• Aussi appelée "l'île aux lapins" ou "paradis des lapins", Okunoshima, au Japon, n'a pas volé son surnom ! La preuve en images.

    Okunoshima

    Si l’île d’Okunoshima, au Japon, est surnommée l’île aux lapins, c’est qu’il existe une très bonne raison. Ici, les lapins sont absolument partout et vivent dans une tranquillité absolue. En fait, pour eux, l’île d’Okunoshima est un véritable paradis. Présentation.

    Avant de devenir le paradis des lapins, cet endroit a d’abord été leur enfer. Et pour cause.

    Okunoshima

    Jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’île abritait une usine de production de gaz chimiques (photos ci-dessous). Et, pour tester l’efficacité de leurs gaz toxiques, les responsables de l’usine utilisaient… des lapins.

    Okunoshima

    Okunoshima

    Quand la guerre s’est terminée, ces animaux cobayes se seraient échappés et se seraient disséminés un peu partout sur l’île, se multipliant avec des lapins domestiques abandonnés par des particuliers (source : France 2).

    Okunoshima

    Okunoshima

    Depuis, cette espèce ne craint plus rien. Aucun chasseur à l’horizon.

    Okunoshima

    À vrai dire, ils sont si tranquilles que leurs terriers ne leur servent même plus à se cacher. Juste à abriter leurs petits.

    Okunoshima

    Compte tenu de leur nombre et de leur attitude relax, ces lapins sont devenus une attraction. Des ferries transportent les visiteurs souhaitant les rencontrer.

    Okunoshima

    Un vrai paradis, désormais.

     

    Okunoshima

    Okunoshima


    27 commentaires
  • D'ici 2025, le hérisson d'Europe pourrait bien disparaître. Pour lui venir directement en aide, construisez-lui un abri dans votre jardin !

    Abri à hérisson

    En seulement 20 ans, deux tiers de la population des hérissons a disparu en France, et ça ne va pas en s’améliorant. Chaque année, 1 million d’entre eux meurent écrasés sur les routes, si bien que, si rien n’est fait pour les protéger, l’espèce pourrait bien disparaître de nos campagnes d’ici 2025. Mais bonne nouvelle, si vous avez un jardin, vous pouvez les aider en leur aménageant un petit abri. Voici comment.

    L’ennemi mortel du hérisson n’est pas le renard mais l’Homme. Ensemble, l’agriculture (par l’usage de pesticides notamment) et la voiture sont responsables de plus de la moitié des décès chaque année. Heureusement, des amoureux de la nature et du vivant se mobilisent pour venir en aide aux animaux blessés, comme en Isère où un Centre de sauvegarde de la faune sauvage les accueille et les soigne.

    Abri à hérisson

    Sur les réseaux sociaux aussi les internautes partagent leurs idées pour offrir leur soutien à cette espèce menacée d’extinction d’ici six ans. La page Facebook de l’association Nature18 propose par exemple un tutoriel pour créer un abri à hérissons dans son jardin. Une astuce très simple pour accueillir les petites bêtes chez soi, et un atelier sympa à réaliser avec des enfants.

    Abri à hérisson

    Pour cela c’est simple, il vous suffit d’une cagette, de feuilles et de petit bois… On positionne la cagette retournée dans un coin calme du jardin après avoir bien pensé à découper une petite porte pour laisser entrer l’animal. On la recouvre d’une bonne couche de feuilles pour imperméabiliser l’abri, puis du petit bois pour éviter qu’elles ne s’envolent.

    Abri à hérisson

    Comme le précisent certains commentaires, inutile d’ajouter une bâche plastique. Elle risquerait de se détériorer et polluer votre jardin. Pensez à bien camoufler l’entrée avec des branchages et essayez de créer un petit tunnel coudé pour éviter les courants d’air et d’offrir une petite maison plus confortable au hérisson.

    Abri à hérisson

    Maintenant il ne vous reste plus qu’à être patient et à espérer que votre abri aura su séduire un hérisson. Quelle belle récompense vous aurez quand vous le verrez se dandiner au fond du jardin !


    29 commentaires
  • Contre l'abandon des animaux, il détourne 10 couvertures de BD.

    Voilà une idée qui marque les esprits. Graphiste, Nicolas Amiard nous replonge dans notre enfance pour nous éviter de faire de très mauvais choix

    Contre l'abandon des animaux

    Cette année encore, des dizaines de milliers d’animaux de compagnie risquent d’être abandonnés sur la route des vacances. Alors, pour dénoncer ce scandale et tenter de diminuer un tantinet ces odieuses statistiques, Nicolas Amiard a eu une brillante idée : détourner des couvertures de célèbres bandes-dessinées. Un procédé original et créatif qui interpelle et invite chacun à réfléchir avant de commettre l’irréparable.

    Contre l'abandon des animaux

    Astérix, Tintin, Lucky Luke…. Tous ces héros ont bercé notre enfance. Or, rappelez-vous, ils étaient tous accompagnés d’un chien. Imaginons un seul instant qu’ils aient un jour abandonné leur plus fidèle compagnon, comment aurions-nous perçu la chose ? Mal, c’est sûr. Alors, pourquoi nous donnerions-nous le droit de faire ça ? Voici la question fondamentale que sont obligés de se poser tous ceux qui découvrent les créations du graphiste Nicolas Amiard.

    Regardez:

    Contre l'abandon des animaux

    Contre l'abandon des animaux

    Contre l'abandon des animaux

    Contre l'abandon des animaux

    Contre l'abandon des animaux

    Contre l'abandon des animaux

    Contre l'abandon des animaux

    Contre l'abandon des animaux

    Même à l’âge adulte, ça ne peut pas faire de mal de s’identifier aux héros de notre enfance… Les animaux abandonnés en masse aux premiers jours des vacances, ça suffit.


    23 commentaires
  • Une nouvelle espèce d'oiseau de paradis vient d'être découverte en Nouvelle-Guinée. Son plumage est d'un noir presque absolu.

    Les oiseaux de paradis, ou Paradisiers superbes – à ne pas confondre avec la plante vivace aux formes rigolotes – sont une espèce d’oiseaux très spéciale. En effet, le plumage des mâles de certaines espèces possède la particularité d’absorber environ 99,95% de la lumière. Autrement dit, leur plumage est si sombre qu’il se rapproche du noir parfait.

    Un plumage d'un noir intense

    Dans le règne animal, les mâles se donnent souvent beaucoup de mal pour attirer leurs futures partenaires. Certains changent de forme, d’autres se parent de couleurs tape-à-l’œil, d’aucuns vont même jusqu’à réaliser des œuvres d'art. Chez le Paradisier superbe, une nouvelle espèce aux particularités remarquables vient d’être découverte en Nouvelle-Guinée : son plumage est si noir qu’il absorbe 99,95% de la lumière. C’est l’oiseau de paradis de Vogelkop.

    Un plumage d'un noir intense

     

    Cette caractéristique singulière lui vaut d’être comparée au Vantablack, une matière composée de minuscules tubes de carbone, utilisée dans les nanotechnologies. Agencés verticalement, les nanotubes sont serrés les uns contre les autres, ce qui a pour effet d’absorber la lumière à 99,965%. Notre drôle d’oiseau n’en est pas loin !

    Un plumage d'un noir intense

    Ce noir profond fait ressortir de manière intense le peu de couleurs qu’il a sur lui : des reflets bleus sous les yeux, ainsi que sur son élégante collerette, et l’intérieur du bec tout jaune. Et c’est ainsi, tout pimpant, qu’il se met à danser pour impressionner les donzelles. En atteste cette vidéo du National Geographic :

     

    C’est en réalité cette gracieuse danse qui a permis de le distinguer de certains de ses cousins, ainsi que son plumage en forme de croissant lorsqu’il charme les femelles, et de l’identifier en tant que nouvelle espèce. Pour preuve, cette vidéo signée Zapping Sauvage :

     

    De Vogelkop ou non, cet oiseau de paradis est un vrai flambeur !


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique