• Dormir chez l’habitant quand on est une femme qui voyage seule : pas toujours évident. La Voyageuse propose un réseau d'hébergeuses pour ces baroudeuses.

    Voyageuses

    En voyage, pour une expérience immersive complète, rien de tel que de loger chez l’habitant. Mais cette option s’avère parfois peu rassurante pour les femmes seules. C’est pourquoi Christina Boixiere a crée « La Voyageuse« , une plateforme sécurisée d’hébergement pour les baroudeuses, lancée au mois d’avril.

    Voyageuses

    Les femmes voyageant seules sont de plus en plus nombreuses et c’est une bonne nouvelle. En effet, selon l’organisation mondiale du tourisme, entre 2014 à 2017, elles sont passées de 59 millions à 138 millions. La question de la sécurité demeure néanmoins un frein pour bon nombre d’entre elles. C’est notamment le cas lorsqu’il s’agit d’opter pour un hébergement chez l’habitant. On ne sait en effet jamais vraiment où l’on va atterrir, et cohabiter seule avec un ou plusieurs hommes n’est pas toujours très rassurant.

    Voyageuses

    Face à ce constat, Christina Boixiere, une globetrotteuse de 36 ans, a décidé de créer La Voyageuse. Comme son homologue mixte américain Couchsurfing, le site propose des hébergements pour les voyageuses avec une particularité : les accueillantes et les accueillies sont exclusivement des femmes.

    Voyageuses

    Au-delà d’une solution d’hébergement à bas coût, c’est un véritable outil d’émancipation, explique la jeune bordelaise à France Inter:

    « Faire en sorte que les femmes s’émancipent, c’est ça qui me motive, le voyage donne le goût de la liberté et de l’indépendance, on fait souvent de merveilleuses découvertes qui nous changent à jamais. »

    Voyageuses

    Conçu pour rassurer les baroudeuses, les profils des hébergeuses sont soigneusement vérifiés, puis il y a un échange téléphonique pour mieux cerner leurs motivations. De leur côté, les voyageuses paient un abonnement à la plateforme, 119 euros pour un an, et peuvent ensuite se faire héberger autant de fois qu’elles le souhaitent.

    Voyageuses

    Pour l’heure, ces abonnements visent davantage des voyageuses étrangères désireuses de découvrir la France où se concentrent actuellement les 400 hébergeuses que compte le réseau. Dans le futur, La Voyageuse ambitionne néanmoins de s’étendre à l’international pour permettre au plus grand nombre de femmes de profiter des joies du voyage en immersion et à bas prix.

    Voyageuses

    Amoureuse du voyage et des rencontres humaines, Christina Boixiere souhaite ainsi favoriser l’échange et la reconnexion avec l’autre. Dans les colonnes de La Tribune, elle explique comment ouvrir sa porte à quelqu’un peut changer des vies. 

    « Beaucoup de monde me demande pourquoi les hébergeuses ont envie de l’être. J’ai commencé un jour à héberger quelqu’un chez moi, j’ai changé sa vie. Ma générosité l’a sorti de son désespoir. Aider, être généreux, faire découvrir ma culture et en découvrir une autre est une récompense qui n’a pas de prix. »

    Voyageuses

    Lancé en 2017, le projet a rencontré un vif succès. Il a même été désigné comme l’un des 10 projets les plus prometteurs portés par la plateforme de financement participatif Kisskissbankbank. Depuis, Christina Boixiere a bouclé sa cagnotte et lancé officiellement sa plateforme au mois d’avril.

    Voyageuses

    Finalement, héberger, c’est aussi un bon moyen de voyager depuis son canapé !


    27 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique