• Jusqu’où un papa peut-il aller pour sécher les larmes de sa petite fille ? Réponse avec Marc Daniels, un père dévoué pour qui le ridicule ne compte pas quand il s’agit de rassurer son enfant et de lui redonner confiance. Lumière sur une réaction à la fois drôle, émouvante et exemplaire.

    Jusqu'où un papa peut aller pour sécher les larmes de sa fille

    Aux Bermudes, alors qu’il assistait à un spectacle de danse, Marc Daniels a aperçu Bella, sa fille de deux ans, s’effondrant en larmes sur la scène, paralysée par le trac et la timidité. Là, alors qu’il tenait déjà un bébé dans les bras, plutôt que d’attendre que ça se passe, il a décidé d’agir, de monter sur scène, de prendre son enfant par la main… et de s’essayer aux entrechats sous les rires émus et encourageants des autres parents ! Regardez la vidéo.

    Marc Daniels, dans les colonnes de Independent:

    « Je me suis tenu à côté d’elle pour l’aider à retrouver confiance. Je lui ai dit que je l’aimais et qu’elle était une danseuse incroyable. J’ai demandé si elle voulait danser avec papa et elle a hoché la tête, alors j’ai décidé de participer. Je m’étais déjà exercé avec elle à la maison à plusieurs reprises, donc j’étais en terrain connu. »

    Son papa sur scène, la petite Bella a aussitôt gagné en assurance. Des images, qui, depuis ont été partagée des centaines de milliers de fois sur internet.

    Alors que la saison des fêtes d’école approche à grand pas, les papas, tenez-vous prêts à intervenir !


    18 commentaires
  • À l'occasion de la fête des mères, nous allons faire un tour du monde des mamans grâce aux magnifiques photos que le photographe Pascal Mannaerts a réalisé en parcourant les routes du globe depuis plus de dix ans.

    Ce travail, est, pour le photographe, « une mise à l’honneur de ces mamans qui font la vie ». L’occasion d’observer que, n’importe où à travers le monde, de l’Inde à l’Ethiopie en passant par l’Iran, le lien magnifique qui unit un enfant à sa mère est toujours présent.

    Vallée de l’Indus, Inde – 2008

    Tour du monde des mamans

    « En terme de géographie, d’histoire et de culture, le Ladakh se distingue très nettement du reste de l’Inde. On le surnomme souvent le « petit Tibet ». Nous rencontrons une maman et son fils. Ils habitent au milieu de nulle part, dans une petite habitation faite de briques et de terre.

    Harar, Ethiopie – 2011

    Tour du monde des mamans

    À Harar, en Ethiopie, on dirait que le temps s’est à jamais arrêté il y a plusieurs centaines d’années. Sa vieille ville est un vrai labyrinthe. Il est bon de s’y perdre, à la rencontre de ses charmants habitants.

    Tinerhir, Maroc – 2003

    Tour du monde des mamans

    On s’aventure dans les Gorges du Todra. Les montagnes scintillent de leurs tons orangers, sous un ciel bleu azur parsemé d’épais nuages emportés par le vent. Soudain, une maman apparaît au milieu de nulle part. Elle porte son enfant sur le dos et marche d’un bon pas à travers les rocailles. Elle nous fait de grands signes et nous illumine de son magnifique sourire. 

    Porto-Novo, Bénin – 2009

    Tour du monde des mamans

    Nous sommes dans les rues de Porto-Novo, au Bénin. Une maman pose en tenue traditionnelle avec son fils

    Sapa, Vietnam -2001

    Tour du monde des mamans

    Je suis à Sapa, au Vietnam.Il fait froid et brumeux. Je descends dans la vallée. On y trouve toute une série de hameaux habités par les Hmongs Noirs, l’une des ethnies majoritaires de la région.  Dès 6 heures, la vie se met en route, certaines mamans partent en ville avec leur enfant sur le dos. Je les rencontre dans la brume. Les enfants sont tout amusés de me voir. Les mamans sont magnifiques avec leurs grandes boucles d’oreilles et leurs habits traditionnels aux couleurs indigo.

    Cuzco, Pérou – 2005

    Tour du monde des mamans

    Une maman pose avec son fils et leur alpaga dans les hauteurs de Cuzco, au Pérou. Les habitants de la région dégagent une fierté qui s’impose d’elle-même. Ils inspirent des sentiments de respect et d’admiration.

    Tachkent, Ouzbékistan – 2016

    Tour du monde des mamans

    Rencontre avec une maman et sa fille dans les vieux quartiers de Tachkent.

     Ségou, Mali – 2007

    Tour du monde des mamans

    Le grand marché de Ségou est un tourbillon de visages, de sons, d’odeurs et de couleurs. L’endroit grouille de vie, partout où je pose mon regard. C’est cette sœur qui guide sa cadette à travers la foule et cette vendeuse qui éblouit tout autour d’elle de son magnifique sourire. C’est encore cette mère qui, soudain, s’assied à l’écart de la fièvre ambiante, pour donner à boire à son fils.

    Barreirinhas, Brésil – 2013

    Tour du monde des mamans

    Cela fait plusieurs jours que je suis à Barreirinhas, dans l’état du Maranhão, au Brésil. Une délicieuse impression de bout du monde avec des gens d’une hospitalité hors norme. Je loge chez une petite famille qui m’a aidé à me trouver un transport pour explorer le légendaire Parc national des Lençóis Maranhenses. Lucila, la maman, est fière de son petit Gabriel. Elle passe des heures à papoter avec ses voisins devant la maison. 

    Mongolie – 2014

    Tour du monde des mamans

    Jaisalmer, Inde – 2013

    Tour du monde des mamans

    Puja pose avec ses deux fils à Jaisalmer, à la lisière du désert du Thar. Ils sont de la caste des Bhopas. Considérés comme étant de basse caste, les Bhopas sont originaires du Rajasthan.

    Sonargaon, Bangladesh – 2014

    Tour du monde des mamans

    Khiva, Ouzbékistan – 2016

    Tour du monde des mamans

    Une mère et sa fille marchent dans la vieille ville de Khiva, située le long de l’ancienne Route de la Soie.

    Ella, Sri Lanka – 2012

    Tour du monde des mamans

    Instant gourmand dans le train entre Kandy et Ella, au Sri Lanka.

    La Havane, Cuba – 2016

    Tour du monde des mamans

    Viviana et son fils Che vivent à Habana Vieja, la partie ancienne de La Havane, à quelques mètres des principaux sites touristiques. Ils vivent dans une maison avec 54 autres familles.

    La suite de cet article plus bas 


    13 commentaires
  • Shanghai, Chine – 2010

    Tour du monde des mamans, seconde partie

    Amritsar, Inde – 2013

    Tour du monde des mamans, seconde partie

    Une mère et son fils se baignent dans les eaux sacrées au Temple d’Or d’Amritsar, en Inde.

    Shigatse, Tibet – 2010

    Tour du monde des mamans, seconde partie

    Bhaktapur, Népal – 2010

    Tour du monde des mamans, seconde partie

    Un moment d’éternité dans la vieille ville de Bhaktapur.

    Harran, Turquie – 2014

    Tour du monde des mamans, seconde partie

    Une maman pose devant chez elle avec son fils à proximité de Harran, dans le sud-est de la Turquie.

    Yuanyang, Chine – 2007

    Tour du monde des mamans, seconde partie

    Nous sommes à Yuanyang, dans la province du Yunnan. Établie en Chine en 1979, la politique de l’enfant unique imposait un contrôle strict des naissances. Destinée à éviter la surpopulation, elle se manifestait par la pénalisation des parents de plus d’un enfant, mais aussi par la réalisation, par la force, d’avortements et de stérilisations. Depuis 2015, les règles se sont assouplies et chaque couple peut avoir jusqu’à deux enfants.

    Pushkar, Inde – 2008

    Tour du monde des mamans, seconde partie

    Il est 7 heures, l’un de mes moments favoris, où que je sois, pour observer les gens et la vie reprendre ses droits après l’accalmie de la nuit. Une mère en sort avec son enfant. Sa tenue flamboyante tranche dans le calme de ce petit matin. La magie est totale. 

    Copacabana, Bolivie – 2005

    Tour du monde des mamans, seconde partie

     

    Kolkata, Inde – 2013

    Tour du monde des mamans, seconde partie

    Une maman se fraie un passage dans le trafic à la gare de Howrah, à Kolkata.

    Jérusalem, Israël – 2010

    Tour du monde des mamans, seconde partie

    Un regard, un visage. Le temps est suspendu dans la foule face à la porte de Damas dans le quartier musulman de la vieille ville de Jérusalem. 

    Kunming, Chine – 2010

    Tour du monde des mamans, seconde partie

    Bulunkul, Gbao – Tajikistan – 2016

    Tour du monde des mamans, seconde partie

    Jaisalmer, India – 2013

    Tour du monde des mamans, seconde partie

    Jérusalem, Israël – 2010

    Tour du monde des mamans, seconde partie

    Nous sommes à Méa Shéarim, un quartier au nord de Jérusalem où ne vivent que des juifs ultra-orthodoxes. Ils s’y sont établis pour mener une vie de stricte pratique religieuse refusant la modernité.

    Ces photos célèbrent et mettent en lumière l’amour maternel, quel que soit le pays.


    5 commentaires
  • À cœur vaillant rien d’impossible. En 17 ans, Tony Giles, un voyageur originaire du sud-ouest de l’Angleterre, près de Bristol, a visité plus de 125 pays. Sa particularité ? Il est aveugle et quasi sourd. Ce qui, pour le routard, n’est qu’un simple détail qui ne l'empêche pas de réaliser ses rêves.

    Il visite le monde depuis 17 ans

    Il y a des histoires humaines qui inspirent incroyablement. Comme celle de Tony Giles, un voyageur britannique de 40 ans complètement aveugle et sourd à 80% des deux oreilles sans ses aides auditives. Non content d’être atteint par ce que la société considère comme deux lourds handicaps, l’homme a également subi une transplantation rénale en décembre 2008.

    Dans un reportage que la BBC Travel lui a récemment consacré, Tony Giles nous emmène à la découverte du mur des lamentations, à Jérusalem :

     

    Pourtant, ces problèmes de santé n’ont en rien freiné son désir de voyage : Tony Giles a ainsi visité 7 continents du monde, les cinquante états des États-Unis, traversé le cercle arctique, voyagé dans tous les pays sud-américains et visité les dix provinces canadiennes notamment.

    Il visite le monde depuis 17 ans

    « Je m’appelle Tony Giles. Je suis d’Angleterre. Je suis totalement aveugle et sévèrement sourd des deux oreilles, et je voyage autour du monde pour tenter de visiter chaque pays.

    Nous sommes dans la Vieille Ville. Israël est le 124e pays. Je voyage seul car c’est le plus grand défi auquel je puisse être confronté, et je voyage seul car ça me permet d’interagir avec plus de gens. Si je voyageais avec quelqu’un, en particulier quelqu’un de voyant, il ferait tout le travail, il me guiderait, et je n’aurais pas l’occasion de toucher autant de choses, de trouver autant de choses comme je le fais par moi-même. La Nouvelle Orléans est la première ville où je me suis rendu tout seul. J’étais dans une ville étrangère tout seul. Je ne savais pas où j’allais, j’étais aveugle et pétrifié. Alors j’ai pris quelques profondes respirations et je me suis dit : « Tony, c’est ce que tu veux. Si ce n’est pas ce que tu veux, rentre à la maison. » J’ai repris de profondes inspirations, j’ai tourné à gauche, j’ai marché jusqu’en bas de la rue, et on connaît la suite. Il faut savoir être patient, on se perd tout le temps. »

    Il visite le monde depuis 17 ans

    Il visite le monde depuis 17 ans

    Il visite le monde depuis 17 ans

    Il visite le monde depuis 17 ans

    Une incroyable leçon de courage, de volonté et de détermination.


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique