• Un prêtre invite les chiens errants dans son église pour les faire adopter.

    Tous les chemins sont bons

    Grâce à son dévouement et à sa stratégie, le père João Paulo Araujo Gomes a déjà permis à plusieurs dizaines de chiens de retrouver une famille.

    Parce que la générosité et la compassion devraient être des valeurs universelles, au Brésil, un prêtre s’est lancé dans une quête inhabituelle.

    Tous les chemins sont bons

    Chaque dimanche, à l’occasion de la messe, il réunit un maximum de chiens errants au sein de son église dans l’espoir de leur trouver de nouvelles familles d’accueil parmi ses paroissiens. Et ça marche ! Explications.

    Tous les chemins sont bons

    Ce prêtre ami des bêtes, c’est le père João Paulo Araujo Gomes. Il officie pour la paroisse de Santana, dans la ville de Gravata (71 000 habitants dans l’est du Brésil).

    Tous les chemins sont bons

    Touché par le nombre de chiens errant dans sa commune, il a décidé de leur venir en aide.

    Tous les chemins sont bons

    Dès qu’il le peut, il les accueille chez lui et leur offre soins, affection et nourriture.

    Tous les chemins sont bons

    Mais son objectif ultime, à chaque fois, est de leur trouver une nouvelle famille, un nouveau foyer.

    Tous les chemins sont bons

    Et pour y parvenir, João Paulo Araujo Gomes a un secret. Tous les dimanches, il profite de la messe hebdomadaire pour que les chiens et les fidèles de sa paroisse se rencontrent.

    Tous les chemins sont bons

    Les animaux sont libres de déambuler entre les allées ou autour de l’autel, d’aller dire bonjour à telle personne ou de réclamer des caresses à telle autre.

    Tous les chemins sont bons

    Ainsi, certains tombent sous leur charme et décident de rentrer à la maison avec un nouvel animal de compagnie.

    Tous les chemins sont bons

    Plusieurs dizaines de chiens errants auraient déjà trouvé une famille de cette façon. Et ça n’est pas près de s’arrêter.

    Tous les chemins sont bons

    João Paulo Araujo Gomes, cité par Bored Panda :

    « Les chiens pourront toujours entrer, dormir, manger, boire de l’eau et trouver un abri et une protection, car cette maison est de Dieu et ils sont de Dieu. »

    Tous les chemins sont bons

    Au-delà de l’aspect spirituel, une belle philosophie.


    39 commentaires
  • Son husky fugue, voici ce qu'elle découvre.

    En visionnant les images de la caméra de surveillance de son voisin pour retrouver son chien, elle découvre le nouvel ami de son husky, un magnifique cerf.

    Vous avez déjà rêvé d’être une petite souris pour suivre les aventures de votre animal de compagnie lorsqu’il part en vadrouille loin de votre jardin ? Rachel Howatt, une jeune canadienne installée dans la province du Manitoba, a eu cette chance en découvrant l’incroyable épopée de son chien Koda, disparu pendant plusieurs jours.

    Une amitié hors du commun

     

    Une amitié hors du commun

    Quel déchirement de voir son animal de compagnie disparaître pendant plusieurs jours. On se demande ce qui a bien pu lui arriver, s’il est sain et sauf, s’il a besoin d’aide… Ce sentiment, Rachel Howatt l’a connu lorsqu’au mois de décembre dernier, Koda, son husky, s’est échappé.

    Une amitié hors du commun

    Pour le retrouver, elle a fouillé les bois à proximité de sa maison, mais en vain. Finalement, après quelques jours, Koda est rentrée chez elle comme si de rien n’était. L’histoire aurait pu s’arrêter là. C’était sans compter sur le voisin de Rachel qui, plusieurs jours plus tard, a découvert d’étonnantes images en visionnant les enregistrements de sa caméra de surveillance située dans les bois près de chez lui.

    Une amitié hors du commun

    Une amitié hors du commun

    On y découvre Koda en étonnante compagnie. Pendant son périple, elle a fait la rencontre d’un superbe cerf avec lequel elle s’est liée d’amitié. Sur ces clichés incroyables, on découvre les deux animaux qui jouent, mangent et dorment ensemble.

    Une amitié hors du commun

    Une amitié hors du commun

    Rachel Howatt commente sur sa page:

    Vous vous rappelez quand j’ai posté que Koda, notre petit husky rebelle, avait disparu pendant plusieurs jours à Noël ? J’ai finalement appris ce qu’elle faisait dans la vallée depuis si longtemps après que notre voisin ait vérifié ses caméras de surveillance… et je suis émerveillé… je ne peux toujours pas y croire !! Elle dormait, mangeait et jouait avec un cerf avec lequel elle est devenue amie. WOW, quel toutou incroyable !

     

    Une amitié hors du commun

    Une amitié hors du commun

    Il aurait été dommage de passer à côté de cette incroyable aventure !


    33 commentaires
  • C'est en France, dans le Limousin plus précisément qu'ouvrira le premier sanctuaire européen pour éléphants. Inauguration prévue en 2020 !

    Sanctuaire pour éléphants en Haute Vienne

    A Saint Nicolas de Courbefy, une association s’est donnée pour mission d’accueillir des éléphants qui ont vécu pendant des années dans des cirques pour leur offrir une retraite bien méritée. Samedi 25 Août, Elephant Haven ouvrait ses portes au public.

    Elephant Haven, un sanctuaire pour éléphants de 29 hectares, ouvrira ses portes dans le Parc Naturel Régional du Périgord Nord, en 2020.

    Sanctuaire pour éléphants en Haute Vienne

    Une excellente nouvelle pour ces pachydermes retraités du cirque et des zoos… Et une première en Europe !

    Une seconde vie pour les éléphants captifs.

    Eux aussi ont hâte de pouvoir profiter de leur retraite. Après des années à parader sous les chapiteaux pour épater la galerie, à vivre bien loin de leur état sauvage, isolés dans des camions cages ou dans des zoos, les éléphants rescapés du programme Éléphant Haven Européan Éléphant Sanctuary vont bientôt pouvoir découvrir leur petit coin de paradis.

    Sanctuaire pour éléphants en Haute Vienne

    De plus en plus de pays européens interdisent les animaux sauvages dans les cirques, mais il est très difficile voire impossible de les renvoyer dans leur pays d’origine et leur état ne leur permet pas de retrouver la vie sauvage.

    Sanctuaire pour éléphants en Haute Vienne

    En Asie, en Afrique et en Amérique des sanctuaires existent déjà pour accueillir les animaux rescapés, mais l’Europe était, jusqu’ici, encore à la traîne.

    Sanctuaire pour éléphants en Haute Vienne

    Or, comme le rappelle la Fondation Brigitte Bardot qui finance en partie le projet : « Sans lieu d’accueil, pas de sauvetages possibles ! Ce que nous avons appris au fil du temps, c’est qu’une campagne de sensibilisation ou de pétitions pour sauver un éléphant en souffrance ne peut aboutir si l’on est pas en mesure de proposer un lieu d’accueil pour l’animal en question. »

    Un havre de paix bien mérité.

    C’est sur un large terrain légèrement vallonné, boisé et éloigné de toute habitation, dans le Limousin, en Haute-Vienne, que le premier refuge européen pour éléphants verra le jour en 2020. Un beau projet mis sur pied par Tony Verhulst et Sofie Goetghebeur, un couple d’anciens soigneurs au zoo d’Anvers, spécialisés dans la prise en charge des pachydermes.

    Sanctuaire pour éléphants en Haute Vienne

    Sanctuaire pour éléphants en Haute Vienne

    Leur objectif ? Offrir aux éléphants un lieu de vie calme et spacieux et les resocialiser pour les réhabiliter. En parallèle, le sanctuaire permettra également de développer des programmes informatifs sur les éléphants et leur comportement, aussi bien en captivité qu’à l’état sauvage, mais aussi plus largement des programmes éducatifs sur la faune et la flore locales.

    Sanctuaire pour éléphants en Haute Vienne

    Enfin, l’idée est d’amener le public à se reconnecter avec la nature, le sensibiliser et promouvoir le respect de l’environnement et du bien-être animal.

    Sanctuaire pour éléphants en Haute Vienne

    Pour l’heure, la construction de leurs abris de nuit est toujours en cours. Une infrastructure qui nécessite certaines adaptations. En effet, même affaiblis par des années de captivité, ces géants conservent une force incomparablement supérieure à la nôtre. Les bâtiments qui les abriteront devront donc répondre à de stricts critères en matière résistance des matériaux notamment.

    Sanctuaire pour éléphants en Haute Vienne

    Pour en savoir plus ou soutenir le projet, c’est par ici.


    29 commentaires
  • Alimenter les oiseaux en période de froid est une bonne chose. Mais attention à ne pas leur donner n'importe quoi. La LPO nous aide à faire le tri.

    Nourrir les oiseaux en hiver

    Les oiseaux disparaissant peu à peu du paysage, à l’approche des grands froids, ils auront plus que jamais besoin de notre vigilance et de notre aide. Alors, pour les aider à passer l’hiver, voici ce que chacun de nous peut faire.

    Le 12 novembre dernier, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) a publié quelques conseils simples et précieux pour protéger et alimenter les oiseaux pendant l’hiver, période de l’année au cours de laquelle la nourriture est particulièrement rare et difficile à trouver.

    Nourrir les oiseaux en hiver

    La première étape consiste à installer une mangeoire (en hauteur pour la mettre à l’abri des prédateurs). Ensuite, il faut y disposer la nourriture. La LPO donne quelques exemples :

    - Mélanges de graines : le mélange optimal étant composé d’1/3 de tournesol noir, de cacahuètes et de maïs concassé.

    - Pain de graisse végétale simple.

    - Pain de graisse végétale mélangé avec des graines, fruits rouges ou insectes.

    - Graines de tournesol (non grillées et non salées), si possible non striées, les graines noires sont meilleures et plus riches en lipides.

    - Cacahuètes (non grillées et non salées).

    - Amandes, noix, noisettes et maïs concassés (non grillées et non salées).

    - Petites graines de millet ou d’avoine.

    - Fruits décomposés (pomme, poire flétrie, raisin).

    Nourrir les oiseaux en hiver

    En revanche, certaines mauvaises habitudes sont à proscrire. Exemple : le lait.

    La LPO :

    « Attention ! Ne donnez jamais de lait aux oiseaux : ils ne peuvent pas le digérer et celui-ci peut être responsable de troubles digestifs mortels. »

    À oublier aussi : le pain. Adrien Corsi, de la LPO de Clermont-Ferrand, cité par France 3:

    « La mie gonfle et devient collante. Elle perturbe la digestion des oiseaux qui pensent, à tort, être assez nourris. »

    Nourrir les oiseaux en hiver

    Autres détails à éviter tant que possible : la nourriture industrielle pour oiseaux.

    « Ce sont des produits qui peuvent contenir des déchets issus de l’industrie agro-alimentaire. Il peut également y avoir de l’huile de palme. Tous ces produits sont mauvais pour nos amis et finissent par graisser leur plumage. Leurs plumes ne deviennent plus étanches et ils attrapent froid très vite en hiver. »

    Nourrir les oiseaux en hiver

    Bon à savoir ! Et merci à toutes celles et ceux qui prennent soin de ces petites bêtes pendant la saison hivernale.

    Nourrir les oiseaux en hiver


    29 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique