jette quasiment plus. Son secret ? Elle a abandonné les couches jetables au profit des couches réutilisables. Explications.

    Maternité moderne

    La maternité d’Alençon est seulement la deuxième, en France, à entreprendre une telle révolution. Pourquoi avoir fait ce choix et comment réagissent les parents ? Réponses dans ce reportage signé France 3:

     

    « C’est venu parce qu’une maman est venue avec ses propres couches. on avait trouvé que c’était assez agréable, plaisant, et puis, la démarche de développement durable, c’était un peu notre philosophie. »

    Maternité moderne

    Désormais, 400 couches lavables suffisent à approvisionner toute la maternité. Une aubaine pour l’environnement, mais aussi pour les futurs parents sensibilisés à cette pratique : comme le rappelle France 3, les couches lavables sont en effet deux à trois fois moins cher que les couches jetables.

    Maternité moderne

    De quoi inspirer d’autres maternités ? Pourquoi pas? 


    19 commentaires
  • Le 16 février 2019, le Premier ministre australien a annoncé sa nouvelle ambition écologique et économique pour le pays : planter un milliard d'arbres.

    D’ici 2050, l’Australie va planter un milliard d’arbres sur son territoire dans le cadre de son nouveau plan forestier. Un engagement écologique mais aussi économique. Explications.

    Reforestation

    Un pas pour l'écologie.

    Le gouvernement australien a annoncé le 16 février dernier sa volonté de planter un milliard d’arbres. Un chiffre qui donne le tournis ! Ce nouveau plan forestier soutient les objectifs climatiques pris par le pays lors de l’Accord de Paris et permettra d’éliminer 18 millions de tonnes de gaz à effet de serre par an d’ici 2030. Le pays se positionne déjà au septième rang mondial en termes de superficie forestière puisqu’elle couvre 17% de son territoire.

    Reforestation

    Néanmoins, en matière d’écologie, l’Australie a encore du pain sur la planche. Elle produit actuellement plus de 500 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an et tire l’essentiel de sa puissance économique de ses gisements de charbon dont elle est le deuxième exportateur mondial.

    Reforestation

    Un pas pour l'économie.

    Au delà du bénéfice écologique indiscutable que ces arbres vont apporter à l’environnement et à la planète, c’est aussi sur un bénéfice économique et social que mise le gouvernement australien.

    Reforestation

    Comme le rappelle le Premier ministre Scott Morrison:

    « Environ 52 000 Australiens sont directement employés dans la culture et la transformation de nos produits forestiers. Des dizaines de milliers d'emplois supplémentaires sont indirectement soutenus par ce secteur qui contribue pour plus de 23 milliards de dollars à l’économie nationale. »

    Reforestation

    Ce plan forestier d’envergure permettra également de créer des emplois et de répondre en partie à l’engagement du gouvernement de créer 1,25 millions d'emplois d’ici cinq ans.

    Reforestation

    Un pas pour le développement durable.

    Si les forets sont les poumons de notre planète, elles ont également l’avantage de fournir un matériau de construction durable. Dans le même communiqué, le sénateur adjoint Richard Colbeck, ministre adjoint de l’Agriculture et des Ressources en Eau explique :

    «Le bois est le matériau de construction du XXIe siècle et le gouvernement Morrison entame le processus de création des premiers pôles forestiers régionaux pour répondre à la demande future de produits forestiers (…) Ce plan a pour objectif ambitieux de fournir un milliard de nouveaux arbres pour répondre à un quadruplement prévu de la demande mondiale de produits du bois d’ici 2050.»

    Reforestation

    Avec des bénéfices écologiques, économiques, sociaux et environnementaux, pas de doute, voilà de l’argent bien dépensé !

    Reforestation


    23 commentaires
  • Tramayes est la première ville de France de plus de 1000 habitants dont les bâtiments communaux sont alimentés en électricité 100% renouvelable.

    Cette ville est exemplaire

    Pour engager la transition énergétique, il faut de la volonté politique. Et c’est Tramayes petite ville de Saône-et-Loire, qui en fait la démonstration. À en croire France 3,  cette commune serait la première collectivité de plus de 1 000 habitants à être passée à une énergie 100% renouvelable. Comment y est-elle parvenue ? Réponse.

    Cette ville est exemplaire

    Tramayes a commencé sa transition énergétique il y a déjà 19 ans. Une détermination précoce qui explique aujourd’hui l’avance prise sur les autres communes. La ville est désormais équipée d’une chaufferie à bois et elle est sous contrat avec un fournisseur d’électricité 100% renouvelable. Visite guidée grâce à ce reportage de France 3.

     

    Michel Maya, maire de Tramayes :

    « Nous avions beaucoup de bâtiments qui étaient chauffés avec de petites chaudières au fioul et on s’est posé la question : reste-on avec de l’énergie fossile ou se dirige-t-on vers le renouvelable ? »

    Cette ville est exemplaire

    19 ans plus tard, compte tenu du péril écologique qui nous menace et du prix de l'énergie renouvelable qui diminue, il s’avère que Tramayes a fait le bon choix. Reste maintenant à l’imiter!

    Cette ville est exemplaire


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique