• Manger des fleurs et des plantes est devenu une tendance culinaire. Pour vous y mettre, voici un petit guide pratique.

    Plantes et fleurs comestibles

    Au cours de vos promenades, dans votre jardin ou votre potager, ouvrez bien les yeux car certaines plantes et fleurs sont comestibles. Ces végétaux aux saveurs multiples rendront votre assiette plus visuelle, plus gustative et plus nutritive. Alors, pourquoi s’en priver ?

    Les plantes et fleurs sont de plus en plus utilisées par les grands chefs. Mais attention, si vous souhaitez partir à la découverte de ces végétaux comestibles, restez très prudent et ramassez-en UNIQUEMENT si vous êtes certain qu’ils ne sont pas toxiques ou dangereux pour votre santé.

    De plus, certains d’entre eux sont à utiliser en petite quantité, tandis que d’autres sont à consommer sans modération (ou presque). Pour ne pas vous tromper, voici dix ingrédients naturels à ajouter dans votre assiette.

    Les fleurs comestibles:

    La capucine: ses feuilles et ses petites fleurs rouges, jaunes ou oranges sont extrêmement riches en vitamine C et son goût légèrement poivré accompagnera parfaitement vos plats estivaux (tels que vos salades).

    Plantes et fleurs comestibles

    De plus, les graines de la capucine ont des propriétés antiseptiques. Infusées, elles sont efficaces pour soigner les maux de gorge, les sinusites et même les infections urinaires.

    La violette: elle parfume à merveille les desserts. Confitures, glaces, sorbets, biscuits, ou encore liqueurs… Il y en a pour tous les goûts et toutes les envies. La violette est riche en vitamines A et C, et la bonne nouvelle, c’est qu’elle peut être utilisée sans restriction dans l’alimentation.

    Plantes et fleurs comestibles

    Petite astuce : la plupart des violettes ne dégagent aucune odeur, alors, pour bien parfumer vos préparations, il est recommandé de choisir la violette odorante (Viola odorat).

    Le bleuet: ces petites fleurs légèrement bleutées s’utilisent le plus souvent dans la réalisation de desserts. Vous pouvez les ajouter dans vos mousses, salades de fruits ou encore dans vos gâteaux. Mais ce n’est pas tout : en tisane, le bleuet apporte un goût doux et légèrement mielleux à votre infusion.

    Plantes et fleurs comestibles

    Un rappel nécessaire : à cause de l’agriculture intensive, le bleuet est aujourd’hui de plus en plus rare. Alors n’hésitez pas à en planter dans votre jardin afin de sauver cette plante menacée.

    Plantes et fleurs comestibles

    La bourrache: ses pétales en forme d’étoile bleu indigo possèdent un goût iodé. On l’utilise habituellement comme épice afin de relever un plat, comme le gratin, l’omelette, la ratatouille ou encore le potage. Ses fleurs rappellent la saveur de l’huître, tandis que ses feuilles ont un goût similaire à celui du concombre.

    Plantes et fleurs comestibles

    Côté bienfaits, la bourrache est connue pour ses vertus dépuratives. Elle peut être très utile pour soigner la bronchite, apaiser les douleurs articulaires, ou encore lutter contre les problèmes d’acné ou d’eczéma.

    Les plantes sauvages:

    L'ortie: cette plante mal-aimée est pleine de bienfaits. Elle est riche en protéines végétales, vitamine C, provitamine A, calcium, fer et potassium. Son goût, qui rappelle celui des épinards, est parfait pour vos soupes.

    Plantes et fleurs comestibles

    Vous pouvez aussi la faire infuser afin de profiter pleinement de ses propriétés anti-inflammatoires. En tisane, elle aide à diminuer la fatigue, à soulager les douleurs articulaires et à lutter contre les problèmes de peau.

    L'ail des ours: pendant très longtemps, il fut utilisé comme plante médicinale. Il faut dire que cet excellent antiseptique digestif est particulièrement réputé pour désinfecter l’intestin. Vous pouvez utiliser son bulbe et ses feuilles bien fraîches comme condiment : pesto, soupe, épice, tisane… Agrémentez-les comme bon vous semble.

    Plantes et fleurs comestibles

    Attention, au moment de la récolte, ne confondez surtout pas l’ail des ours avec le muguet ou le colchique qui sont deux plantes toxiques. En effet, elles se ressemblent mais ne doivent surtout pas être utilisées de la même manière.

    Le pissenlit: ici, tout se mange, rien ne se perd. Si le pissenlit est connu pour être l’ennemi des jardiniers, il est, au contraire, l’ami des cuisiniers. Ses fleurs, sa racine et ses feuilles sont comestibles et regorgent de bienfaits. Cette plante est notamment connue pour ses vertus digestives et diurétiques.

    Plantes et fleurs comestibles

    Vous pouvez infuser les fleurs et la racine avec un peu de miel artisanal et local, tandis que les feuilles peuvent être dégustées en salade ou en soupe. À vous de varier les plaisirs.

    La menthe sauvage: cette plante est un parfait aromate pour vos plats estivaux. Elle peut être utilisée comme infusion dans nos boissons chaudes ou fraîches, en sirop bien rafraîchissant, en salade pour agrémenter votre poke bowl, ou encore dans vos préparations sucrées.

    Plantes et fleurs comestibles

    La menthe sauvage possède de nombreuses vertus digestives, antibactériennes, ou encore anti-inflammatoires. Alors, n’hésitez pas à l’ajouter dans vos verres et vos assiettes.

    Le lierre terrestre: cette plante, à ne pas confondre avec le lierre grimpant, est souvent utilisée en tisane pour ses vertus anti-inflammatoires. Elle soulage les rhumes, les sinusites et calme les infections respiratoires.

    Plantes et fleurs comestibles

    Mais ce n’est pas tout : ses feuilles contiennent également des protéines équilibrées et de la vitamine C. Elles peuvent par exemple être utilisées en salade avec son goût proche de la menthe, de la citronnelle et du cassis.

    L'amarante: cette plante ornementale est très appréciée pour ses feuilles et ses graines riches en protéines, en minéraux et sans gluten. En cuisine, les graines peuvent être utilisées pour la préparation de galettes, soupes et même en pop-corn. De plus, vous pouvez même en faire de la farine.

    Plantes et fleurs comestibles

    Attention, comme de nombreuses plantes, les feuilles d’amarante contiennent de l’acide oxalique (également appelé sel d’oseille). Par conséquent, si vous êtes sujet aux calculs rénaux, évitez de trop en consommer car cette substance n’est pas sans danger pour votre santé.

    Plantes et fleurs comestibles

    Alors, tous à nos fourneaux…


    13 commentaires
  • Le défi Février sans supermarché revient en 2021 pour sa 5ème édition. C'est le moment parfait pour changer vos habitudes et consommer local.

    On déserte les supermarchés?

    Durant le confinement décrété pendant la première vague du Covid-19, les Français ont remis l’alimentation au centre de leurs préoccupations. 51 % des personnes ayant changé leurs habitudes souhaitent favoriser des produits locaux et en circuits courts. Pour motiver davantage de citoyens et redécouvrir ces modes de consommation, le site « En Vert et Contre Tout » annonce la nouvelle édition du défi “Février sans supermarché”. L’objectif ? Délaisser pendant un mois les grandes surfaces et privilégier les commerces indépendants, les fermes et les marchés. Lumière sur une initiative solidaire qui combine à la fois consommation responsable, écologie et économie.

     

    On déserte les supermarchés?

    Le défi « Février sans supermarché » a été créé en 2017 par des citoyennes de Neuchatêl et le média suisse En Vert et Contre Tout. Cette année, la 5ème édition se déroulera du 01 au 28 février 2021. Durant cette période, le site encourage de faire ses achats dans « les commerces indépendants, redécouvrir les épiceries de quartier, soutenir les petits producteurs, favoriser la vente en vrac et le commerce local, repeupler les marchés ou encore réapprendre à n’acheter que l’essentiel. »

    Accessible à tous, ce défi se veut avant tout ludique et bienveillant. Chaque personne participe à son rythme, sans culpabiliser. L’essentiel est de favoriser les circuits courts. Une action réalisable en allant chercher votre pain chez le boulanger ou en récupérant des fruits et légumes de saison chez le primeur du coin par exemple.

    On déserte les supermarchés?

    Malgré tout, les organisateurs restent conscients qu’il n’est pas facile de changer certaines habitudes du jour au lendemain. C’est pourquoi des groupes locaux d'entraide sont accessibles pour partager des conseils et des bonnes adresses.

    Par ailleurs, comme le précisent certains de ces groupes, il ne s’agit pas d’un boycott des grandes enseignes. L’idée est de voir qu’il est possible de consommer autrement. Ceci étant, ce défi reste une occasion d’exprimer un certain mécontentement à l’égard des supermarchés.

    C’est également l’opportunité de faire savoir aux grandes surfaces que nous ne sommes pas d’accord avec le suremballage, le kilomètre alimentaire qui explose les scores ou les politiques de prix qui écrasent les petits producteurs !

    En Vert et Contre Tout

    On déserte les supermarchés?

    En raisons du contexte social et des mesures sanitaires, les petits commerçants ont d’autant plus besoin d’être soutenus. Ce défi est l’occasion d’amorcer une transition bénéfique à la fois pour eux, pour soi et l’environnement.

    Alors, prêts à relever le défi ?


    29 commentaires
  • Pour soutenir l'agriculture française menacée notamment par l'interdiction des marchés en plein air, la distribution jure fidélité au made in France.

    Vers une alimentation française?

    Coronavirus oblige, l’ensemble des supermarchés français s’apprêtent à vendre des fruits et légumes 100 % français. Une nouvelle inattendue qui ravira les partisans de la consommation locale et de l’autosuffisance alimentaire. Explications.

    Vers une alimentation française?

    Les marchés de plein air étant fermés, la grande distribution s’est engagée à soutenir l’agriculture française en excluant de leur offre les fruits et légumes venus de l’étranger.

    Vers une alimentation française?

    La Fédération du commerce et de la distribution, citée par Les Échos:

    « Toutes les chaînes sont en train de passer à un approvisionnement français. Les produits étrangers qui sont présents en rayon seront écoulés mais il n’y aura pas d’approvisionnement hors de France. »

    Vers une alimentation française?

    Par ailleurs, les grande distribution s’engage à maintenir des prix « accessibles. »

    Vers une alimentation française?

    Fini, donc, les fraises ou les asperges venues de l’autre bout du monde. La France sait produire ses fruits et légumes, ils sont déjà en cours de production et on les trouvera bientôt dans les supermarchés.

    Vers une alimentation française?

    Pour les grandes enseignes, ce choix sera peut-être l’occasion d’adopter de nouvelles habitudes sur le long terme. Histoire de soutenir nos agriculteurs et de promouvoir une alimentation locale et donc moins émettrice de gaz à effets de serre.

    Vers une alimentation française?

    Tout le monde aurait à y gagner.


    24 commentaires
  • Manger des œufs sans tuer des poules, c'est désormais possible grâce à Poulehouse. Explications (en humour) dans ce spot original et créatif.

    L'œuf qui ne tue pas la poule

    Chaque année, 50 millions de poules pondeuses sont tuées parce qu’elle ne pondent plus assez. Autant de morts que l’on pourrait éviter. Démonstration avec Poulehouse, un producteur d’œufs de poule qui s’engage, comme le souligne la vidéo ci-dessus, à prendre soin de ses poules jusqu’à leur mort naturelle. Explications.

    L'œuf qui ne tue pas la poule

    Jusqu’ici, à moins d’avoir son propre poulailler à la maison, il était quasiment impossible de manger des œufs sans tuer de poules. Eh oui, après 18 mois de bons et loyaux services, les poules sont tuées, car devenues moins bonnes pondeuses et donc, moins rentables…

    L'œuf qui ne tue pas la poule

    Alors, pour permettre aux consommateurs de manger des œufs sans tuer de poules, trois Français ont décidé de créer Poulehouse et de vendre exclusivement des œufs pondus par des poules qui seront envoyés dans des refuges au terme de leur carrière.

    Un concept simple qui place l’éthique et le bien-être animal au-dessus du seul critère de rentabilité.

    L'œuf qui ne tue pas la poule

    Bien vu.


    38 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique