• Le Havre, des panneaux de basket à la place des poubelles traditionnelles.

    Avec ces installations, la ville normande espère inciter ses habitants à jeter leurs ordures au bon endroit. Lumière sur une super idée.

    Incitation au civisme

    Pour enfin initier la population à plus de propreté, aucune piste ne doit être écartée, et surtout pas celle de l’humour et du jeu. Démonstration au Havre où la municipalité a notamment installé des poubelles en forme de panneau de basket ! Lumière sur une initiative à la fois créative et exemplaire.

    Incitation au civisme

    En ce moment, dans les rues du Havre, si vous avez un vieux papier dont vous aimeriez vous débarrasser, c’est l’occasion de s’amuser un peu et de tester son adresse au basket… ou bien même à la marelle !

    Regardez : Cliquez  ICI

    Yves Huchet, adjoint à la propreté du Havre, cité par Le Parisien:

    « On s’adresse à toute la famille, peut-être davantage aux plus jeunes qui peuvent voir facilement le côté ludique. »

    Incitation au civisme

    En plus de ces poubelles basket et marelle, la mairie a également fait installer des cendriers ludiques, histoire de n’oublier aucun déchet.

    Grâce à ce genre de concept, la propreté n’est plus une contrainte, mais un amusement. Et si la citoyenneté devient un jeu d’enfants, alors soyons-en sûrs, elle risque de faire de nombreux adeptes ! Tant mieux… car il y a besoin.

     

    Incitation au civisme

     


    26 commentaires
  • Pour faire la démonstration du danger que représente l'usage du smartphone en voiture, cette association belge a eu une super idée.

    Écrire ou conduire

    Si des automobilistes écrivent des sms au volant, c’est parce qu’ils sont persuadés que ça ne représente aucun danger. Alors, pour les convaincre du contraire, voici une expérience efficace et surprenante.

    Écrire ou conduire

    En Belgique, l’organisation Responsible young drivers (RYD) sensibilise les jeunes à une conduite responsable en les confrontant « de façon ludique aux dangers de la route. » Et puisque les jeunes conducteurs sont probablement ceux qui utilisent le plus leur smartphone au volant, il fallait à tout prix les sensibiliser sur ce point. D’où cette caméra cachée aussi intelligente qu’insolite.

    Écrire ou conduire

    En 2012, RYD a fait croire à des jeunes prenant des cours de conduite qu’il était désormais obligatoire, pour des raisons de sécurité, d’apprendre à écrire des SMS tout en conduisant. Résultat ? Cette vidéo géniale. Regardez (un spot repéré par Culture Pub) :

     

    Pour toucher un maximum de monde, la prévention routière doit savoir explorer tous les modes de communication. Ici, en faisant le choix de l’humour et de la démonstration par l’exemple, RYD s’est adressé directement aux jeunes.

    Écrire ou conduire

    Écrire ou conduire

    Une excellente idée, mais pas que pour les jeunes, la vie des autres et aussi précieuse que la vôtre.


    18 commentaires
  • Dans la série « les déchets ne sont qu’une simple vue de l’esprit », voici une invention qui, à nouveau pourrait bousculer nos certitudes. En Afrique du sud, des étudiants ingénieurs sont en effet parvenus à créer des briques… à partir d’urine ! Dit comme ça, ça peut ressembler à une blague, mais quand on sait que l’industrie du bâtiment est l’une des plus polluantes, ça laisse entrevoir des perspectives plus qu’intéressantes. Explications.

    Rien ne se perd

    Pour parvenir à un tel résultat, il a d'abord fallu collecter l’urine. Des urinoirs spécifiques ont donc été installés à cet effet dans l’université.

    Rien ne se perd

    Ensuite, le liquide collecté à été mélangé à du sable et à une sélection de bactéries puis versé dans un moule pour y reposer à température ambiante. Résultat ? une brique !

    Rien ne se perd

    Un processus assez simple qui s’inspire de la façon dont se forment naturellement les coquillages explique le HuffPost, relayant une information du Guardian.

    Dr Dyllon Randall, professeur à l'université du Cap:

    « On prend quelque chose qui est considéré comme un déchet et on le recycle. Il faut repenser les choses. »

    Principal avantage de cette invention : elle évite la traditionnelle cuisson des briques dans des fours à 1 400° qui dégagent une quantité considérable de gaz à effet de serre.

    « Si un client veut des briques 40% plus solides que des briques classiques, il suffit de laisser notre brique reposer plus longtemps dans son moule. Plus on laisse de temps aux petites bactéries pour créer ce ciment, plus dur est le produit final. »

    Rien ne se perd

    Rien ne se perd

    Autre avantage : l’urine récoltée est aussi source de phosphore, d’azote et de potassium permettant de produire un engrais sain au service de l’agriculture. À en croire ces chercheurs sud africains, une centaine de passages aux toilettes suffirait à produire une brique… et 1kg d’engrais !

    Rien ne se perd

    Grâce à la science, plus rien ne se perd. Même pas l’urine ! Une invention étonnante.

    Rien ne se perd


    12 commentaires
  • Alors que les abeilles sont déjà largement menacées par l’usage des pesticides,  il faut également veiller à un autre fléau : le frelon asiatique qui décime les colonies. Heureusement, grâce à un apiculteur amateur et ingénieux, on a peut-être trouvé la riposte idéale que tout le monde attendait. Explications.

    Jean-Pierre, 40 ans de passion derrière lui, a imaginé un piège à la fois simple et redoutable. Son principe ? Deux cônes grillagés qui mènent à un morceau de miel sans possibilité de retour. Est-ce que ça fonctionne ? Oh oui ! Pour en être convaincu, il n’y a qu’à jeter un œil au tableau de chasse de Jean-Pierre : plusieurs centaines de frelons asiatiques ! Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si son invention est en voie d’être industrialisée et que, déjà, des étrangers s’y intéressent.

     

    La boîte, à première vue, ne paie pas de mine, mais est d’une efficacité redoutable. Jean-Pierre Thomain l’a testée durant un an, dans sa cour de maison, en plein centre-ville de Segré, là où, dit-il, « il y a plein de nids ». Les résultats sont stupéfiants.

    Contre le frelon asiatique

    Avec cette boîte de 50 cm de long, 25 cm de large et 20 cm de hauteur, les amoureux des abeilles tiennent peut-être enfin la solution. Même si Jean-Pierre Thomain est lucide : « On ne pourra pas l’éradiquer. Il est là et il faudra faire avec. Mais on peut le réguler. »

    Le secret de l’efficacité du piège réside dans la combinaison d’une grille à reine et d’un cône grillagé, placés de chaque côté de la boîte. Avec au-dessus, une vitre. Cette grille, que Jean-Pierre Thomain a choisie en plastique, sert d’ordinaire en apiculture, à empêcher la reine d’accéder à certains endroits de la ruche et d’y pondre.

    Pour l’appât, les apiculteurs ont opté pour des drêches, un mélange de cire et de miel, qu’ils récupèrent dans les ruches et qui, d’habitude, termine à la poubelle. Le frelon asiatique en raffole. Les autres insectes un peu moins.

    Ainsi attiré, le frelon entre par le cône grillagé. Une fois à l’intérieur, il ne peut plus sortir. Contrairement aux abeilles, qui peuvent toujours se faufiler à travers les interstices. « On prend à 90 % du frelon asiatique. C’est beaucoup plus sélectif. »

    Contre le frelon asiatique

    Les apiculteurs ont pensé à tout, jusqu’à la couleur. Du rouge. « Ça les attire. » Quand la boîte est pleine ou qu’il n’y a plus d’appât, deux solutions : la placer au congélateur ou la plonger dans une caisse remplie d’eau. Les frelons meurent congelés ou noyés, au choix.

    Contre le frelon asiatique

    Grâce à l’ingéniosité d’un homme, au dévouement d’un groupe de retraités et à la participation des enfants, on va peut-être sauver les abeilles et doper l’activité économique locale. Un très, très joli coup.


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique